Corse Net Infos - Pure player corse

Le torchon brûle entre les agriculteurs et l’Etat : Une délégation reçue à Paris mercredi


Rédigé par le Lundi 20 Avril 2015 à 20:59 | Modifié le Mardi 16 Février 2016 - 15:56


Deux manifestations ont été organisées ce lundi matin devant les préfectures d’Ajaccio et de Bastia, avec pour but de dénoncer le désengagement total des services de l’Etat concernant l’application de la PAC 2014-2020 sur l’île. A Ajaccio, les dizaines d’agriculteurs rassemblés devant la préfecture n’auront toutefois pas trouvé écho à leurs revendications, puisque la délégation reçue par les services de l’Etat ne se sera vue apportée aucune réponse concrète. Il a toutefois été annoncé qu’une délégation de représentants des Chambres d’agriculture insulaires serait reçue à Paris mercredi afin que se tiennent de nouvelles négociations


Le torchon brûle entre les agriculteurs et l’Etat : Une délégation reçue à Paris mercredi
Jour de colère pour les jeunes agriculteurs corses. Ils étaient plusieurs dizaines, lundi matin, devant les préfectures d’Ajaccio et de Bastia. Tous rassemblés afin de faire entendre leur mécontentement, face à l’attitude qui leur est opposée par l’Etat.

En effet, deux mois après la visite du ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, les agriculteurs insulaires ont l’impression de s’être fait baladés et entendent aujourd’hui durcir le ton en dénonçant le désengagement total de l’Etat concernant l’application de la Politique Agricole Commune 2014-2020. Un point qui provoque l’exaspération des agriculteurs insulaires car il s’agit là pour le gouvernement de tenir sa promesse visant à rééquilibrer les aides à l’installation des jeunes agriculteurs moins élevées que sur le continent.

« Aujourd’hui on s’est aperçus que ça fait pratiquement deux ans qu’on essaye de négocier tous ensemble avec le ministère et le Ministre. Ce dernier est arrivé ici voilà deux mois en continuant à nous dire des mensonges sur l’éligibilité des surfaces, sur la remise à niveau des Droits à Paiement Unique (DPU) sur le niveau national, ainsi que sur l’accès au fond de péréquation, et aujourd’hui ce n’est pas le cas. En fait on a vraiment l’impression d’avoir été bernés par le gouvernement et pas monsieur le ministre », déplore Stéphane Paquet, président de la Chambre d’Agriculture de Corse-du-Sud. « Un jeune agriculteur qui s’est installé en Corse en 2014 a touché 98 euros de DPU. Or, tous les agriculteurs qui se sont installés dans les autres départements français ont touché en moyenne 220 euros. En 2015, un jeune agriculteur qui s’installe va toucher 170 euros. La moyenne nationale c’est encore 220. Ce qui n’est pas normal. Par ailleurs, on a demandé l’éligibilité de toutes les surfaces due à la spécificité de notre élevage en Corse. Cela avait été promis par le ministre de l’agriculture quand il est venu. Aujourd’hui il y a un retour en arrière. Les surfaces ne sont plus éligibles ou sinon on cherche à mettre des coefficients de pondération. L’Etat se rétracte sur tout ce qu’on nous a promis pendant un an et demi », continue-t-il.

Légers incidents à Ajaccio
Si à Bastia la manifestation a été émaillée par des incidents qui se sont prolongés (voir par ailleurs), à Ajaccio, le ton était plus calme mais pas moins déterminé pour autant : après avoir manifesté sur le cours Napoléon, les agriculteurs ont complètement bloqué la circulation pendant plusieurs heures en stationnant tracteurs, remorques à chevaux et autres véhicules devant la préfecture.
Et alors que les portes de la préfecture tardaient à s’ouvrir, impatients d’être reçus par le préfet, ils ont menacé de faire tomber la grille avec un tracteur. Lassés devant l’inertie des services de l’Etat, de jeunes agriculteurs ont par ailleurs brûlé des poubelles devant les grilles de la préfecture en fin de matinée, afin de faire entendre leurs revendications. 

Réunion à Paris avec le cabinet du ministre mercredi
Une délégation a toutefois été reçue par les services de la préfecture durant près de deux heures, mais est ressortie sans rien avoir obtenu.  « Aucune satisfaction. Aucune avancée. Aucune réponse », a regretté Marie-Noëlle Culioli, présidente des jeunes agriculteurs de Corse-du-Sud. La promesse d’annonces qui leur seraient faites par le ministère a cependant été évoquée, alors qu’était annoncé la tenue de nouvelles négociations mercredi à Paris.
« Une délégation va être reçue par le cabinet du ministre mercredi pour soit disant nous apporter des réponses supplémentaires », explique Marie-Noëlle Culioli, « Nous avons décidé de ne pas y participer avec le syndicat de la FDSEA de Corse-du-Sud pour manifester notre mécontentement et notre ras le bol », ajoute-t-elle.

Des représentants de la chambre d’Agriculture, dont son président, Stéphane Paquet, devraient quant à eux être présents à Paris mercredi pour cette rencontre.

Les jeunes agriculteurs ont quant à eux d’ors et déjà annoncé prévoir de nouvelles actions à suivre dans les prochaines semaines dont notamment une grosse manifestation.

Manon PERELLI




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 00:26 Derby : Notion obsolète ou rivalité bien réelle?

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85504 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40930 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 348