Corse Net Infos - Pure player corse

Statut de coofficialité de la langue corse : La suite des réactions politiques


Rédigé par Nicole Mari le Dimanche 19 Mai 2013 à 21:41 | Modifié le Lundi 20 Mai 2013 - 00:08


Suite des réactions, en corse et en français, des élus politiques, que Corse Net Infos a saisi à chaud après le vote du statut de coofficialité de la langue corse. Beaucoup de joie, d’émotion et d’espoir chez les élus nationalistes qui se sont battus, avec acharnement pendant les deux jours de discussion, pour sauver le statut. Et de pensées émues à ceux qui les ont précédés.


Les élus nationalistes à l'annonce du vote du statut de  coofficialité de la langue corse.
Les élus nationalistes à l'annonce du vote du statut de coofficialité de la langue corse.
Saveriu Luciani, élu du groupe Femu a Corsica, professeur de corse :
« Fieru quantunque, è st’emuzione di quelle chì vi piglia à l’assuffrettura. È po dinò l’impressione, infine, d’avè fattu qualcosa d’utule per stu paese. Quelli più vechji o puru quelli di i mo tempi a puderanu capì. Tempu finita a dichjarazione di Bucchini, sta sciaccamanata generale ch’ùn vulia più compie, cù st’imbuleghju di pressione, di sullevu è di stanchezza. Iè, sta sciaccamanata, à ...tempu sincera è bramosa, chì vi face scurdà di e
gattive chigne d’unipochi d’eletti chì « anu capitu tuttu » è chì fughjenu à a zitta à a muta.

È guardendu ingiru à mè sta reazzione strasurdinaria, aghju pensatu à i nostri morti, ma prima à i mei, quelli chì venianu da i seculi è chì parlavanu un Corsu ch’ùn parleremu mapiù. Dopu, aghju pensatu à quelli chì si sò battuti st’ultimi cinquant’anni, pulitichi è culturali, militanti, maestri di scola ; eranu tanti cù i so sacrifizii. Femu a Corsica hà vutatu per elli, dinò. Poi mi sò venuti à l’ochji i vivi, i nostri vechji chì ci accumpagnanu cù e so parolle di mill’anni, chì puru capiscenu megliu avà e voglie santissime di i so figlioli : « parlà è salvà sta lingua ».
Chì per elli, da sempre, era stata quella di u so campà, ancu quand’elli vi spiegavanu ch’ella ùn era micca « una lingua ». L’ultime seconde, sò state per i mo figlioli, per tutti i nostri figlioli è e leve future di sta terra. À elli st’attu di fede, ch’elli ci veghinu u sensu storicu di ciò ch’è no femu : stu votu per dalli a forza di fà cum’è noi, è ancu di più. È po cuntinuà, sempre sempre, senza piantà è mai rifiatà.
Allora avà chì a strada hè aperta, pocu impreme Parigi è i so ghjudici è Parigi cù e so lege. I corsi anu sceltu : « iè, una strada ci hè ! ». A cunclusione di a mo intervenzione in u dibbattitu, citava un’amicu, un gran’pueta alisgianincu : « a fola nasce, a mete si tene, a mo lingua hè a pace è l’avvene » Cusi sia ! ».
 
Fabienne Giovannini, élue du groupe Femu a Corsica :
« Un emuzione tremenda. Tamantu travagliu, noi, quelli nanza a noi, i ghjôvani oghje chi ci fièghjanu. Veramente un piacè tremendu d’avè avutu l’immensu onore d’avè partecipatu à ssu votu storicu. Un messagiu pusitivu à u nostru populu, à Parigi, à l’Auropa ! L’émotion a envahi tous les bancs de l’Assemblée, y compris les élus qui n’avaient pas participé au vote. Nous avons écrit l’histoire ».
 
Michel Castellani, élu du groupe Femu a Corsica :
« J’ai ressenti une énorme émotion. Au moment où le vote est tombé, j’ai pensé, d’un coup, à tous ces gens qui ont fait tellement de sacrifices pour notre langue, à tous les poètes, les culturels… tout simplement à tous les Corses qui l’ont parlé, y compris mes parents qui n’ont communiqué avec moi qu’en langue corse. J’avais, aussi, une émotion en pensant à tous les combats que nous avons déjà menés. Je me souviens, il y a 30 ans, de ce vote où nous avions déjà arraché un premier pas sur l’enseignement du corse. Cette fois-ci, le pas est décisif. J’espère que Paris tiendra compte et prendra acte de cette décision démocratique d’une Assemblée de Corse élue ».
 
Mattea Lacave, élue du groupe Femu a Corsica, enseignante bilingue :
« Je suis très contente et émue, parce que nous avons vécu un moment historique. Cela fait des années que nous autres, Nationalistes, nous nous battons pour l’officialisation de la langue corse. Ce vote prouve que nous ne nous sommes pas trompés. Je voulais, aussi, rendre un hommage à tous ceux qui, ce soir, ont fait un pas en avant, qui n’étaient pas forcément au départ sur cette position de coofficialité, mais qui ont su comprendre. Ils ont, comme nous, un amour immodéré de notre langue. Ils ont conscience que la survie de la langue est un besoin de notre société. Ils ont su en faire une revendication légitime. Je veux, enfin, rendre hommage à Pierre Ghionga qui a su faire preuve de courage politique avec ce rapport et à Marie-Antoinette Santoni-Brunelli qui ne s’est pas alignée sur la position de son groupe et, de manière courageuse, a participé à ce vote historique. En tant qu’enseignante bilingue, ce vote est la concrétisation d’un travail, à la fois, professionnel et politique. C’est un grand espoir pour la Corse, pour notre peuple, pour les générations futures pour construire une société apaisée sur un chemin d’épanouissement personnel et collectif ».
 
Propos recueillis par Nicole MARI



Corse | Entretiens | Elections | Institutions


Les plus récentes
Corse
Nicole Mari | 11/09/2013 | 5936 vues
00000  (0 vote) | 1 Commentaire
Corse
Charles Monti | 22/08/2012 | 4417 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 11