Corse Net Infos - Pure player corse

Ghisonaccia : Le projet Alba Nova porté par Solar EuroMed sur de solides rails


Rédigé par Patrick Bonin le Samedi 9 Novembre 2013 à 12:48 | Modifié le Samedi 9 Novembre 2013 - 18:50


La centrale solaire thermodynamique entrera en fonction en août 2015. Implantée sur le domaine de Pinia, elle sera en mesure de générer 12 MW de puissance pour une production annuelle estimée à 25 000 MWh. Une production électrique équivalente à la consommation de 10 000 personnes.


Electricité, chaleur et froid pour des utilisations multiples

Le projet Alba Nova présenté par Marc Benmarraze du groupe Solar Euromed (Photo Stéphane Gamant)
Le projet Alba Nova présenté par Marc Benmarraze du groupe Solar Euromed (Photo Stéphane Gamant)
Une certaine fierté pouvait, à juste titre, se lire sur le visage de Gérard Serpentini, à l'occasion de la présentation du projet Alba Nova aux élus régionaux et locaux ainsi qu'aux chefs d'entreprises de la région. En effet, lorsque le propriétaire du domaine de Pinia évoquait  il y a quelques années déjà l'idée d'une production d'énergie écologique en utilisant de l'eau et de la vapeur,  peu de personnes pensaient alors réalisable une telle entreprise.
Dans la salle des fêtes de Ghisonaccia, ce Samedi, l'auditoire composé d'élus régionaux, on notait la présence de Gilles Siméoni, d'élus locaux  notamment de nombreux conseillers généraux et maires de villes et villages de plaine orientale, ainsi que  de représentants du tissu économique local, attestait de l'intérêt certain porté à ce projet novateur et écologique.  
Il faut dire que la présentation du concept Alba Nova par Marc Benmarraze, président de Solar Euromed avait de quoi susciter un engouement particulier dans un contexte économique et social difficile en France comme dans la région Corse.
En effet, cette centrale solaire thermodynamique à concentration avec injection directe de vapeur, implantée sur le domaine de Pinia , sera en mesure de générer 12 MW de puissance pour une production annuelle estimée à 25 000 MWh. Une production électrique équivalente à la consommation de 10 000 personnes.  
La centrale dont le principe de fonctionnement repose sur l'utilisation d'un fluide caloriporteur, en l' occurrence de l'eau, permettra la production de vapeur puis la possibilité de stocker de l'énergie électrique afin d'utiliser cette dernière à la demande soit en fourniture principale , soit en fourniture d'appoint.
" Des miroirs solaires dits de Fresnel, orientables, vont refléter la lumière du soleil vers le fluide.  La vapeur fabriquée à travers une turbine spécifique générera une production électrique.  Mais les retombées de ce process, à savoir la chaleur dont on peut régler la température, mais également le froid,  pourront être utilisées dans l'agro-alimentaire en limitant considérablement l'impact environnemental" a précisé Marc Benmarraze. "Cette première centrale solaire sur le sol corse va nous permettre d'exposer à la face du monde ce talent et ce savoir-faire en matière de nouvelles énergies. Alba Nova constituera ainsi la vitrine de notre technicité en ce domaine. Et puis, nous ne partons pas de zéro puisque un prototype installé à Odeillo dans les Hautes-Pyrénées a apporté la preuve de la rentabilité du concept à l'échelle industrielle" a ajouté le président de Solar euromed. 

Des groupes industriels d'envergure internationale au chevet du projet pour un rayonnement mondial

Des élus et chefs d'entreprises venus en grand nombre prendre connaissance du concept Alba Nova (Photo Stéphane Gamant)
Des élus et chefs d'entreprises venus en grand nombre prendre connaissance du concept Alba Nova (Photo Stéphane Gamant)
Partenaire d'Alba Nova, le groupe HLS  (Habtoor Leighton Specon), dont le siège social est implanté à Dubaï, opère dans le monde entier et notamment au Qatar, en Grèce et à Chypre. Ce groupe industriel apporte son savoir-faire international dans la conception de cette centrale solaire. Connu dans le monde entier notamment pour la construction d'hôpitaux, d'hôtels et d'universités comme celle dénommée à l'instar de l'institution française "La Sorbonne" à Abou dabi. Impliqué dans le concept énergétique et notamment dans la maîtrise du stockage de l'énergie, le groupe HLS est un des maillons incontournable de ce projet. Il n'en reste pas moins que les entreprises insulaires seront impliquées dans la construction de la centrale solaire comme le précise Marc Benmarraze " Certains équipements spécifiques , aérocondenseurs par exemple, appareils de mesures, stockage de l'énergie seront importés sur site mais d'autres éléments comme les tubulures, les miroirs et bien d'autres matériels seront conçus et installés par des entreprises insulaires".
En effet, les appels d'offre concernant l'élaboration du projet ont débuté depuis le mois de Septembre et devraient se prolonger jusqu'en février 2014. La construction devrait débuter en mars 2014. La mise en service de la centrale est programmée quant à elle pour août 2015 pour vingt ans de fonctionnement.  
Ce sont près de trente cinq millions d'euros qui seront ainsi investis dans le tissu économique insulaire, un chantier de construction  sur lequel devraient travailler près de deux cent personnes.  L'exploitation et la maintenance de la structure devraient permettre la création d'une vingtaine d'emplois sans compter les interventions sur site de chercheurs et d'ingénieurs spécialisés. 
Sur ce sujet bien particulier de la création d'emploi, Joseph Colombani, président de la chambre régionale d'agriculture, présent dans la salle, s'est dit satisfait du concept Alba nova: "En tant que Corse et habitant de cette région, je ne peux que me féliciter d'un tel projet en ce qu'il apportera nécessairement des créations d'emploi y compris au sein de la filière universitaire cortenaise qui investit beaucoup dans la formation environnementale et énergétique, et notamment dans les procédés de stockage des énergies renouvelables. En tant qu'agriculteur, les retombées sont conséquentes. La chaleur générée par cette fabrication de vapeur peut permettre de chauffer des serres et favoriser la culture de fruits et légumes toute l'année. La luzerne peut être séchée par ce procédé et assurer un bon complément pour l'élevage en montagne. On peut aussi faire du froid et donc associer ce procédé à la conservation de produits frais comme le lait ou la charcuterie. Nous allons  suivre de très près le projet Alba Nova en ce qu'il peut apporter de bénéfique pour notre région et notre agriculture" a déclaré Joseph Colombani.
Clôturant la présentation de ce projet par un discours, le maire de Ghisonaccia Francis Guidici s'est dit extrêmement satisfait du déroulement des étapes administratives, juridiques et financières qui accompagnent la mise en oeuvre d'une telle initiative et a rappelé l'intérêt économique , énergétique et social d'une telle entreprise sans oublier , dans le cadre d'une commune adhérente à Agenda 21, les vertus environnementales d'Alba Nova. 



A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85474 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40913 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 347