Corse Net Infos - Pure player corse

Sur les pavés du centre ville d’Ajaccio… les immondices !


le Samedi 27 Avril 2013 à 21:49 | Modifié le Dimanche 28 Avril 2013 - 00:56


Incivisme, laxisme et absence d’altruisme : autant de termes qui riment avec… immondices ! Et depuis plusieurs mois maintenant, certains secteurs de la ville sont régulièrement envahis par les ordures et autres immondices, allégrement déposées au beau milieu des rues par une frange d’irréductibles pollueurs. Malgré les efforts mis en place par la municipalité et la CAPA, le secteur de la place Abbatucci et de la maison d’arrêt sont régulièrement envahis d’ordures. Au grand dam des riverains excédés par de tels comportements…


Le minuscule trottoir de la rue de la Pietrina est régulièrement envahi par des détritus et autres immondices de toutes sortes. Contraignant de ce fait les piétons à marcher au beau milieu de la rue et des véhicules, au péril de leur propre sécurité. (Photo : Yannis-Christophe Garcia)
Le minuscule trottoir de la rue de la Pietrina est régulièrement envahi par des détritus et autres immondices de toutes sortes. Contraignant de ce fait les piétons à marcher au beau milieu de la rue et des véhicules, au péril de leur propre sécurité. (Photo : Yannis-Christophe Garcia)
La cité impériale : son soleil, sa douceur de vivre légendaire, son Golfe magnifique et ses somptueuses îles Sanguinaires… Instinctivement, on serait tenté d’ajouter à ce tableau idyllique le charme pittoresque des ruelles ajacciennes, propices à la flânerie. Instinctivement et idéalement… Car pour bon nombre de ces ruelles, le pittoresque a désormais cédé la place à la répugnance et le charme a détalé aussi vite que les rats au milieu des ordures ! En effet, l’incivisme et l’absence totale de conscience de certains individus, qui se débarrassent de leurs ordures et autres immondices encombrantes là où le vent les porte, ont peu à peu transformé certaines ruelles du centre de la ville en véritables décharges sauvages ! Causant à la fois des nuisances visuelles, olfactives mais plus graves, des problèmes sanitaires avec l’apparition de plus en plus fréquentes de rats, qui trouvent au beau milieu de ce cloaque à ciel ouvert, un terrain d’exploration tout à leur goût.

Un inventaire à la Prévert… la poésie en moins et le danger en plus !
Et parmi ces points noirs récurrents, véritables verrues dans le décor, le secteur du centre de la ville aux abords de la place Abbatucci est particulièrement concerné par ces nuisances. Vendredi après-midi, 14h30, au bas de la rue de la Pietrina qui fait l’angle avec le cours Napoléon : une dame souhaite remonter la rue, particulièrement étroite et dangereuse. Avec des véhicules qui montent parfois à grande vitesse et frôlent les passants qui ne disposent que d’un minuscule couloir de trottoir pour se protéger. Problème : à peine quelques mètres effectués et là voila prise au beau milieu d’un tas d’immondices qui lui barre le passage. Et ce dernier est encore bien plus prolifique qu’un inventaire à la Prévert, la poésie en moins ! Table basse, meubles, vieille télévision, ventilateur de plafond, chaises cassées et tringles de rideaux côtoient de vieilles couettes, des sacs plastiques et autres cartons… en plus des quatre containers remplis à craquer qui occupent la totalité du trottoir !  

Risques d’accident et problèmes sanitaires
Bref, une véritable barricade nauséabonde et dangereuse impossible à franchir, d’autant qu’au bout du périple, plusieurs câbles électriques dénudés pendent du mur, à hauteur de tête… Et voila donc notre pauvre passante contrainte, en pleine heure de circulation, à marcher d’un pas pressé, au beau milieu de la route et des véhicules qui s’engouffrent dans cette ruelle pentue à vive allure. Un couple de touristes qui passe par là jette un œil effaré sur cette barricade urbaine… Une situation ubuesque qui multiplie les crispations et les risques. Risques corporels en premier lieu, car les passants peuvent à tout moment se blesser sur ces déchets rouillés ou chuter plus ou moins gravement. Risques de la circulation également : le trottoir devenu impraticable, les piétons, femmes avec des poussettes et personnes âgées comprises, sont contraints de cheminer au plus vite au milieu de la route et de la circulation. Mais également des risques sanitaires, avec l’apparition de plus en plus fréquente de rats dans ce secteur. Rats et autres goélands, qui se partagent d’ailleurs allègrement le butin nauséabond des trois containers et autres poubelles qui trônent en permanence, couvercles ouverts, à l’angle du boulevard Masseria et du chemin de la Pietrina.
Avec son cortège de sacs éventrés par les bêtes au beau milieu de la rue mais également, avec la température qui monte, de relents difficilement descriptibles mais qui n’ont rien d’une subtile fragrance…

