Corse Net Infos - Pure player corse

Voyage dans l’au-delà : Derrière le miroir, l’autre vie


Rédigé par Lydie Colonna le Jeudi 9 Octobre 2014 à 23:59 | Modifié le Samedi 11 Octobre 2014 - 01:41


C’est le titre de l’ouvrage de la médium Dominique Vallée. Qu’y a-t-il après la mort ? Est ce la fin de la vie ou au contraire le début d’une vie ? Victor Hugo a écrit « Mourir n’est pas finir, c’est le matin suprême ». Quelques soient nos convictions religieuses, nos croyances, aucun d’entre nous ne peut être totalement sûr de ce qu’il y a après, derrière le miroir. Pourtant, Dominique Vallée, dans son livre qu’elle a présenté lors d’une conférence à Ajaccio tente de donner un début de réponse.


Dominique Vallée
Dominique Vallée
Dominique Vallée est médium. Mais ne venez pas la consulter pour une séance de voyance. Si elle possède la faculté de « communiquer » avec les défunts, elle n’utilise cette aptitude que pour aider ceux qui sont dans la souffrance après la perte d’un être cher. Ces thérapies du deuil ont pour objectif, grâce aux messages reçus par l’intermédiaire de la médium, de faire comprendre que les défunts continuent de vivre mais sur un autre plan.
Il s’agit donc ici d’aborder le problème de l’immortalité de l’âme. L’âme, cette partie de nous qui continue de vivre mais après que notre corps et notre esprit se soient éteints.
 
Le passé des âmes
Cette âme, notre âme, qui a donc déjà un passé et qui selon Dominique Vallée, a choisit son  corps, sa famille pour réaliser sa vie ici bas.
 On évoque ici le thème de la réincarnation ou transmigration de l’âme qui sous entend que quelque chose en nous survit à la mort physique.
 Même si nous ne nous souvenons pas de ces vies passées, leurs empreintes restent gravées en nous. On peut parler ici de Mozart qui composait dès l’âge de 4 ans ou bien de ces enfants qui maîtrisent plusieurs langues dès le début de l’apprentissage du langage ou réussissent à résoudre des problèmes mathématiques complexes. Mais il y a aussi des souvenirs inconscients qui parfois provoquent des réactions inexpliquées chez un sujet. Dominique Vallée nous raconte l’histoire de Charlène et de sa phobie des oiseaux qui provoquent chez elle des cauchemars récurrents. Elle  décide de se faire soigner par hypnothérapie. C’est donc sous hypnose qu’elle se retrouve au moyen âge, poursuivie, blessée, faisant une chute fatale qui la laissera agonisante, dévorée par des oiseaux pendant plusieurs jours. Une histoire qu’elle aurait vécue dans une autre vie.
 
La présence de nos défunts
Puisque l’âme survit à la disparition de notre corps et de notre esprit on peut donc imaginer que nos défunts sont encore là, présents autour de nous. Il arrive parfois pour certains d’entre nous de sentir leur présence, de les reconnaître dans certains phénomènes.
Les plus connus se sont les signes post mortem. En effet il arrive parfois qu’après le départ d’un proche, des choses plus ou moins surprenantes arrivent. Prenons l’exemple personnel de l’auteur qui évoque le souvenir d’un matin de Saint Valentin, où, au réveil, ses pensées vont vers son compagnon décédé lui promettant de prier pour lui afin de l’aider à trouver sa place dans son nouvel état. C’est alors qu’un peu plus tard, elle allume la radio et voit le lecteur CD coincé depuis des mois se mettre en route et entonné la chanson de Lionel Richie Do it to me (Fais le pour moi).
Dans son livre, la médium aborde également les notions d’ange gardien, de photographie paranormale, de rêves prémonitoires, de signes ante mortem. Ces derniers sont la preuve qu’au moment de partir nous ne sommes jamais seuls. De nombreux témoignages existent de personnes en fin de vie qui voient alors des défunts venus les rassurer ou bien de personnes que l’on vient prévenir du départ à court terme d’un être proche.

 La rencontre avec un défunt
Lors d’une consultation avec un médium tel Dominique Vallée, la personne qui consulte doit tout d’abord restée muette. Le médium doit réussir à se faire accepter du défunt, mais le plus important reste la relation entre le défunt et le consultant. Pour des raisons diverses, le défunt peut ne pas pouvoir, voir ne pas vouloir venir. Si la communication se fait, la qualité de l’échange est fonction du caractère du défunt de son vivant : un bavard sera très explicite, à l’inverse une personne introvertie restera discrète sur ses sentiments et son ressenti. C’est pourquoi il est primordial de bien identifier le disparu. Il ne faut donner aucune information, aucun indice au médium au préalable.
Dominique Vallée réalise également des consultations par téléphone. Il faut au préalable lui envoyer une photographie où l’on distingue correctement les yeux du défunt (avec une enveloppe timbrée pour le retour) sans aucune autre indication. Un rendez vous téléphonique d’une heure environ vous sera donné. Le tout pour la somme de 80 euros.
 
Une séance de médiumnité
Après sa conférence à Ajaccio, Dominique Vallée s’est essayée à une séance de médiumnité devant une trentaine de personnes. Parmi ce public, quelques uns et quelqu’une avaient apporté une photo d’un défunt avec qui ils souhaitaient communiquer. Il faut avouer que l’expérience a été « bleuffante ». La médium a étalé tous ces clichés devant elle, puis a attendu que l’un ou l’autre de ces défunts se manifeste. Puis elle lève un portrait et demande «  à qui est cette photo ? – à moi répond une femme entre 30 et 40 ans.- c’est votre maman ? –oui –c’était une femme soumise, qui a consacré sa vie à ses enfants. –oui  – qui est « Jacqueline » ? – c’est moi ». Voici le résumé d’un échange entre la médium et une personne demandeuse. Une échange, et il y en a eu d’autres de même intensité, qui ne laisse pas indifférent et donne à réfléchir aux plus récalcitrants. D’autant plus qu’aujourd’hui la science s’intéresse de près à la question et que des scientifiques témoignent aussi d’expérience vécue avec des défunts.
 
Tout ce que veut démontrer Dominique Vallée dans ce livre, c’est que la mort n’est qu’une étape, « un passage dans une autre pièce à laquelle peut accéder le médium dont les antennes n’ont pas été limées par la rationalité bien-pensante » (Martine Gercault, psychanaliste psychologue). Cet ouvrage est un livre sérieux, optimiste, qui mérite que l’on prenne le temps de s’y attarder.





Dans la même rubrique :
< >

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85131 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40738 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 344