Corse Net Infos - Pure player corse

Un nouvel épisode dans l'affaire de l'expropriation d'un berger à Sant'Antonino


Rédigé par (Jean-Paul-Lottier) le Mercredi 20 Novembre 2013 à 23:14 | Modifié le Jeudi 21 Novembre 2013 - 01:22


A l'appel de la FDSEA, les agriculteurs de Balagne avec à leur tête leur président Joseph Colombani ont apporté leur soutien mercedi matin à un des leurs, Michel Castellani menaçé d'expropriation à la suite du souhait de la municipalité de faire une extension du parking municipal qui accueille chaque été des milliers et des milliers de touristes. En septembre 2012, le dossier d'expropriation avait pourtant été "gelé", après que la municipalité de Sant'Antonino se soit engagée à lancer une nouvelle étude sur un terrain tout proche du parking municipal actuel. L'affaire doit être examinée ce Jeudi par le Tribunal administratif


Michel Castellani menacé d'expulsion
Michel Castellani menacé d'expulsion

On croyait l'affaire dite de l'extension du parking municipal du village de Sant'Antonino en Balagne, réglée. On a appris mercredi matin qu'il n'en été rien et que l'affaire sera jugée ce jeudi au Tribunal Administratif de Bastia. La municipalité de Sant'Antonino, qui s'était pourtant engagée à lancer une étude de faisabilité pour voir si cette extension pouvait se faire sur un terrain mitoyen à celui du parking existant, n'aurait pas tpoursuivi dans cette voie.
Revenons à cette affaire qui remonte au 17 septembre 2012. Ce jour là, à l'appel de la FDSEA et de son président Joseph Colombani, les agriculteurs de Balagne avaient bloqué toute une journée la RN 197 au carrefour d'Aregno - Algajola. Par cette action, ils entendaient apporter leur soutien à un berger Michel Castellani menacé d'expropriation  sur un terrain  qu'il exploite depuis plusieurs années à Sant'Antonino. La municipalité justifiait cette expropriation pour réaliser une extension du parking municipal situé en bas du village.
Quelques jours plus tard, le 26 septembre agriculteurs et représentants de la municipalité de Sant'Antonino se retrouvaient autour d'une table, à la sous-préfecture de Calvi . Une solution était trouvée et le dossier d'expropriation était "gelé" après que le maire Etienne Marcelli se soit engagé à lancer une nouvelle étude pour le choix d'un autre terrain, mitoyen à celui du parking. municipal existant.
Le sous-préfet de l'époque Stéphane Donnot et le président de la FDSEA Joseph Colombani s'étaient félicités de cette sage décision.
Depuis, on l'a dit, on croyait cette affaire réglée.
Pourtant, il n'en est rien. L'étude ne semble pas avoir été réalisée. En revanche, Michel Castellani et les agriculteurs de Balagne apprenaient que l'affaire serait examinée  ce jeudi au Tribunal administratif de Bastia, d'où cette mobilisation à Sant'Antonino.
Joseph Colombani regrettait que le maire n'ait pas tenu ses engagements et que l'on en arrive une fois de plus à cette situation
" Nous sommes solidaires de notre ami Michel Castellani et nous nous battrons pour éviter cette expropriation. Il n'est pas question pour nous de baisser les bras.  Très simplement mais avec beaucoup de détermination, nous n'accepterons aucune décision tant que cette nouvelle étude ne sera pas réalisée. Le maire Etienne Marcelli n'a pas tenu ses engagements et c'est pour nous tous inadmissible."
Et de poursuivre: 
" On ne peut pas nier l'existence d'un berger, même si celui-ci est à la retraite. Il pourrait rester chez lui tranquille et profiter pleinement de cette retraite mais avec une retraite de 400€ par mois il ne peut pas faire autrement que de poursuivre son dur labeur.
Il est clair qu'en Balagne la spéculation foncière est très forte et qu'elle se fait au détriment des bergers.
Je le répète, nous sommes là aujourd'hui pour rappeler à M. Etienne Marcelli ses engagements et que nous ne céderons pas. Une solution existe à ce problème et elle doit être explorée. S'il le faut nous mènerons d'autres actions et nous ne laisserons pas faire
".

Joseph Colombani en compagnie de Jacques Castellani, fils de Michel lors de la dernière Tundera à Aregnu
Joseph Colombani en compagnie de Jacques Castellani, fils de Michel lors de la dernière Tundera à Aregnu




1.Posté par praolina2B le 21/11/2013 09:53
Bonjour,
U Levante s'est fortement mobilisé l'an passé et nous pouvions espérer que l'affaire était entendue. Preuve que non... et toujours pour l'argent... mais lorsqu'il n'y aura plus de bergers, d'oliviers et autres producteurs, que mangerons-nous ? des billets de banque ?
Je suis très sensibilisée par cette situation : nous venons souvent à Aregno où nous comptons des amis proches dans cette famille Castellani. Tous ces frères, bergers, se sont battus et se battent encore, à plus de 70 ans pour conserver cette plaine en état agricole.
Nous sommes tous concernés par cette situation, Corse ou pas. Il n'est pas cohérent de vouloir faire venir les touristes pour montrer la typicité d'un si beau village qu'est San Antoninu et en même temps, virer les bergers.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85495 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40928 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 348