Poubelles, objets encombrants et divers détritus occupent l'espace, déjà très réduit, dévolu aux piétons dans la rue de la Pietrina. (Photos : Yannis-Christophe Garcia)
Un secteur devenu au fil des mois une annexe de la décharge publique…
Et certains riverains commencent vraiment à saturer. A l’image d’Antoinette, 78 ans, habitant le secteur et que nous avons interrogée sur place. « C’est intolérable et très dangereux ! Nous sommes obligés de marcher sur la route au risque de nous faire renverser, car les gens se débarrassent de leurs poubelles en plein milieu du trottoir. Je marche déjà difficilement et c’est très compliqué pour monter jusqu’au boulevard Masseria. Un enfant a failli être renversé par une camionnette il y a quelques jours ! Et en plus maintenant, les rats arrivent. Des enfants couraient après à côté de l’église. Ce n’est plus possible ! » explique la septuagénaire qui confie que « le quartier était bien différent il y a encore quelques années. Tout se dégrade ! » conclue t-elle.
Renseignements pris auprès de quelques autres riverains qui sont spontanément venus nous parler, il apparaît que ce bout de trottoir est désormais considéré comme une sorte d’annexe de la décharge publique. Riverains élargis, certains commerçants du quartier ou ouvriers du bâtiment et autres pollueurs, y déposent en effet leurs encombrants régulièrement. Une situation que nous avons en effet constatée à plusieurs reprises déjà.

Des services gratuits mis en place par la CAPA qui ne laissent aucune excuse aux pollueurs volontaires !
Alors comment expliquer cette situation devenue intolérable pour une grande partie des riverains ? Tout simplement par la conjugaison d’un incivisme et d’une inconscience sans bornes de la part des pollueurs.
Car les possibilités de se débarrasser des déchets et autres encombrants sont multiples à Ajaccio. Et gratuites de surcroît ! La Communauté d’Agglomération du Pays Ajaccien (CAPA) offre à cet égard de multiples services à la population. Que ce soit par le biais de la décharge du Stiletto où la population peut venir déposer ses rebuts, à la mise en place d’un système de déchetteries mobiles qui se déplacent tous les samedis à des points divers de la ville (pour les personnes qui ne peuvent pas se déplacer au Stiletto) pour recueillir les encombrants, on ne peut pas dire que les possibilités manquent. Enfin, pour ceux qui ne pourraient se déplacer ni au Stiletto ni vers les déchetteries mobiles, un numéro azur est disponible pour contacter la CAPA et prendre rendez-vous avec elle. Après cet appel, les techniciens octroient un créneau horaire (généralement le soir) aux gens pour déposer leurs déchets à quelques mètres de chez eux. Les camions de ramassage passant dès le lendemain matin très tôt pour enlever les « monstres » avant que les rues ne soient fréquentées.
Enfin, pour les commerçants désireux de se débarrasser de leurs cartons usagés, la CAPA a également mis en place une collecte auprès des professionnels dans plusieurs secteurs. En résumé, les pollueurs du secteur ne peuvent prétexter aucune excuse pour se soustraire à leurs devoirs. A moins de considérer qu’un simple appel téléphonique est un trop gros effort pour eux…  

