Corse Net Infos - Pure player corse

Bastia : Guy-Paul Chauder à l’honneur à l’inauguration de la galerie "Noir et Blanc"


Rédigé par Florian Cadu le Vendredi 20 Avril 2018 à 23:00 | Modifié le Samedi 21 Avril 2018 - 00:31


Lieu aussi accueillant que séduisant, la nouvelle galerie d’art « Noir et Blanc » située dans le centre-ville de Bastia au 8 rue Napoléon a officiellement ouvert ses portes vendredi 20 avril. Le vernissage de l’exposition de Guy-Paul Chauder, qui s’y est déroulé à 18 heures et a attiré de nombreuses personnes, a eu lieu en présence de l’artiste. Dont les œuvres magnifient l’endroit.


Un restaurant. Voilà ce qui se trouvait au 8 rue Napoléon, dans le centre-ville de Bastia, bien avant que France-Anne Van Peteghem et Julie Pontaut ne viennent y installer la galerie d’art nommée « Noir et Blanc ». Un lieu qui a été inauguré vendredi 20 avril à 18 heures, en même temps que le vernissage de l’exposition du désormais célèbre Guy-Paul Chauder, présent en même temps que de nombreuses personnes. « Quelques pièces récentes sont présentes, détaille l’artiste parisien qui habite en Corse. D’autres datent de deux ou trois ans. »
Le peintre, qui a déjà exposé au musée de Bastia il y a quelques années, indique qu’« aucune œuvre présentée ici n’était proposée là-bas », hormis une colonne artistique inspirée. Tout en soulignant que ce n’est pas lui qui a procédé à la sélection.

« Ce lieu témoigne de beaucoup de courage, car monter une galerie n’est pas si facile aujourd’hui », poursuit ensuite Guy-Paul Chauder à propos de « Noir et Blanc ». « C’est vraiment bien qu’une galerie voit le jour à Bastia, notamment pour les jeunes artistes. Car en Corse, il y a très peu de choses pour exposer. Les peintres se retrouvent comme des enfants perdus. »
« On a d’abord commencé avec un petit local très joli en bas de la citadelle. Très vite, on s’est rendu compte que c’était trop petit, explique France-Anne Van Peteghem, galériste qui loue les murs avec son associée et artiste Julie Pontaut. Les travaux ont duré environ cinq mois. On avait ouvert de façon informelle depuis un mois. On est très heureuse d’avoir fait ça. On est si contente. Le résultat dépasse nos espérances. »

Il faut dire que l’endroit, très bien placé, rayonne par son esthétisme et brille par les œuvres qu’il expose. Et ce dynamisme esthétique a de bonnes chances de perdurer, selon France-Anne Van Peteghem : « On a un programme très ambitieux, mais on est déjà plein jusqu’en janvier 2019. Nous sommes très sollicités, et il y a énormément d’artistes intéressants qui valent le coup d’oeil. A l’origine, on comptait proposer une exposition tous les deux mois. Mais finalement, nous allons accélérer le rythme et faire une exposition différente tous les mois parce qu’on a trop de monde. On a très envie que lieu bouge, que le lieu vive. »
En attendant d’observer d’autres artistes, chacun peut aller s’émerveiller, du lundi au samedi, des peintures plus ou moins abstraites et touchantes de Guy-Paul Chauder. Lequel sensibilise, comme à son habitude, le visiteur par un coup de pinceau facilement identifiable. Et qui a le mérite de faire travailler le subconscient.



A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie