Corse Net Infos - Pure player corse

Erasmus : Six universités européennes à Corte


Rédigé par le Dimanche 10 Mars 2013 à 23:48 | Modifié le Lundi 11 Mars 2013 - 00:41


Dans le cadre d’un Intensive Program Erasmus porté par l’Università Catolica de Valencia, auquel le laboratoire Lieux, eSpaces, Identités et Activités (CNRS / Université de Corse) participe pour la troisième année, l'Université de Corse accueille 6 universités partenaires de Norvège, Lituanie, Portugal, Espagne, Pologne et Slovaquie.


Erasmus : Six universités  européennes à Corte
Du 11 au 20 mars, pour cette troisième et dernière édition qui se déroulera en Corse, 17 étudiants et 8 enseignants représentant ces universités travailleront (en anglais) autour de la thématique de l’anthropologie du paysage.
Le projet est porté par Pablo Vidal, directeur de l’institut d’ethnologie de l’Università Catolica de Valencia.
Quatre conférences ouvertes au public sont prévues :
 
Jeudi 14 mars à 10 heures "L’Inventaire du Patrimoine Ethnologique dans la Région de Valencia, Espagne" (en français) Pablo Vidal et Angela Calero, Salle 003, UFR Droit, Campus Mariani
Jeudi 14 mars à 14 heures : "The change of the use of coastal landscape in Norway during time" (en anglais) Inge Christ, Spaziu culturale Natale Luciani, Campus Mariani
Vendredi 15 mars à 14 heures : "Landscape in Relation to Slovakia/Central Europe" (en anglais), Peter Csanyi Salle B4 001, Campus Mariani
Mercredi 20 mars à 10 heures : "Spatial structure of highlands’ agrarian landscape as a cultural value in Lithuanian protected areas" (en anglais), Darijus Veteikis, Salle B4 002, Campus Mariani

Contacts : Aurélien Leoni, Laboratoire Lieux, Identités, eSpaces, Activités (CNRS / Université de Corse)
leoni@univ-corse.fr
+33 (0) 4 95 45 06 03


Master class : intervention de la compagnie Art’mouv

Erasmus : Six universités  européennes à Corte
Dans le cadre d’une Master class en lien avec la programmation du Centre Culturel Universitaire, l’Université accueille la compagnie « Art’mouv » sur un axe transdisciplinaire en lien avec la thématique des filières Arts Plastiques,
Arts du Spectacle et Danse, «L’expérience du paysage» le mardi 12 mars, à 9 heures au spaziu culturale Natale Luciani.
Cette intervention a pour but de s’interroger sur les relations entre la musique et la danse en termes d’univers sonores et chorégraphiques, entre les outils numériques et l’imaginaire de l’artiste en terme de composition…
Mais également à propos d’une identité chorégraphique et numérique insulaire dans un monde en pleine évolution.
Le Collectif Art Mouv’/Zone Libre propose cette intervention autour de son projet de création « Paysages # pluriel... » inspirée du Land Art et de trois grandes déclinaisons. Cette Master class se déroulera en trois étapes : L’étude scénographique à travers 3 matières artistiques : la danse, la musique et la vidéo.
La vidéo danse : « Longue Distance » largement inspirée de l’esprit minimaliste et naturaliste du land art, cette vidéo s’articule autour d’une forme abstraite et expérimentale plutôt que narrative.
L’installation :
Espace multiple imaginé par le Collectif, l’installation « Sans Titre #3 » propose au visiteur un voyage visuel et sonore. Inspiré du Land Art, ce dernier nous invite à travers la matière, du végétal au minéral, du minéral à l’organique.

 Mardi 12 mars 2013, à 9 heures, Spaziu culturale Natale Luciani, Campus Mariani


Soutenance de thèse en Biologie des organismes de Jean-José Filippi

Jean-José Filippi soutiendra publiquement sa thèse, présentée pour l’obtention du grade de Docteur en Physiologie et biologie des organismes - populations - interactions mention Biologie des organismes : Etude parasitologique de Anguilla anguilla dans deux lagunes de Corse et étude ultrastructurale du tégument de trois digènes parasites de cette anguille, le jeudi 14 mars 2013 à 15 heures, Amphi GB Acquaviva (IUT, Campus Grimaldi).
Directeurs : M. Bernard Marchand, Pr., Université de Corse / Mme Joséphine Foata, MCF-HDR, Université de Corse.
Résumé
Une étude parasitaire de l’anguille d’Europe a été menée dans les lagunes de Biguglia et d’Urbino en Corse.
La composition des communautés de parasites a été décrite. Treize espèces parasites ont été identifiées parmi lesquelles: trois digènes, Bucephalus anguillae, Deropristis inflata, Lecithochirium musculus; un monogène, Pseudodactylogyrus anguillae; trois cestodes, Bothriocephalus claviceps, Proteocephalus macrocephalus, Myzophyllobothrium sp. (larve); trois nématodes, Anguillicoloides crassus, Contracaecum sp. (larve enkystée), Goezia anguillae; un acanthocéphale, Acanthocephaloides incrassatus; un copépode, Ergasilus gibbus; et un myxozoaire, Myxobolus portucalensis.
La présence d’espèces invasives, notamment le parasite branchial P. anguillae et le nématode parasite A. crassus, dans les lagunes corses est confirmée. Ces espèces, et particulièrement le monogène, présentent des valeurs épidemiologiques croissantes depuis les dernières études menées.
Plusieurs espèces présentent des différences de prévalence significatives entre les deux lagunes. Des différences au niveau de la richesse spécifique et des valeurs de diversité, plus élevées pour les parasitaires des anguilles de la lagune d’Urbino au niveau intestinal métacommunautaire et infracommunautaire, ont été démontrées. Cependant les valeurs les plus élevées de diversité specifique et les valeurs de dominance les plus basses ont été calculées pour les communautés parasitaires des anguilles de la lagune de Biguglia. Nous avons également mis en avant une diversité parasitaire spécifique plutôt faible chez les anguilles des lagunes corses par rapport aux autres lagunes d’Europe. Les communautés parasitaires de l’anguille d’Europe dans les lagunes
de Biguglia et d’Urbino en Corse sont marquées par l’environnement de leur hôte. Une dépendance vis à vis de la salinité de la lagune a ainsi été démontrée.
Les valeurs d’infestation les plus élevées ont été observées durant les saisons les plus chaudes de l’année pour la majorité des espèces parasites observées (B. anguillae, D. inflata, L. musculus, P. anguillae, P. macrocephalus, A. crassus, les kystes de Contracaecum sp., A. incrassatus et E. gibbus).
Nous avons démontré que l’état d’argenture et la taille ont une influence significative sur les taux d’infestation de sept espèces parasites (D. inflata, L. musculus, P. anguillae, P. macrocephalus, les kystes de Contracaecum sp., A. incrassatus et E. gibbus). La méthode de l’espèce indicatrice a confirmé que le site d’étude, la saison, l’état d’argenture ou la taille de l’anguille pouvait influer sur la présence de certaines espèces parasites. Le tégument de trois digènes parasites de l’anguille d’Europe, B. anguillae, L. musculus et D. inflata, a été étudié en microscopie électronique à balayage et en transmission. Nous avons démontré la présence de structures caractéristiques de l’organisation tégumentaire des digènes ainsi que des formations spécifiques notamment au niveau de la structure des récepteurs sensoriels et des écailles.

