Corse Net Infos - Pure player corse

U sumere corsu, uffizializazione di a razza nustrale


Rédigé par Maria-Serena Volpei-Aliotti le Samedi 9 Février 2019 à 18:18 | Modifié le Samedi 9 Février 2019 - 22:49

Serpentinu, Nebulosa et Ghjunsani, les 3 ânes typiques de la race Corse, se rendront à Paris du 23 février au 3 mars, au Salon de l'Agriculture, accompagnés par Olivier Fondacci, éleveur de Balagn'âne et producteur de lait d'ânesse, pour officialiser la race de l'âne Corse




Olivier Fondacci, a reçu la rédaction de Corse Net Infos au cœur de son élevage qui compte aujourd'hui, parmi ses 90 ânes, une trentaine d’exemplaires de la "race corse". 

" Présenter et officialiser la race de l'âne corse c’est l’aboutissement de cinq ans de travail. Avec l'aide financière très précieuse de l'ODARC et l'aide du Conseil du cheval, nous avons créé l’Association Nationale de l’Âne de la Mule Corse*. Nous avons aussi adhéré à France Ânes et Mulets qui est une fédération nationale qui recense les toutes les races". 

Cette envie de faire connaître et reconnaître l'âne corse est officiellement toute récente pour certains, mais bien ancienne pour Olivier. 

" Ça s'est officialisé l'année dernière, lors de la venue du président de France Ânes et Mulets. Déjà, il nous avait demandé d'aller à Paris. Mais nous n'étions pas encore prêts. Il souhait réellement que la race soit reconnue et il nous aide dans cette démarche. Notre but est avant tout de préserver la race et de lui rendre son utilité". 

Dans l'optique de cette reconnaissance officielle, les 3 représentants de la race de l'âne corse, Nubulosa, Ghjunsani et Serpentini se rendront à Paris à la fin du mois de février. " Jusqu'à ce jour, la race n’est pas officiellement reconnue. Il nous a  donc fallu définir à partir d'un cheptel, un style standard". L'âne de race Corse est donc gris, avec une croix de Saint-André sur le dos, des zebrures sur les membres, de taille moyenne et un caractère vif et sanguin et doit surtout, être né en Corse. "Ainsi, nous avons pu recenser environ 2000 ânes de race corse. Le fait qu'elle soit reconnue officiellement donnera un peu de valeur à cet animal qui est aujourd'hui à l'abandon. Nous voulons aussi lui créer ses vocations. Que ce soit dans la traction animale, le maraîchage ou la production de lait d'ânesse.  Et surtout, je le répète nous voulons perpétuer la race". 

L'âne corse sera la 8ème race reconnue en France. " Il y aura par la suite, un long travail après cette reconnaissance, notamment un travail de sélection où ils seront confrontés aux autres races pour  la beauté ou la qualification pour tel ou tel travail". 

 

Officiellement la Corse compte peu d'éleveurs. " Nous sommes quatre ou cinq sur toute l'île. Mais impliqué pour la race corse, je suis pratiquement le seul". 

Pour qu'une race subsiste, il doit y avoir au minimum 20 naissances par an. Ce qui est le cas pour l'âne corse. À terme, l'association souhaite, en parallèle, faire reconnaitre le cheval, les mules et mulets. 

 

 

l’Association Nationale de l’Âne de la Mule Corse* : Eugène Tramini président, Olivier Fondacci vice président.







A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie