Corse Net Infos - Pure player corse

Municipale d'Ajaccio : Femu Aiacciu refuse l’union avec la gauche. Aiacciu Cità Corsa l'accepte


le Mardi 27 Janvier 2015 à 18:14 | Modifié le Mardi 27 Janvier 2015 - 18:45


Le dépôt des listes électorales pour le second tour des municipales d’Ajaccio s’est achevé à 18 heures mardi. Au milieu de la matinée, seul Laurent Marcangeli avait déposé sa liste. L’ancien maire d’Ajaccio a rempli le matin cette formalité en toute tranquillité. Il était accompagné d’une bonne partie de ses colistiers. L’autre nouvelle de la matinée, c’est la non union entre la liste Femu Aiacciu et celle conduite par Simon Renucci, en vue du second tour. Les colistiers de José Filippi ont fait cette annonce peu après midi à l'issue d'une nouvelle réunion. Un communiqué a été lu à la presse à l'issue de l'annonce, dans lequel les nationalistes modérés font état d'une "extrême confusion qui règne à l'issue du premier tour, voire de contradictions qui sont apparues au sein des forces de gauche", ce qui ne permet pas d'engager une opposition efficace à la droite". En revanche, Aiacciu Cità Corsa et Simon Renucci ont trouvé un terrain d’entente.


Municipale d'Ajaccio : Femu Aiacciu refuse l’union avec la gauche. Aiacciu Cità Corsa l'accepte
Au terme de cette réunion, aucune consigne de vote n'a été donnée. Telle était la situation en tout début d’après-midi où l’on attendait la confirmation d’Aiacciu Cità Corsa qui tenait conférence de presse à partir de 15 heures (voir par ailleurs).
Dépôt de liste, tractations, espoirs d’union, la campagne a repris de plus belle au lendemain du premier tour. Les deux camps affûtent leurs armes, passent au crible les listes d’émargement et les permanences ressemblent à des ruches. Néanmoins, la pression semble retomber d’un cran. Si un accord a été semble-t-il conclu avec Corsica Libéra, Simon Renucci attendait en début de matinée une réponse de Femu Aiacciu Femu a Corsica mais celle-ci, négative, est intervenue peu après les douze coups de midi. Reste la chasse aux abstentionnistes, plus importante que jamais, dernière issue pour convaincre.
 
Une simple formalité
Pour Laurent Marcangeli, les lendemains de scrutin se suivent et se ressemblent. Le député de la Corse du Sud a déposé sa liste hier au milieu de la matinée, sourire aux lèvres et visiblement détendu. Il était accompagné d’une dizaine de ses colistiers à son entrée à la préfecture : « Il fallait accomplir cette simple formalité, voilà qui est fait. On repart avec la même équipe, les mêmes amis, dans la cohérence et dans la clarté et en toute tranquillité. Nous n’avons pas changé notre fusil d’épaule depuis le début. Nous restons fidèles à ce message que nous avons porté tout au long des derniers mois. Je ne commenterai pas ce qui se passe dans les coulisses de l’élection, je laisse les Ajacciens juger sur pièce  ce que les uns et les autres font ou ne font pas. Nous, c’est clair et précis avec la même équipe, comme en mars dernier. La cohérence paiera. »
 
Exercice périlleux
L’autre liste, celle de Simon Renucci, a été déposée peu avant 18 heures, au sortir des discussions entamées la veille. François Casasoprana ayant refusé la main tendue, restait la liste Aiacciu Cità Corsa, avec laquelle tout semblait en place et devait se concrétiser en début d’après-midi, contrairement à Femu Aiacciu qui a fait connaître sa position (Voir par ailleurs)
D’ailleurs, Simon Renucci, tout en regrettant la désunion au sein de la gauche, s’est exprimé sur cette union avec les nationalistes : «On me demande si je suis toujours l’homme de la situation. Je vous répondrai que je me remets en question tous les jours. Même le dimanche. Lorsqu’il faut gérer une ville, il faut se montrer capable. Dans le cas contraire, on reste à la maison. L’élection de trop, c’est pour mes adversaires. Il fallait installer notre liste et j’aurai accepté de voir Maria Giudicelli en tête de liste, mais elle a refusé. J’ai donc repris le flambeau, celui de la justice sociale, c’est celui pour faire cesser la mise en coupe réglée de cette ville, comme l’a été le Haut Taravo. »
 
11 331 abstentionnistes pour qui ?
Alliance ou pas, la lutte continue et le second tour est proche. Les états major sont en place pour tenter de puiser dans le bassin des abstentionnistes qui représentent tout de même 11 331 voix, soit 33,45 %. Qui sont ces électrons libres qui font courir les délégués dans les différents bureaux de vote ?
n potentiel, cela va sans dire, mis à la disposition des délégués (le code électoral l’autorise) par la préfecture de région. Un travail de fourmi que les délégués des deux listes ont effectué jusqu’à 17 heures ce mardi.
Les indécis, les déçus de la politique menée dans de telles conditions, les nouveaux électeurs qui ne se sentent que peu ou pas concernés par les affaires de la ville, ceux qui se servent de l’élection pour régler des comptes ou encore ceux qui ne votent jamais (ça existe) ils sont nombreux et chacun d’eux doit se sentir courtisé par l’une au l’autre des deux listes en présence. Tous sont appelés à s’exprimer dimanche prochain.
J. F.
 



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 21:46 Derby : Le GFCA corrige l’ACA

Bastia | Ajaccio | Centre Corse | Balagne | Côte orientale | Sud Corse | Communiqués municipales


Les plus récentes
Ajaccio
Manon Perelli | 01/02/2015 | 2821 vues
00000  (0 vote)
Ajaccio
Vanina Bruna | 31/03/2014 | 2636 vues
00000  (0 vote)
1 sur 4