 

Jeudi 14 mars 2013 à 15 heures, Amphithêatre GB Acquaviva, IUT, Campus Grimaldi


Conférence « Information et sensibilisation au Plan Communal de Sauvegarde

Les étudiants en Master 2 « Risques Majeurs » de l’UFR Sciences et Techniques organisent, le mardi 12 mars prochain, une conférence sur la mise en place du Plan Communal de Sauvegarde.La conférence se déroulera dans l’amphithéâtre G-B Acquaviva de l’IUT à partir de 13h30.
Les étudiants du Master participeront à l’animation de cette conférence, en présence d’intervenants spécialisés Antonia Sartran Polantonaccia, chargée d’environnement et risques majeurs, Noëlle Nicolai, élue de la commune de Porto-Vecchio, Jean-Antoine DemedardiI, expert en gestion des risques majeurs.
Explosion de l’usine AZF à Toulouse, inondations dans le Sud-Est en 2002 et 2003, l’importante tempête de 1999 ou encore les nombreux incendies qui touchent la Corse chaque année, nous montrent l’importance de mettre en place une organisation au niveau communal en cas de survenance d’évènements. Elle permettrait de sauvegarder des vies humaines, diminuer les dégâts et protéger l’environnement.
Ainsi, le commandant Yves Munos, Vice-Président de l’Institut des Risques Majeurs, à créé le Plan Communal de Sauvegarde.
Obligatoire pour toute commune soumise à un risque majeur identifié par un Plan de Prévention des Risques Naturels (PPRN) ou par un Plan Particulier d’Intervention (PPI) pour les risques technologiques, le Plan Communal de Sauvegarde (PCS), institué par la loi de modernisation de la sécurité civile en août 2004, commence enfin à se généraliser au sein des municipalités françaises. L’organisation mise en place dans le cadre du PCS permet de faire face à des situations très diverses : catastrophes majeures atteignant fortement la population (personnes décédées ou blessées, maisons détruites…), perturbations de la vie collective
(interruption durable de l’alimentation en eau potable ou en énergie, intempérie, canicule, épidémie…), accidents plus courants (incendie, de la circulation…).
L’objectif du Plan Communal de Sauvegarde est de se préparer préalablement en se formant, en se dotant de modes d’organisation, d’outils techniques pour pouvoir faire face à tous ces cas et éviter ainsi de basculer dans une crise.

Antonia Sartran-Paolantonaccia est chargée d’environnement et risques majeurs à la mairie de Porto-Vecchio. Les problématiques environnementales sont au coeur de son travail, traitant les questions d’eau et d’assainissement relatives à la commune de Porto-Vecchio.
En parallèle, elle est pompier volontaire, ce qui lui permet de connaître, encore mieux, les risques pouvant menacer la sauvegarde de la population et de l’environnement actuellement en Corse.

Jean-Antoine Demedardi est un expert en gestion des risques majeurs, risk management, il intervient au sein des collectivités et des grands groupes industriels ou commerciaux afin de conseiller à la maîtrise des risques. Il est actuellement gérant du cabinet consultant GRM, cabinet spécialisé en maîtrise de la vulnérabilité des organisations. Les prestations fournies consistent en la mise en place de démarche de Risque Management.
Jean Antoine Demedardi est également officier sapeur-pompier, spécialisé dans les risques industriels et les retours d’expériences.
La Faculté des Sciences et Techniques de l’Université de Corse propose une formation en deux ans dans le domaine de la gestion des risques : le Master mention Sciences pour l’Environnement, Risques Majeurs.
Celui-ci a pour objectif de comprendre les risques et gérer les crises induites, modéliser les risques, ainsi que de les simuler pour la prévention et la gestion des crises.
Il fournit aux étudiants des bases scientifiques solides et une connaissance des différents types de risques afin d’analyser et anticiper les crises majeures.
 

Mardi 12 mars 2013 à 13h30, Amphitéatre GB Acquaviva (IUT), Campus Grimaldi





A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85569 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40967 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 348