Corse Net Infos - Pure player corse

Vagabondu : Sustegnu pè i nostri, tutti i nostri


Rédigé par Vagabondu le Mardi 16 Septembre 2014 à 23:05 | Modifié le Mardi 28 Octobre 2014 - 14:06


Vagabondu Isulanu. C'est une signature que l'on apprécie et que l'on trouve régulièrement sur Facebook. Aujourd'hui, Corse Net Infos, avec son aimable autorisation, a décidé d'élargir le cercle de ses lecteurs, déjà conséquent, en reprenant quelques-uns de ses écrits. Aujourd'hui il nous propose sa réflexion sur l'affaire des banderoles de Furiani.


Vagabondu : Sustegnu pè i nostri, tutti i nostri
L’écriture reste le moyen le plus efficace pour faire passer un message, faire entendre un cri.
Le problème, c’est que les paroles s’en vont et les maux restent.
Furiani, l’hémicycle passionnant de passion, l’obsessionnelle antre où toute dimension n’a plus vraiment de sens.
Furiani l’ensorceleuse, là où plus rien ne compte.
Il est difficile d’en parler et d’essayer de résoudre une équation débordante de chauvinisme, même pour les plumes les plus anonymes, pourtant encrées de bleu.
Bon nombre de banderoles se sont exhibées dans ce stade, souvent justes. De celle qui a fait sourire les quatre tribunes, à celle frappée de noir qui revendiquait un fraternel hommage.
Et puis il y a celle du 13 Septembre, celle qui laisse perplexe.
Le 8 Septembre, le peuple corse saluait la Santa, mère et femme. Héritiers d’ancestrales valeurs, nous avons continuellement placé la mère et la femme dans le registre du sacré, depuis l’aube des temps, prenant soin d’elle.
Le 8 Septembre, 5 jours avant le 13 Septembre, seulement 5 jours. Il est difficile de condamner un geste, surtout lorsqu’il vient des nôtres, identitairement, il difficile de fermer les yeux quand une femme, une mère, en est la proie, surtout lorsqu’elle est des nôtres. Nous comptons, hélas, suffisamment d’adversaires, pour ne pas dire d’ennemis.
N’inventons pas encore ce jeu de fausses guerres qui nous ont tant coûté déjà. Ne redevenons plus ces soldats perdus, égarés dans les mascarades des incompréhensions.
Des noms ont été cités, certainement le prix de l’information. Son nom à elle aussi a été exposé, certainement le prix de la rancœur.
Nous sommes de ceux qui soutiennent habituellement, tout comme nous soutenons les injustes victimes du procès de ces cinq turchini, nous ne portons pas de noms pour affirmer ou condamner : l’anonymat n’est pas l’atome de la justice, sauf dans les BD.
Furiani n’est pas une bande dessinée, Furiani implore le respect, nous l’avons assez quémandé pour d’autres tristes raisons pour en devenir les bafoueurs.




Dans la même rubrique :
< >

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85510 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40938 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 348