Corse Net Infos - Pure player corse

Bastia : Le charançon rouge menace les palmiers de la place Saint-Nicolas


Rédigé par le Mardi 10 Décembre 2013 à 23:21 | Modifié le Mercredi 11 Décembre 2013 - 01:03


Les palmiers de Corse sont en danger. La faute au charançon rouge qui affectionne particulièrement le palmier des Canaries et le palmier dattier. Provenant de Malaisie, d’Inde et de Mélanésie, il a atteint l’Europe du Sud en 1992 via le Moyen-Orient - Israël et Egypte notamment - et met à mal tous les palmiers de l'Ile depuis plusieurs années. Ceux, centenaires de la place Saint-Nicolas de Bastia, qui font l'objet de soins depuis quelques jours, ne dérogent pas à la règle. Plusieurs de nos lecteurs se sont émus de la chose. Corse Net Infos est allé prendre l'avis de Lucile Rimbault de la Fredon (Fédération régionale de défense contre les organismes nuisibles) de Corse, en charge des zones non agricoles.


Bastia : Le charançon rouge menace les palmiers de la place Saint-Nicolas
- La ville de Bastia est malade de ses palmiers : votre constat ?
- On sait que la ville de Bastia est contaminée mais il n'y a pas eu de constat particulier sur ses palmiers. Pour ce qui est du traitement c'est aux propriétaires des palmiers de le mettre en place. Ici la ville de Bastia.

- La Fredon a préconisé ce traitement ?
- Oui dès l'apparition du charançon. Mais il existe un arrêté préfectoral qui oblige tout propriétaire de palmiers à les traiter à partir du moment où ils sont contaminés. Il s'agit d'un texte, très encadré, qui ne laisse pas la place à beaucoup de conseils.

- Avez-vous une idée de l'importance de la contamination?
- Toutes les microrégions de Corse sont touchées à l'exception de la région de Propriano. Tout est parti de Porto-Vecchio. La contamination est remontée progressivement vers le Nord, Moriani et Bastia. Puis Ajaccio a été touchée à son tour. Cette année le charançon s'est installé en Balagne.

- En  quoi consiste le traitement des arbres atteints ?
- Il y a deux choix de traitement. Il faut savoir, pour faire très basique, que les palmiers ne poussent qu'à la faveur d'un seul bourgeon à l'inverse d'autres arbres. Si vous le coupez, sauf cas exceptionnels, il ne repartira jamais. Il ne pousse que par ce bourgeon -  terminal - où sortent les palmes.  Si le charançon a mangé l'intérieur du bourgeon, le palmier est condamné à mort auquel cas, on coupe l'arbre selon une procédure spécifique que doit accomplir un professionnel. Soit ce bourgeon n 'est pas touché et dans ce cas il faut faire, sans doute ce que l'on fait à Bastia, actuellement, de l'assainissement. 

- C'est à dire ?
- On enlève tout ce que l'on peut en palmes pour avoir le cœur du palmier bien en vue. On cure tout ce que l'on peut, on enlève toutes les parties contaminées qu'il est possible de retirer, en faisant bien attention de ne toucher le bourgeon, sinon on tue l'arbre. Et ce traitement, relativement cher, qui n'est pas le seul - il faut en prévoir une dizaine par an -  doit durer autant que l'arbre vit.

- Le prix du traitement ?
- Il est relativement élevé. Mais il faut savoir ce que l'on veut. Soit on traite l'arbre selon le protocole décrit dans l'arrêté préfectoral, c'est une obligation, soit on décide que les palmiers ne "valent " pas le prix des soins des traitements et alors on les enlève. C'est un choix qui est laissé à l'appréciation du propriétaire. Et quel qu'il soit, il est obligé de faire appel à un prestataire agréé, à moins que la collectivité ne possède elle-même ses agents agréés.

- Vous êtes optimiste pour les palmiers de Bastia ?
- Aucune chance pour ceux qui sont contaminés. Je crois qu'il y en a déjà un certain nombre, n'ayant plus de bourgeon, qui sont par terre : ceux-là on ne peut pas envisager de les sauver. Pour les autres, s'ils sont traités régulièrement et comme il convient, même s'il faut prévoir un pourcentage de pertes, il y a un taux de réussite très important.

- On a une idée du nombre de palmiers touchés en Corse?
- Non on ne connaît pas le nombre d'arbres infestés. Mais nous avons établi une carte des zones contaminées et des zones tampons. Les contaminées englobent les communes qui sont officiellement contaminées et la tampon est une zone de 10 km autour de la zone contaminée. Pour nous, les deux font partie d'une zone à risques par rapport aux pépinières situées dans dans leur périmètre. Les pépiniéristes n'ont pas le droit de commercialiser des palmiers à l'extérieur de ces zones.

- Qui les contrôle ?
-  Nous opérons ces contrôles très régulièrement avec les directions départementales de la cohésion sociale et de la protection des population

L'arrêté préfectoral, les zones contaminées et les zones tampons de Haute-Corse






Dans la même rubrique :
< >

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85582 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40974 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 349