Corse Net Infos - Pure player corse

Affaire des gites ruraux : Mimi Viola est placé sous le statut de « témoin assisté » !


Rédigé par Nicole Mari le Mardi 2 Février 2016 à 00:16 | Modifié le Mardi 2 Février 2016 - 01:07


Nouvelles auditions, lundi après-midi, dans le cadre de l'enquête sur les détournements présumés de fonds publics du Conseil général de Haute-Corse pour la construction de gites ruraux. L’ex-président du département et ex-président de l’Exécutif territorial, déjà mis en examen, Paul Giacobbi et deux de ses proches, son conseiller Dominique Viola, et son ex-directeur général des services, Thierry Gamba-Martini, ont été entendus par le juge d'instruction Thomas Meindl du pôle économique et financier de Bastia. Dominique Viola, maire de Saint-Pierre de Venaco, est placé sous le statut de « témoin assisté ». C’est la 19ème personne à être mise en cause dans cette affaire.


Le palais de justice de Bastia.
Le palais de justice de Bastia.
C’est, donc, de nouveau, un proche de Paul Giacobbi, qui est dans le viseur du pôle économique et financier de Bastia. Entré, lundi, dans le bureau du juge d’instruction Thomas Meindl en tant que simple témoin, Dominique dit « Mimi » Viola, maire de Saint Pierre de Venaco, intime conseiller de Paul Giacobbi, proche d’entre les proches, en ressort, plus de deux heures après, sous le statut de « témoin assisté ». Ce statut intermédiaire entre celui de mis en examen et celui de simple témoin concerne une personne mise en cause au cours d’une instruction judiciaire, sans que les charges soient suffisantes pour justifier une mise en examen.
 
Paul Giacobbi et son ancien directeur général des services, Thierry Gamba-Martini, ont été auditionnés au même moment et confrontés une nouvelle fois. Le premier a été mis en examen, le 21 juillet dernier, pour « détournement de fonds publics ». Le second a été placé sous le statut de témoin assisté en octobre dernier à la suite de sa confrontation avec son ancien patron. Tous deux nient les faits qui leur sont reprochés.
 
Dans cette affaire, plus de 400 000 €, destinés initialement à la création ou la rénovation des gîtes ruraux en Haute-Corse, auraient été indûment octroyés à des collaborateurs et à des élus, maires et conseillers généraux, proches de Paul Giacobbi, pendant les deux dernières années de sa mandature départementale, de 2008 à 2010. Ces fonds publics auraient, en fait, été utilisés pour financer des travaux privés. L’enjeu de cette nouvelle confrontation pour le juge Meindl était de vérifier les responsabilités dans l’instruction de ces dossiers de subvention en vue de clore la procédure.

Selon le procureur de la République de Bastia, Nicolas Bessone, l’enquête est « en voie d’achèvement ». L'affaire pourrait lui être renvoyée dans les semaines à-venir et un éventuel procès se tenir en fin d’année.



A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie


Les plus récentes
Justice
Philippe Jammes | 23/06/2016 | 6426 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 6