Corse Net Infos - Pure player corse

La Ghjuventù Indipendentista appelle à une grande manifestation le 13 juin à Ajaccio


Rédigé par le Vendredi 5 Juin 2015 à 14:36 | Modifié le Mardi 16 Février 2016 - 15:39


Ce jeudi, la Ghjuventù Indipendentista tenait conférence de presse à Ajaccio aux cotés des représentants des mouvements nationalistes, mais aussi de la majorité territoriale, afin de lancer un appel à un large rassemblement populaire, samedi 13 juin. Cette manifestation qui rassemblera donc un large panel de la classe politique corse, avait fait l’objet d’un engagement pris par les élus lors de la grève de la faim des jeunes militants de la GI en avril dernier à la citadelle de Corte. Avec celle-ci, les grandes revendications, déjà soutenues devant l’Assemblée de Corse, à l’instar de la co-officialité, du statut de résident, du statut fiscal dérogatoire, ou encore de l’amnistie des prisonniers politiques, seront donc portées dans la rue, afin d’appeler à une solution politique


La Ghjuventù Indipendentista appelle à une grande manifestation le 13 juin à Ajaccio
 
La manifestation sera sans doute historique. Le samedi 13 juin, dès 16 heures, la Ghjuventù Indipendentista appelle à un grand rassemblement populaire, au départ de la gare d’Ajaccio.
 
Ce jeudi matin, les jeunes militants nationalistes tenaient une conférence de presse à Ajaccio afin d’en préciser les contours. A leurs côtés, nombres de représentants du monde nationaliste, à l’instar d’Edmond Simeoni, ou encore des conseillers territoriaux de Corsica Libera Jean-Marie Poli et Josepha Giacometti, et de Femu a Corsica avec Jean-Christophe Angelini. Mais là où cette manifestation diffère, c’est qu’elle a aussi reçu le soutien des élus de la majorité territoriale. Preuve en est, la présence à cette conférence de presse des conseillers exécutifs Maria Guidicelli et Pierre Ghionga.
L’unité entre ces courants politiques insulaires sera donc de mise pour porter dans la rue  les grandes revendications déjà soutenues devant l’assemblée de Corse à l’instar de la co-officialité, statut de résident, statut fiscal, amnistie des prisonniers politiques.
 
Un rassemblement fruit d’un engagement pris par les élus lors de la grève de la faim des jeunes de la GI en avril dernier dans le nid d’aigle de la citadelle de Corte.
« Le 22 avril dernier, la Ghjuventù Indipendentista organisait une manifestation étudiante à Corti, faisant face à la situation de blocage institutionnelle que nous subissons aujourd’hui en Corse. La fin de cette manifestation a été l’occasion pour une vingtaine de nos militants d’annoncer qu’ils comptaient occuper le nid d’aigle de la citadelle de Corti pour y entamer une grève de la faim », a ainsi rappelé Jean-André Marchiani, membre de la GI.
 
« Le gouvernement persiste dans sa politique de négation »
Soulignant un large consensus des élus de l’assemblée de Corse sur des revendications portées par la mouvance nationaliste depuis plus de 40 ans, il a déploré le manque d’avancées au niveau du gouvernement : « Malgré une situation apaisée et cette prise de conscience collective de la classe politique insulaire, le gouvernement persiste dans sa logique de négation. Anticonstitutionnelles pour certaines, jusqu’à discriminatoires pour d’autres, l’Etat n’a de cesse que de refuser le dialogue et la démocratie en qualifiant ainsi les délibérations votées majoritairement par l’Assemblée de Corse », a-t-il lancé, avant de détailler les raisons qui ont amené de jeunes militants de la GI à entamer une grève de la faim fin avril :  « Ces dernières années de nombreuses mobilisations populaires ont réuni des milliers de personnes. Malgré la pression populaire, nous n’avons aujourd’hui aucune réponse de l’Etat. C’est dans cette logique d’appel à l’union des forces présentes sur l’île autour de ces points capitaux pour la survie de notre peuple, que l’idée de la grève de la faim a germé dans l’esprit d’une vingtaine de jeunes militants de la Ghjuventù Indipendentista, qui voulaient par là créer un sursaut au sein de la société elle-même de manière à ce qu’une mobilisation forte naisse ».
 
Une volonté de déclencher un nouveau cycle de mobilisation
C’est au terme de cette action, que les grévistes de la faim ont pu parvenir à un consensus avec les élus territoriaux et aboutir à  la « Chjama di Corti ». « Cette convention reprenait plusieurs de nos revendications parmi lesquelles l’organisation d’une grande manifestation avant l’été afin de déclencher un nouveau cycle de mobilisation », a expliqué le représentant de la GI, appelant à la mobilisation la plus large possible du peuple corse : « Nous sommes réunis avec des élus de différentes sensibilités, et au-delà de notre mouvement, pour appeler l’ensemble de la société corse, monde associatif, syndical, et élus, à participer le samedi 13 juin à Aiacciu, à 16 heures, à une grande mobilisation sereine et digne du peuple corse, qui sera déterminante pour son avenir. Afin que tous ensemble nous puissions créer les conditions d’une paix durable en Corse, en mettant tout en œuvre pour obtenir de réelles solutions politiques à travers l’application des délibérations votées à l’Assemblée de Corse : la démocratie dans sa plus simple expression doit être respectée ».
 
« La Corse a besoin d’un dispositif spécifique pour pouvoir se développer »
« L’idée c’est qu’à l’occasion de cette manifestation, ceux qui constituent la société corse soient là, tout simplement pour dire que la Corse a un avenir autour d’un triptyque : le développement, la démocratie, et la paix », a quant à elle ajouté la conseillère exécutive, Maria Guidicelli.
« Pour que la Corse avance il faut qu’elle soit prise en compte dans sa singularité, d’où les nombreuses délibérations que nous avons prises d’une manière très majoritaire, dont la dernière à 48 voix sur 51 », a-t-elle souligné, rappelant le vote de la délibération pour une solution politique globale, il y a une semaine de cela.  « Ce n’est pas neutre ça, cela n’arrivait pas il y a dix ans de cela. Avant c’était tabou, on n’abordait pas ces sujets là. Aujourd’hui on a vraiment une démarche qui nous amène à travailler ensemble de manière réaliste, consensuelle, mais aussi politique au sens noble du terme. Chacun sous nos bannières nous considérons que la Corse a aujourd’hui besoin d’être écoutée dans ses revendications, qui sont légitimes car elle a besoin d’un dispositif spécifique pour pouvoir se développer », a-t-elle ajouté.
 
« Cette manifestation est le moyen pour nous d’associer le peuple corse dans cette démarche là », a-t-elle conclu, tandis que le jeune représentant de la GI, lançait un ultime appel à l’ensemble des Corses:  « Tutti in Aiacciu u 13 di ghjugnu per a pace è per una soluzione pulitica ».

Manon PERELLI




Dans la même rubrique :
< >

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85306 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40798 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 345