Corse Net Infos - Pure player corse

Ghisonaccia : Il faut sauver le musée de "A Bandera"


Rédigé par Patrick Bonin le Samedi 14 Mai 2016 à 16:11 | Modifié le Samedi 14 Mai 2016 - 17:11


L'association "A Bandera", qui avait quitté définitivement Ajaccio fin juillet 2015 pour s'installer à Ghisonaccia, souffre d'un manque de bénévoles et d'un pool administratif performant. Sous le poids de nombreux frais de gestion notamment en matière de charge locative et d'assurance, Bernard Cabot son président tire la sonnette d'alarme. La mairie de Ghisonaccia est prête à apporter une aide administrative rapide, le temps de relancer l'association qui a la charge d'un magnifique musée de près de 100 m2 où sont exposées des pièces historiques rares et pour certaines d'une grande valeur culturelle.


Trouver des bénévoles, un volet incontournable de la survie de ce musée exceptionnel.

La mairie et ses services seront au chevet de l'association le temps nécéssaire à la mise en oeuvre d'un plan de sauvetage.
La mairie et ses services seront au chevet de l'association le temps nécéssaire à la mise en oeuvre d'un plan de sauvetage.
A l'heure où un schéma culturel se dessine au sein de l'intercommunalité , où la culture mais également la mémoire semblent prendre une place de plus en plus prégnante au sein d'une société soumise à de grands bouleversements,  un espace de transmission, de savoir et de connaissances prend le risque de sombrer dans le trou noir de l'indifférence, avalé par d'autres considérations que celles du souvenir éducatif et historique.   Cet espace, 100 m2 d'exposition de pièces militaires, de vêtements d'époque, d'armes et de maquettes mais aussi de documents de grande portée historique , relatant le passé militaire de la Corse n'est autre que le musée A Bandera.  Un musée qui avait du quitter la rue Général Levie à Ajaccio pour s'installer fin juillet 2015 dans la ville de Ghisonaccia. Pour ce musée historique,  éclairant le passé prestigieux et guerrier de cette terre, de la préhistoire à la libération du territoire en 1943, l'histoire se répète, non pas celle des jours glorieux, mais celle des avanies. Assommée par les charges locatives, ayant perdu en 2013 le bénéfice de subventions en raison d'une baisse générale de l'aide publique, l'association A Bandera avait quitté Ajaccio pour tenter, tel le phoenix, de renaitre en plaine orientale.  Après un an d'exercice, le constat est difficile pour son président Bernard Cabot : " A peu près les mêmes problématiques se reposent  moins d'un an après notre installation.  Le manque de bénévoles et de bénévoles qualifiés dans des domaines aussi importants de nos jours que le secrétariat et l'informatique, nous pose problème.  Il nous faut monter rapidement des dossiers d'aides, trouver des bénévoles non seulement pour des postes de secrétariat , mais pour assurer des permanences au musée et surtout nous aider à faire connaître cet endroit qui mérite vraiment le détour" explique avec passion le président de l'association qui ajoute : "Si nous ne parvenons pas à susciter de l'engouement autour de ce projet qui le mérite vraiment,  ce sont des problèmes matériels, charges locatives, frais d'assurance, qui enterreront une capacité de transmission aux plus jeunes inestimable". 

Mécénat, volonté politique et communication pourraient bien constituer les ingrédients du sauvetage de ce musée.

Toute l'histoire militaire de la Corse à travers des objets de valeur est détenue entre ces murs.
Toute l'histoire militaire de la Corse à travers des objets de valeur est détenue entre ces murs.
Pourtant, de nombreuses solutions existent pour sortir de l'ornière ce musée à la valeur culturelle et éducative indéniable.  D'abord la volonté toujours vivace du maire de Ghisonaccia, Francis Giudici, de conserver ce patrimoine culturel au sein de sa commune : " Nous allons tout mettre en oeuvre pour apporter l'aide nécessaire, administrative dans un premier temps, puis financière une fois les dossiers constitués, à l'association A Bandera.  Ce musée est un véritable outil culturel pour les enfants mais aussi pour les plus grands. Nous projetons dans les mois à venir de concevoir une salle d'exposition où ce musée pourrait trouver gracieusement sa place car le patrimoine qu'il représente ne doit pas sombrer dans l'oubli.  Un endroit dédié à notre histoire agropastorale, à notre histoire militaire mais aussi à notre passé géologique est en projet pour faire de Ghisonaccia un lieu de culture et de transmission" a précisé le maire.

Pour l'heure, trouver des pistes adaptées pour réduire les frais fixes locatifs et d'assurance sous forme de mécénat, de sponsoring, ou de manifestations destinées à récolter des fonds est une priorité en attendant la finalisation du processus administratif.  Des amis proches de Bernard Cabot financent déjà certaines actions du musée.   Ensuite, il s'agit de tout mettre en oeuvre pour impliquer la jeunesse dans la vie du musée. Là encore, de nombreuses pistes se profilent notamment en passant convention avec les établissements scolaires de la région, qui des classes de primaires au secondaire, auraient fort à gagner en matière d'illustration pratique de cours d'histoire.  Véritable mine d'or d'un patrimoine historique insulaire, ce musée contribuerait alors réellement au devoir de mémoire si présent dans les discours tenus au cours des différentes commémorations.  A l'étude également, une convention avec l'université de Corse qui pourrait à l'occasion de stages fournir des étudiants en patrimoine culturel ou en histoire de la Corse.  Cet été d'ailleurs, le musée recevra un stagiaire qui poursuit en Suisse des études pour obtenir le diplôme de conservateur de musée. L'étudiant assurera des permanences de deux jours par semaine.  
Enfin,  le musée qui avait ouvert en juillet dernier jusqu'à fin septembre a recetté 1250 euros d'entrées soit près de deux cent cinquante visiteurs.  Assurer une publicité plus importante par la mise en oeuvre d'une politique de communication adaptée est l'un des axes de travail des membres de l'association qui recherche également des membres bénévoles capables d'assurer cette tâche.

Les difficultés sont là certes mais ne sont pas insurmontables pour Bernard Cabot qui ne tient pas à raccrocher son arme au ratelier.  Le musée doit vivre et son président invite la population ainsi que tous ceux qui souhaiteraient s'investir bénévolement dans l'association à venir participer à l'assemblée générale qui aura lieu le 17 juin, salle des fêtes de Ghisonaccia à 16h00. 

Ce musée A bandera véritable patrimoine culturel ne peut disparaître.


Interview de Bernard Cabot Président de l'association A Bandera

Bernard Cabot
Bernard Cabot

interview_bernard_cabot.mp3 Interview bernard Cabot.mp3  (3.87 Mo)



L'opinion de Francis Giudici maire de Ghisonaccia




A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85140 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40741 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 344