Corse Net Infos - Pure player corse

Thierry Corbalan : La vie et le sport avant toute chose


Rédigé par le Dimanche 26 Janvier 2014 à 22:41 | Modifié le Mardi 28 Janvier 2014 - 15:04


Le 19 janvier dernier, Thierry Corbalan sportif bien connu en Corse était au départ de la 34ème Traversée de Lyon à la nage avec monopalme. Cette édition 2014 à connu un record d'affluence avec 281 nageurs au départ. L'épreuve longue de 8 000 mètres s'est effectuée dans le Rhône dans le sens du courant. Pour cette première participation Thierry Corbalan a du composer avec des paramètres inhabituels, tel que le fort courant et les remous qui dévient brusquement la trajectoire en stoppant la progression. Il a tout de même réussi une magnifique prestation en réalisant un chrono de 49'08" se classant 7ème au général et 1er dans la catégorie vétéran 3.


Photo DR/Autorisation Thierry Corbolan
Photo DR/Autorisation Thierry Corbolan

Sa force pour avoir tant d’énergie?
Un mental d’acier,  une philosophie que l’on résumera à la citation de Söre Kierkegaard « La vie ne se comprend que par un retour en arrière, mais on ne la vit qu’en avant.  »
C’est dans cet état d’esprit que Thierry Corbalan, depuis son accident qui l’amputa de ses deux bras en 1988, s’offre à la vie et aux autres. Il était sportif avant ce jour, il l’est toujours aujourd’hui ! De quelques séries d’abdominaux sur son lit d’hôpital, à des petits footings dans les couloirs du même établissement, il participe près d’un an après aux 20 km de Cannes en avril 1989 qu’il court en 1h30’ puis au marathon de Nice en en octobre 1990 qu’il finit en 3h30’, sans oublier le marathon de Lyon bouclé en 3h04’.

En 2012 il créera son association « Le Dauphin Corse » qui lui fera partager sa passion de la vie, son expérience  et surtout afin de venir en aide, par des dons et sa présence sur des évènements sportifs, aux enfants nécessitant un accompagnement financier pour des soins, des hospitalisations….et aux personnes handicapées de façon plus générale.


Photo DR/Autorisation Thierry Corbolan
Photo DR/Autorisation Thierry Corbolan
- Thierry, vous avez participé le 19 janvier dernier à 34ème Traversée de Lyon à la nage en monopalme, vous êtes arrivé 7ème au général sur 281 concurrents à 4mn du vainqueur et 1er de votre catégorie en vétérant3 encore deux exploits à votre actif ?
- Pas vraiment un exploit pas plus que les autres nageurs auxquels je m’identifie.
 
- Comment se prépare t-on à une épreuve de 8 kms dans une eau à 6 degrés ?
- J'ai cru bon de m'entraîner en eau froide en mer à 13° et en rivière à 8° mais en maillot pour m'habituer à la basse température. La compétition s'effectuant en combinaison je n'ai ressenti aucune sensation de froid même sur le visage et les pieds qui n'étaient pas protégés.
 
- Considérez-vous cette épreuve comme une des plus difficiles auxquelles vous avez participé?
- Non,  certes le courant pose des problèmes d'orientation après chaque pont mais l'épreuve est de courte durée, 49' pour ma part. 
 
- Etiez-vous la seule personne en situation de handicap ?
- Il y avait 281 nageurs mais 560 bras, je n'ai pas vu de handicapé !
 
- Aujourd’hui ceux qui vous connaissent ne peuvent ignorer votre parcours de vie, mais que diriez-vous aux autres ?
- Que les personnes amputées ne sont pas handicapées, qu'elles sont différentes et doivent re visiter les choses pour y accéder.
 
- Votre association « Le Dauphin Corse » créé en 2012 a un rôle bien précis. Pouvez-vous nous en parler ?
- J'ai créé cette association dans le but de pouvoir aider des personnes qui ont perdu confiance en elles suite à un accident ou une maladie. J'ai eu la chance de rebondir et de ne pas baisser les bras ! Je suis conscient que ce n'est pas donné à tout le monde. Faire partager son expérience positive peut déclencher un déclic chez une personne fragilisée par une blessure et la relancer dans une vie meilleure. Mes traversées et compétitions ont toujours un but, partager pour faire connaître l'association à travers laquelle j' essaie aussi d' apporter une aide financière.
 
- Quels ont été vos dernières actions au profit du handicap ?
- Mes dernières actions en 2013 ont été pour aider deux enfants souffrant de maladies et devant subir des soins onéreux pour les familles. La petite Chloé de Propriano âgée de 4 ans et souffrant d'une IMC viens d'être opérée avec succès à Barcelone, elle pourra peut être marcher un jour. L'association a envoyé un don pour aider ses parents dans ce combat. Le petit Evan de Sisco, 2 ans et demi, est atteint d'une leucémie et doit se rendre souvent sur le continent pour les soins, l'association a participé par un don à l'élan de solidarité des habitants du village du Cap Corse, et en tant que citoyen d'honneur de Sisco ce fut un grand plaisir.   
 
- Quelles difficultés rencontrez-vous encore au quotidien ?
- Depuis 26 ans je vis avec un corps que j'ai adopté, depuis 16 ans je vis avec une épouse qui ne me voit pas handicapé, j'ai la chance d' être entouré de belles personnes qui me permettent de vivre à fond ma passion de la nage. J'ai appris à contourner les obstacles quand ils se dressaient devant moi, alors la seule difficulté est de ne pouvoir aider autrui dans certaines circonstances.
 
- Votre vie privée semble heureuse, je permets d’en parler car vous le faites vous-même sur les réseaux sociaux et les médias. Quels sont les secrets de cet épanouissement ?
- L'Amour, être conscient de ce que l'on a. De ne pas vouloir toujours plus ou mieux mais d'apprécier chaque chose et chaque seconde de la vie. De vivre  avec des pensées positives qui sont la meilleures des thérapies. Vouloir c'est déjà Pouvoir. 
 
- Quels conseils, quels encouragements donneriez-vous à ceux qui ont subitement été confrontés au handicap ?
- De ne pas se sentir diminué, le handicap peut devenir une force, l'être humain peut s'adapter à tout s'iil en est conscient. Il ne faut pas s'acharner à vouloir faire les choses  comme avant si on n'y arrive pas. Notre nouveau corps doit se mettre en place, il faut lui laisser le temps et il nous guidera vers des activités nouvelles. Ne pas penser à ce que l'on ne peut plus faire, mais à tout ce que l'on peut encore faire. Je ne peux plus faire de judo et je me suis épanoui dans la course à pied puis dans la natation.  Ne pas hésiter à contacter rapidement d'autres personnes ayant un handicap pour partager leurs expériences et gagner du temps pour la reconstruction.   

Plus de photos, vidéo


santi.corsenetinfos@gmail.com





Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 15:57 Appietu a fêté la Sant’Andria

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85481 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40915 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 347