Corse Net Infos - Pure player corse

Services de l'Etat à Aspretto : Le préfet de Corse appelle au dialogue


Rédigé par le Samedi 17 Décembre 2016 à 17:29 | Modifié le Samedi 17 Décembre 2016 - 17:51


Une réunion d’information des associations de commerçants du centre-ville d'Ajaccio, sur le projet de regroupement des services de l'Etat sur le site d'Aspretto, s’est déroulée vendredi en préfecture en présence du préfet de Corse, des représentants de la Ville, et des présidents de la Chambre de commerce et d'industrie et de la chambre de métiers des artisans de Corse-du-Sud.


Le bâtiment amené à être détruit sur la base d'Aspretto
Le bâtiment amené à être détruit sur la base d'Aspretto
Ce temps de concertation sera suivi d’autres dès le début de l’année 2017 a affirmé le préfet de Corse Bernard Schmeltz : « il ne s’agit pas de prendre des décisions immédiatement mais de bien comprendre l’idée et l’intérêt de ce projet de regroupement de services régionaux de l’État. » Devant l’inquiétude générale d’un centre-ville qui s’étouffe et se meurt économiquement, le préfet rajoutera que la mise en œuvre de la cité ne concerne que 26 % d’individus qui n’arrangeront pas à eux seuls l’économie du centre-ville.
Après quatre années d'études préalables, conduites sous l'autorité du préfet de Corse entre 2009 et 2013 et associant le secrétariat général du gouvernement, France Domaine, et toutes les administrations territoriales concernées, le scénario retenu est celui du regroupement de 16 services de l'État régionaux et départementaux représentant 837 fonctionnaires à l'horizon 2020 ARS, DIRECCTE, DREAL, INSEE…

Rappel du projet
Le projet de pôle public tertiaire concerne 837 agents et répond à l'objectif de rationalisation de la politique immobilière de l'État en Corse du Sud. Il concerne le site militaire d'Aspretto et est la dernière emprise domaniale de l'État disponible à Ajaccio, d'une superficie totale de 17 hectares sur lesquels 22 000 m² seront utilisés pour l'implantation du pôle public tertiaire (hors emprise militaire). Le site accueille actuellement des activités militaires (Marine nationale) et civiles (forces de sécurité, moyens nautique des services de l'État).
Les services de la préfecture de Corse-du-Sud ont souligné que ce choix permettra, d’améliorer les conditions de fonctionnement de services aujourd'hui éclatés sur une vingtaine de sites, de réduire les coûts de fonctionnement de ces sites liés à leur dispersion ; de répondre aux problèmes d'accès et de stationnement pour les agents et le public et de répondre à l'absence totale de restauration collective à Ajaccio. De plus la dispersion actuelle des services, souvent dans des bâtiments d'habitations, nuit à leur visibilité.
Le projet de regroupement inclura un restaurant inter-administratif, une crèche, une salle de sport, qui pourront bénéficier à l'ensemble des agents sur le site, retraités et aux habitants du quartier d'Aspretto.
Le nombre de places de stationnement prévu s'élève 686 place (343 intégré dans la construction et 343 en surface).

Son financement
Le coût d'investissement est estimé à 51 517 783 € HT (travaux honoraires et assurance inclus), hors loyer financier du PPP (30 millions d'euros). Le projet serait financé par la vente des biens immobiliers de l'État (10 M€ environ), les économies réalisées sur les loyers, qui représente en 2016, 2 de millions d'euros par an, et sur les coûts de fonctionnement par la réduction des surfaces utiles, pour un gain de surface de plus de 40 %. L’opération serait réalisée dans le cadre d'un partenariat public-privé d'une durée de 25 ans pour un seuil de rentabilité estimée à 12 ans.
L'Etat déjà propriétaire à Aspretto voit avec cette solution le maintien de l'équilibre budgétaire de ce projet. Investir ailleurs pourrait faire tomber cet équilibre.

Trop de changements pour Ajaccio?
Si la préfecture de Corse-du-Sud rappelle que ce départ du centre-ville permettrait à 540 nouveaux habitants de résider en permanence en remplacement des superficies occupées par les services de l’Etat et qu’une surface de 28 000 m² sera libérée en centre-ville, ces annonces n’ont rassurée aucun des représentants des associations de commerçants, ni les présidents de la CCI et de la CMA départementales « Les fonctionnaires sont sacrés puisqu’ils ont le pouvoir d’achat ! Ils font partie intégrante de l’économie du centre-ville ! »
D’autres lieux, en remplacement du site d’Aspretto ont été évoqués comme l’hôpital de la Miséricorde dont le devenir est porté par la Ville, sans toutefois faire pencher la balance du côté des représentants centre-ville. « Un projet qui ne donnerait pas toutes les garanties ne pourrait être retenu » rappellera le préfet de Corse.
« En construisant la cité d’Aspretto les gens qui initialement travaillaient en centre-ville ou à Castellani iront plus facilement à Baléone. Cela s’ajoutera à nouvelle organisation trop brutale pour Ajaccio, qui voit Baleone se développer (66 000 m² de grande surface en décembre 2017), mais aussi l’hôpital se déplacer au Stiletto avant 2019…. ».





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 24 Février 2017 - 21:45 LE GFCA rejoint sur la fin à Nîmes (1-1)

Vendredi 24 Février 2017 - 15:56 Alerte à la bombe à l'aéroport d'Ajaccio

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 86754 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 43501 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 379