Corse Net Infos - Pure player corse

Jean-Guy Talamoni : « Ne vous trompez pas de démarche politique ! »


Rédigé par Nicole Mari le Jeudi 27 Avril 2017 à 15:31 | Modifié le Jeudi 27 Avril 2017 - 15:34


Actualité électorale oblige, le président de l’Assemblée de Corse, Jean-Guy Talamoni, a évoqué, in lingua nustrale, dans sa traditionnelle allocution d’ouverture de la session qui se tient en ce moment, le 2nd tour des élections présidentielles et le duel Macron-Le Pen. Il est revenu, également, sur l’affaire du match Lyon-Bastia.


Jean-Guy Talamoni, président de l'Assemblée de Corse.
Jean-Guy Talamoni, président de l'Assemblée de Corse.
Voici le texte de son discours :
 
« La période que nous vivons me semble extraordinaire. Je ne dis pas merveilleuse. Ce n’est aucunement le cas. Si cette période n’est pas ordinaire, c’est parce que l’avenir est plus incertain qu’il ne l’a jamais été depuis longtemps.
Sur le plan international, les périls sont majeurs. En France, l’élection présidentielle reflète une situation gravissime et une forte angoisse collective.
Mais dans cet hémicycle, nous sommes en charge des affaires de la Corse. Et chez nous également se développe cette angoisse, ce mal être, ce sentiment d’abandon d’une partie de notre peuple. Chez nous également, on constate des fractures sociales et sociétales, des fractures territoriales, des fractures entre la jeunesse et ceux, plus anciens, qui décident.
Depuis presque un an et demi, notre majorité a initié des politiques destinées à réduire ces fractures. Il faudra davantage de temps pour atteindre cet objectif.
 
L’affaire du match Bastia-Lyon n’est qu’un symptôme de cette situation difficile. Par-delà l’avenir plutôt sombre du club bastiais sur le plan sportif, ce qui doit nous inquiéter est le fait que plusieurs milliers de Corses se sont opposés entre eux, qu’ils se sont sifflés et même insultés. Une nouvelle fracture entre Corses, et de plus en une occasion festive... En tant que président de l’Assemblée, il m’a semblé important d’essayer de traiter ce problème et de tenter de rétablir le dialogue. J’ai donc rencontré les dirigeants du Club, le président de la Ligue corse, le Collectif des supporters du Sporting et, bien entendu, durant deux heures et demi, une vingtaine de responsables de Bastia 1905. Ces rencontres se sont bien passées. Je sais que de nombreux Corses ne croient pas en une telle initiative, mais je pense sincèrement que l’on ne peut accepter de voir le venin de la haine s’introduire dans notre société sans rien faire. Je vous tiendrai au courant de l’évolution de cette démarche.

À ce propos, j’ai lu une motion déposée devant cette Assemblée par le groupe « Le Rassemblement » et qui condamne de jeunes Corses avant qu’ils ne le soient par les magistrats, puisqu’il y a une procédure en cours. Je ne crois pas, en ce qui me concerne, que le rôle de l’Assemblée des Corses soit de mettre des jeunes de chez nous en accusation – et de prendre la responsabilité de les faire sanctionner deux fois plus lourdement par le tribunal correctionnel – quelle que soit l’idée que l’on ait sur leur comportement le jour en question. Par ailleurs, le même groupe a déposé une seconde motion pour condamner d’autres jeunes Corses qui ont voulu manifester lors du meeting de Marine Le Pen, et qui ont été violemment frappés par quelques sbires venus de l’autre côté de la mer. Je rappellerai qu’en cette occasion, une adolescente de 16 ans a reçu des coups de la part d’un homme d’une quarantaine d’années... Alors franchement, il me semble que la vocation de l’Assemblée de Corse soit plutôt de protéger les Corses, en particulier les plus jeunes, de chercher à aplanir les problèmes, que d’accabler les nôtres.

En ce qui me concerne, vous le savez, la cohésion de la société corse est un souci constant, et dans cette Assemblée même, j’ai toujours agi de façon à ce que chacun soit respecté, quelles que soient ses idées. Hors de l’Assemblée, je cherche à faire de même : pour votre information, je suis intervenu personnellement pour apaiser les choses après un incident qui a suivi l’affaire du meeting d’Ajaccio. Dans le même esprit, je demanderai, de manière solennelle, au groupe « Le Rassemblement » de retirer ces deux motions qui ne vont pas, à mon avis, dans le sens de la cohésion de la société corse.
 
Pour le reste, s’agissant de la situation politique des jours à venir, mon sentiment est connu de tous car je l’ai publié dans la presse. Les électeurs du Front National, je les respecte autant que je respecte les autres Corses. Je respecte également ses élus qui siègent dans cet hémicycle. Je les respecte autant que les autres, comme élus, comme personnes et comme Corses. Mais les idées du Front National sont contraires à mes engagements politiques ainsi qu’à mes adhésions philosophiques et spirituelles.
C’est pour cela que je dis aux Corses, du fond du cœur : ne vous trompez jamais de colère, ne vous trompez pas de pays, ne vous trompez pas de démarche politique. »




Dans la même rubrique :
< >

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie









Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 89092 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 46018 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Charles Monti | 05/03/2017 | 39256 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 405