Corse Net Infos - Pure player corse

Soutien à Paul-André Contandini : Ghjuventù indipendentista s'installe à la préfecture de Haute-Corse


Rédigé par le Mercredi 30 Septembre 2015 à 19:48 | Modifié le Mercredi 30 Septembre 2015 - 22:07


Onze militants de la Ghjuventu Indipendentista ont décidé lundi après-midi de porter encore plus fort leur message de soutien à Paul-André Contendini, jeune militant nationaliste incarcéré à Fresnes qui a entamé une grève de la faim depuis maintenant 15 jours pour protester contre le refus de la justice de lui accorder un rapprochement familial qu'il est en droit d'obtenir. Lundi les militants de GI ont franchi, en effet, les grilles de la préfecture de la Haute-Corse pour s'installer dans le hall de l'hôtel du département. Des incidents ont éclaté dans la soirée.


(GI)
(GI)
Accroupis avec devant eux déployée une banderole où le mot Amnistia était écrit en majuscules, ils ont rapidement reçu la visite de Jean Rampon le secrétaire général de la préfecture auquel ils ont, une fois encore, répété les revendications qui sont les leurs depuis plusieurs semaines.
Rapprochement des détenus et sort de Paul-André Contandini, pour lequel tout le monde s'inquiète aujourd'hui, ont constitué l'essentiel des échanges ponctués par la décision des militants d'observer à leur tour une grève de la faim dans les locaux préfectoraux jusqu'à ce que la revendication de Paul-André Contandini soit satisfaite.
A commencé alors une longue période.
Derrière les grilles fermées de la préfecture où les manifestants avaient accroché deux banderoles "Libertà per Contandini" et "Amnistia" et un  dessin de la Corse stylisée, et où des hommes de la direction départementale de la sécurité publique observaient calmement  les événements, il ne s'est plus rien passé.
Les militants de la Ghjuventù se sont parfois montrés sans s'attarder devant les portes automatiques de l'établissement. Le secrétaire général de la préfecture et le chef de cabinet du préfet de Haute-Corse, absent au moment où le hall a été investi, comme les policiers se sont, visiblement, contentés d'observer. 
Dans le même temps une trentaine de personnes s'étaient rassemblées devant les grilles. Parmi elles outre des représentants de la GI, Jean-Guy Talamoni, Rosa Prosperi, Eric Simoni.

Puis au fil des minutes, malgré la pluie, les rangs des militants et des sympathisants a grossi.
Et soudain le ton est monté. Des poubelles ont brûlé devant les grilles de la préfecture. Des projeciles ont volé.
Paul-Marie Romani, le président de l'université a obtenu le feu vert pour s'entretenir avec les occupants du hall de la préfecture mais ce n'est pas pour autant que la tension, qui était palpable à cet instant de la soirée, s'est détendue
Bien au contraire.
Bientôt, en effet, les gaz lacrymogènes ont succédé aux projectiles.
Dans le même temps Ghjuventù appelait au rassemblement sur les réseaux sociaux : "I nostri militanti sò sempre in drentu, l'addunita cuntinueghja, avemu bisognu di voi !  O Populu svegliati "




A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85405 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40850 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 346