Corse Net Infos - Pure player corse

Tout savoir sur le virus Ebola


Rédigé par le Samedi 18 Octobre 2014 à 14:00 | Modifié le Samedi 18 Octobre 2014 - 10:39


Des contrôles plus fréquents lors des arrivées d'avions en provenance des pays touchés comme la Guinée. Une mesure évoquée par la ministre de la Santé française Marisol Touraine dés lundi 13.Elle était attendue jeudi avec ses homologues européens pour une réunion à Bruxelles (Belgique) sur le sujet. Depuis le début de l’année 2014, des cas de maladie à virus Ebola ont été rapportés dans quatre pays d’Afrique : Guinée, Libéria, Sierra Leone et Nigéria. Les autorités sanitaires de ces pays, en lien avec l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et de nombreux Etats, dont la France, sont mobilisés pour prévenir l’expansion du virus à d’autres pays. Selon l’évaluation de l’European Centre for Disease Le risque d’importation du virus Ebola par le biais des voyageurs au sein de l’Union Européenne est faible mais ne peut être totalement exclu. Aussi est-il important de connaître les symptômes, les modes de transmission et toute mesure préventive à prendre en cas de suspicion d’un cas infection par le virus Ebola. En cas de doute appelez le 15.


 Depuis le début de l’année 2014, des cas de maladie à virus Ebola ont été rapportés dans quatre pays d’Afrique : Guinée, Libéria, Sierra Leone et Nigéria. Les autorités sanitaires de ces pays, en lien avec l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et de nombreux Etats, dont la France, sont mobilisés pour prévenir l’expansion du virus à d’autres pays. Selon l’évaluation de l’European Centre for Disease Le  risque d’importation du virus Ebola par le biais des voyageurs au sein de l’Union Européenne est faible mais ne peut être totalement exclu. Aussi est-il important de connaître les symptômes, les modes de transmission et toute mesure préventive à prendre en cas de suspicion d’un cas infection par le virus Ebola. En cas de doute appelez le 15.Le virus Ebola se transmet à l’homme par contact avec des animaux sauvages infectés présents en Afrique et peut se propager ensuite dans les populations par transmission interhumaine. Chez l’homme, la fièvre hémorragique à virus Ébola se caractérise initialement par des symptômes non spécifiques de type grippal, suivis par des vomissements, diarrhées, éruptions cutanées, insuffisance rénale et hépatique et, dans certains cas, des hémorragies internes et externes. Le taux de mortalité varie de 25 à 90% selon le type de virus et les conditions de prise en charge. Bien que des traitements soient actuellement expérimentés, la prise en charge repose généralement sur un traitement symptomatique.

Qu’est-ce que le virus Ebola ?
 
Il appartient à la famille des filovirus, et a été identifié pour la première fois en 1976 dans la province ouest-équatoriale du Soudan et dans une région voisine du nord du Zaïre (aujourd’hui République Démocratique du Congo).
Il existe cinq espèces: Bundibugyo, Côte d’Ivoire, Reston, Soudan et Zaïre. Les flambées de fièvre hémorragique provoquées par le virus Ebola surviennent principalement en Afrique. La précocité et la qualité de la prise en charge jouent un rôle important pour diminuer la mortalité associée à la maladie.
 
Les symptômes de la maladie à virus Ebola
 
La maladie à virus Ébola est une maladie virale aiguë se caractérisant souvent par l’apparition brutale de fièvre, une faiblesse intense, des douleurs musculaires, des maux de tête et une irritation de la gorge. Ces symptômes sont suivis de vomissements, de diarrhées, d’éruptions cutanées, d’insuffisance rénale et hépatique et, dans certains cas, d’hémorragies internes et externes.
La période d’incubation varie de 2 à 21 jours
La transmission de la maladie à virus Ebola
 
Transmission
 
Par contact direct :
- avec des fluides corporels tels que le sang, la salive, l’urine, le lait maternel, le sperme, la sueur, les selles et les vomissements des personnes infectées, vivantes ou non ;
- avec des objets qui ont été contaminés par les fluides corporels de patients infectés (par exemple, des aiguilles).
La présence du virus a été constatée dans le sperme jusqu’à sept semaines après la guérison de personnes contaminées. Bien que la transmission ne soit pas avérée, une protection des rapports sexuels est fortement recommandée.
La viande de brousse issue de la faune sauvage chassée principalement en Afrique (antilope, éléphant, chauve-souris, serpent, singe, etc.) est également une des sources de contamination.
 
