Corse Net Infos - Pure player corse

Taxe foncière : La Corse-du-Sud derrière Paris avec une hausse de + 73,76 %


Rédigé par le Mardi 8 Octobre 2013 à 19:42 | Modifié le Mardi 8 Octobre 2013 - 21:48


L’Union nationale de la propriété immobilière (UNPI), une association de propriétaires bailleurs, a dénoncé mardi par la voix de son président, Jean Perrin, la « hausse démesurée » des taxes foncières en France. Selon son Observatoire, les taxes foncières ont en effet bondi entre 2007 et 2012 de 21,17 %. Une augmentation largement supérieure à l’inflation sur la même période (8,18 %). La Corse ne déroge pas à la règle.


© Richard Villalon - Fotolia.com
© Richard Villalon - Fotolia.com

Entre 2007 et 2012, c’est à Paris que la cotisation «départementale» a le plus augmenté. Elle y a plus que triplé , avec une augmentation de 232,38 %.

Cette augmentation exceptionnelle s’explique par le fait que le département de Paris a appliqué pour la première fois un taux d’imposition en 2009.

Loin derrière Paris, c’est en Corse-du- Sud que la cotisation « départementale » a le plus augmenté (+ 73,76 % en moyenne), suivi de l’Aisne (+ 63,07 % en moyenne), du Val-d’Oise (+ 61,22 %) et de la Loire-Atlantique (+ 54,59 %).

En bas de tableau, l’augmentation de la cotisation « départementale » a été la moins forte en Martinique (+ 8,83 % en moyenne), en Guadeloupe (+ 9,05

%), dans le Rhône (+10,38 %), en Guyane (+ 10,40 %) et dans les Bouches-du- Rhône (+ 10,59%).

Sur l’ensemble du territoire, les cotisations«départementales» ont augmenté en moyenne de,25,45%, ou de 23,98 % si on prend en compte le nom bre de communes par département.

 

Haute-Corse : 11,5% mais Verdese :+ 129,43% et Aghione : 124,43%

Sur l’ensemble du territoire, l’augmentation de taxe foncière la plus spectaculaire entre 2007et 2012 a été constatée à Paray-Vieille-Poste, dans l’Essonne (+130,83 %). Seuls les propriétaires de trois autres communes ont également vu leur taxe foncière (hors taxes d'enlèvement des ordures ménagères) plus que doubler : il s’agit des contribuables de Verdese, en Haute-Corse (+129,43 %), Villers-Adam, dans le Val d’Oise (+124,43 %), et Aghione, en Haute-Corse (+116,15 %).

Ces augmentations exceptionnelles sont dues à une très forte hausse des taux du bloc communal.

En effet, hormis dans le Val-d’Oise, les taux départementaux de taxe foncière applicables dans ces communes n’ont pas spécialement augmenté. En

Essonne, la cotisation départementale a augmenté un peu moins que la moyenne nationale (+ 2 1,43 % contre 23,98 %), tandis que la Haute-Corse est le onzième département où la cotisation départementale a le moins augmenté (+11,05 %).

A l’inverse, on dénombre une cinquantaine de communes dans lesquelles la taxe foncière a diminué, les plus fortes diminutions ayant été constatées à Festigny, dans la Marne (-32,66 %), Arçay, dans la Vienne (-23,46 %) et Selles-sur-Nahon, dans l’Indre (-16,58 %).

De manière plus générale, sur l’ensemble du territoire, la taxe foncière a augmenté en moyenne de 21,17 %. Cette forte hausse est due au fait que plusieurs augmentations se cumulent : d’une part les valeurs locatives, assiette de l’impôt, ont été majorées de 9,43 % entre 2007 et 2012 (lois de finances) et d’autre part, les taux d’imposition des départements des communes ou groupements de communes ont, globalement, augmenté de 10,73 % au cours de la même période.

Le rapport complet et la taxe foncière commune par commune sur http://www.unpi.org/





Dans la même rubrique :
< >

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85518 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40941 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 348