Corse Net Infos - Pure player corse

Vagabondu Isulanu : Cursichella, ùn averia mai pace


Rédigé par Vagabondu le Lundi 28 Avril 2014 à 18:32 | Modifié le Mardi 28 Octobre 2014 - 12:29


Vagabondu Isulanu. C'est une signature que l'on apprécie et que l'on trouve régulièrement sur Facebook. Depuis la semaine dernière, Corse Net Infos, avec son aimable autorisation, a décidé d'élargir le cercle de ses lecteurs, déjà conséquent, en reprenant quelques de ses écrits. Continuez à lire et à apprécier à votre tour ! Aujourd'hui sa " Chronique d’une île où tout s’effondre, de jour en jour"


(Archives CNI)
(Archives CNI)
Ici, nous n’avons nullement besoin de maladie ou de misère pour entendre trop souvent le poids des corps qui tombent lourdement sur le sol de l’atroce. Ici, nous n’avons aucunement besoin de pauvreté ou d’épidémie pour que se déciment les silhouettes dans l’ombre des maux. Ici, on tue.
Ici, le turquoise de la mer ne fait pas tout. Ici, la beauté des chants sacrés ne réunit que l’espace d’une mélodie. Ici, la douceur des heures sereines ne dure qu'un temps.
La soif de contrats trône et les lèvres jamais ne sèchent tant le sang inonde les visages à n'en plus pouvoir.
Aujourd’hui, un homme a été foudroyé par le mépris des sens, un autre. Pas de quoi s’enliser dans la jalousie départementale, le nord affole le sud et l’est tourmente l’ouest. La Corse entière n’en réchappe pas. Pas de quoi s’éterniser dans une paisible routine aux premières chaleurs d’un été qui doucement arrive. Un homme a été foudroyé par la foudre d’un autre homme, comme un hiver d’orages qui ne tient même plus à en finir. Le passage des saisons funestes s’embourbe, les prévisions, elles aussi, n’arrivent plus à déceler un coin de ciel bleu dans le ciel de Corse. La météo des hommes se perd dans la folie des détonations.
Ici et aujourd'hui, un autre corps est tombé, un de plus. Les inventaires deviennent fous, la multiplication prend le pas sur l'addition.
Et s’il faut réellement souffrir pour être belle, vous comprendrez aisément pourquoi la terre où nous vivons porte le paradoxal nom d’île de beauté.
A Corsica tomba, iè tomba, ma senza sipultura in u cimiteriu umanu di i cuscenzi luzzinosi. È a mo penna s'infiara, a meia, a toia, è tante è tante dinù, cum'è a mescia chì brusgia incesa da a to manu.
Vagabondu




Dans la même rubrique :
< >

Samedi 10 Décembre 2016 - 10:00 Bastia : Téléthon au collège Simon-Vinciguerra

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85554 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40958 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 348