Les containers d'ordures ménagères demeurent le couvercle ouvert en permanence pour le plus grand bonheur des chats et autres goélands, qui éventrent régulièrement les sacs et répandent leur contenu au milieu de la rue de la Pietrina. Les riverains eux, subissent cette saleté et les odeurs nauséabondes qui s'exhalent, surtout à l'approche de l'été et des grosses chaleurs. (Photo : Yannis-Christophe Garcia)
Les containers d'ordures ménagères demeurent le couvercle ouvert en permanence pour le plus grand bonheur des chats et autres goélands, qui éventrent régulièrement les sacs et répandent leur contenu au milieu de la rue de la Pietrina. Les riverains eux, subissent cette saleté et les odeurs nauséabondes qui s'exhalent, surtout à l'approche de l'été et des grosses chaleurs. (Photo : Yannis-Christophe Garcia)
Des opérations de proximité mises en place pour sensibiliser le plus grand nombre
Ce type de situation, on le connaît très bien du côté de la CAPA. Même si les comportements ont globalement évolué positivement depuis la mise en place de ces services, il reste encore de nombreux efforts à faire pour que le civisme le plus élémentaire parvienne enfin à pénétrer le cortex du plus grand nombre.
C’est pourquoi la CAPA met également en place des opérations de sensibilisation de proximité.
« Parmi tous les services gratuits que nous avons mis en place pour la collecte des encombrants, la décharge du Stiletto, les déchetteries mobiles qui se déplacent sur tout le territoire de la CAPA, ainsi que le numéro azur où nous fixons un créneau aux personnes qui ne peuvent pas se déplacer pour récupérer les encombrants, globalement ces services ont du succès et la population les intègre peu à peu. Il y a globalement beaucoup moins de dépôts sauvages que dans les années précédentes. Mais nous savons qu’il reste des problèmes à traiter et que tout n’est pas résolu. C’est pourquoi nous effectuons régulièrement des opérations de proximité destinées à sensibiliser dans chaque secteur ciblé, la population et les commerçants à la nécessité d’utiliser ces services » explique Sylvie Pellegrini, directrice de la communication à la CAPA.  
 
Et à ce propos, une de ces opérations de proximité aura lieu en début de semaine prochaine dans le secteur de la Place Abbatucci et de la rue de la Pietrina. Et gageons que cette initiative ne sera pas du luxe au regard de l’anarchie qui règne dans le secteur. L’occasion pour tous, on l’espère, de comprendre enfin qu’un peu de civisme n’est pas superflu.
Et que le « bien vivre » ensemble commence par le respect de quelques règles élémentaires de la part de chacun. Pour éviter les accidents et autres problèmes sanitaires et surtout pour enfin retrouver un cadre de vie un minimum agréable dans le centre de la ville.
 
Yannis-Christophe GARCIA

SAVOIR +
Pour plus d’informations sur les divers lieux et horaires d’accueil, les moyens et services mis en place par la CAPA pour la collecte des déchets et autres encombrants, rendez-vous sur le site internet
http://www.ca-ajaccien.fr/les-missions/environnement/vos-encombrants
Numéro azur : 0810 42 42 40
 




1.Posté par Frassetu le 28/04/2013 12:19 (depuis mobile)
L'aghjenti sò porchi

2.Posté par Lisandru le 28/04/2013 15:02
Les routes de la région d'Ajaccio sont également dégueulasses. Elles ne sont jamais nettoyées, les services ne passent pas. Elles sont pleines de poubelles et de sacs plastiques jetés par les automobilistes et la CAPA ne fait rien. Ajaccio est sale, mais plus encore ses environs. Ils sont tout simplement dégueulasses. Ils montrent ce que nous sommes : un pays abandonné.

3.Posté par Upuntu le 28/04/2013 16:28 (depuis mobile)
La mairie et la capa ne peuvent pas tout. La ville est propre à 7h30 quand les camions poubelles et les balayeurs sont passes. Aux ajacciens de faire qu'Ajaccio reste propre et belle toute la journée !!

4.Posté par Claudine le 09/05/2013 08:07
Ces comportements se prolongent dans la vallée de la Gravone, la plaine de Cuttoli est une décharge à ciel ouvert, nouveauté : des carcasses de voitures sur la voie publique. Des poubelles individuelles, promises en 2011...peut-être une solution et défense absolue de déposer quoique ce soit près des poubelles (autorisé certains jours, donc c'est tous les jours), il existe une déchétterie mobile le 1er samedi du mois sur le parking de Mezzana.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 10 Décembre 2016 - 17:26 Au Rallye de Balagne Pascal Trojani est intouchable

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85564 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40964 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 348