Corse Net Infos - Pure player corse

Tribune Libre : Estelle Massoni (FNJ)


Rédigé par le Lundi 21 Octobre 2013 à 23:30 | Modifié le Mardi 22 Octobre 2013 - 01:02


"Les valeurs chrétiennes peuvent-elles lutter contre le pouvoir de l’argent et la violence en Corse?" C'est la question que pose Estelle Massoni, responsable du FNJ Corse.


Tribune Libre : Estelle Massoni (FNJ)

Il y a quelques semaines déjà, le pape François condamnait fermement en Sardaigne   le système qui consiste à idolâtrer l’argent sous toutes ses formes au détriment du genre humain. Un discours fort, prononcé courageusement sur une île proche de la Corse.  En entendant ces quelques phrases,  la responsable politique locale que je suis, militante du Front National de la Jeunesse,  ne peut que s’interroger, dans une société où la laïcité républicaine devient elle même une religion s’imposant à tous comme un véritable dogme. Cette interrogation, toute naturelle en terre de Corse, bercée depuis des siècles par la tradition chrétienne, porte en elle un signal fort : Les valeurs chrétiennes telles que défendues par le Pape sont elles à même de modifier sur l’île le rapport à l’argent ? Existe-t-il encore sur la base de ce message religieux, une nouvelle manière de reconsidérer le rapport à l’autre et ainsi lutter contre la précarité, le chômage ou l’assistanat.   

Comme l’a d’ailleurs souligné le Pape dans son intervention, le travail est vecteur de dignité. Or, nous assistons aujourd’hui à la perversité d’un système social et fiscal qui appauvrit le travailleur, notamment celui des classes moyennes.  Dans le même temps, par tout un panel de subterfuges, ce même système abrutissant et pervers pousse le jeune à opter pour des choix de vie non plus basés sur l’ambition, l’abnégation et  le dépassement de soi mais plutôt  pour de l’attentisme, du clientélisme et une perte de confiance préjudiciable à l’épanouissement personnel et collectif. 

Ainsi, ce code moral et philosophique qui était jadis porté par des valeurs morales et chrétiennes, est passé à la trappe, avili par le pouvoir corrupteur de l’argent facile,  un rapport à la monnaie qui parfois fait oublier sa propre dignité, sa nature humaine.  Sur notre île peuplée de près de 350 000 habitants, le constat de cette perte de valeurs est alarmant.  Départements touchés de plein fouet par un nombre croissant d’avortements, la Haute-Corse et la Corse-du-Sud se placent dans le haut du classement pour le nombre d’interventions médicales ou thérapeutiques pratiquées dans ce domaine.  De même, alors que les grandes surfaces se développent sur l’île, participant d’un rouleau compresseur mondialiste uniquement basé sur la consommation appauvrissant l’artisan ou le petit commerçant,  la précarité augmente sans cesse.  Il n’est que de voir fleurir bon nombre d’actions caritatives portées par diverses associations comme « les restos du cœur ».  Méconnue, mal connue, cette précarité insidieuse dont le Corse bien souvent, dans une fierté toute naturelle, n’ose porter à la connaissance des différents services publics est bien présente. Une pincée de charité chrétienne, un questionnement altruiste pourraient évidemment faire prendre conscience aux grands patrons et chefs d’entreprises que les leurs souffrent, souffrent d’une concurrence déloyale venue parfois d’ailleurs, souffrent d’une fiscalisation outrancière où RSI et autres charges salariales continuent de pleuvoir tandis que les marchés sont de moins en moins nombreux et la sous-traitance rendue difficile par une mise en concurrence déloyale.  
Oui effectivement, comme le dit le Pape  François,  l’argent corrompt.  Pour ne reprendre que quelques lignes de son discours en Sardaigne :

«Pour préserver ce système idolâtre, on abandonne les plus faibles, les vieux, ceux qui n’ont nulle part où loger. On est en train de parler d’une euthanasie dont on tairait le nom» , on est bien obligé de constater que la spéculation et le profit sont devenus, au cours du temps, des valeurs plus fortes que celle de la charité.

Une charité qui bien ordonnée commence par soi-même, par le fait de s’occuper des siens qui souffrent, par le fait de limiter ses propres profits en embauchant et en payant notre propre jeunesse en souffrance, un moyen incontournable de lutter contre l’oisiveté pourvoyeuse de violence.





1.Posté par Zeruffu le 22/10/2013 02:08
Quand on appartient à un parti qui a comparé les camps d'extermination à un "détail", on n'a aucune leçon de morale à donner.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85593 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40978 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 349