Il n’y a pas de transmission du virus :
- par l’air ambiant (le virus ne se transmet pas par l’air contrairement à la grippe) ;
- par échange d’argent ou de marchandises ;
- par la natation en piscine ;
- par les moustiques ;
- par contact ordinaire dans des lieux publics et les transports en commun avec des personnes qui ne semblent pas malades.
                                              
Incubation
 
La durée d’incubation (le temps écoulé entre l’infection et l’apparition des symptômes) varie de 2 à 21 jours, avec une moyenne de 8 jours. Il n’y a pas de transmission lors de la période d’incubation. Une personne qui ne présente aucun symptôme n’est pas contagieuse.
Le début de la contagiosité est lié à l’apparition des premiers symptômes. Le risque de transmission est faible dans les premières phases de la maladie. Il augmente lors de l’aggravation de la maladie.
Les personnes atteintes peuvent transmettre l’infection aussi longtemps que leur sang et leurs sécrétions contiennent des virus.
 
La prévention de la transmission du virus Ebola chez l’homme
 
En l’absence de vaccin pour l’homme, la mise en œuvre et le respect des mesures de protection à prendre à titre individuel sont le seul moyen de prévenir l’infection.
 
Dans les régions où circule le virus Ebola :
- respecter les consignes des autorités locales ainsi que les règles d’hygiène de base (notamment se laver fréquemment les mains avec du savon ou une solution hydro-alcoolique) ;
- éviter tout contact rapproché avec des personnes ayant de la fièvre ;
- éviter tout contact avec des animaux sauvages (singes, chauves-souris…) vivants ou morts ;
- ne pas consommer ni manipuler de viande de brousse ;
- cuire soigneusement avant consommation les produits animaux : sang, viande, lait…
 
Le traitement de la maladie à virus Ebola
 
La prise en charge repose généralement sur un traitement symptomatique.
En France, quatre traitements expérimentaux sont autorisés depuis le 18 septembre 2014 : le TKM-100-802 (Canada), le Z Mabs proche du Z Mapp, également autorisé mais actuellement indisponible, et le Favipiravir (Japon).
 
Dispositif de prévention et d’information
 
Pour prévenir toute importation du virus en France, le ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes met en œuvre des actions d’information et de sensibilisation régulières à l’attention des divers publics concernés :
 
Professionnels de santé et professionnels des transports
- Établissements de santé et Centres 15 : informations sur le dispositif de prise en charge des cas confirmés d’Ebola Sensibilisation des personnels des compagnies aériennes et des personnels portuaires sur les risques encourus ;
- Sociétés d’assistance en charge des rapatriements : rappel de la nécessité d’informer systématiquement la Direction générale de la santé (DGS) de toute suspicion de cas d’Ebola.
 
Recommandations aux voyageur
Le ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes actualise régulièrement le dispositif d’information aux voyageurs à destination des zones à risque en fonction de l’évolution de la situation épidémiologique, en lien avec le Ministère des Affaires étrangères et du Développement international.
 
Depuis le 31 juillet 2014, le ministère des Affaires étrangères et du Développement international et le ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes recommandent aux Français de suspendre, sauf raison impérative, tout projet de voyage dans les pays où des cas de fièvre hémorragique à virus Ebola sont avérés (Guinée, Sierra Leone, Libéria, Nigéria).
Cette recommandation est disponible sur le site du ministère des Affaires étrangères.
Les voyageurs à destination ou de retour de ces pays peuvent s’informer sur le site du ministère des Affaires étrangères.
Les Français résidant dans les pays touchés doivent se conformer aux recommandations sanitaires locales ainsi qu’aux recommandations émises par les postes diplomatiques français sur place.
 
Pour en savoir plus
 
- Organisation mondiale de la santé (OMS)
- Ministère des Affaires étrangères et du développement international/Conseils aux voyageurs
- Institut de veille sanitaire (InVS)- Fièvre hémorragique virale (FHV) à virus Ebola
- European Centre for Disease Prevention and Control (ECDC)
 

Si vous avez l'intention de voyager et de vous rendre dans des pays susceptibles d'être dangereux ou avec des risques d'épidémie , le Ministère des Affaires étrangères met à votre disposition sur son site internet à l'adresse suivante https://pastel.diplomatie.gouv.fr/fildariane/dyn/public/login.html
un moyen de vous inscrire pour recevoir des alertes pour la destination de votre prochain voyage .




Dans la même rubrique :
< >

Lundi 5 Décembre 2016 - 22:25 Aleria célèbre a Festa di a nazione

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85352 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40815 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 346