Corse Net Infos - Pure player corse

Sécurité Routière : Le bilan en demi-teinte de la Gendarmerie

Les résultats de la fin d'année en demi-teinte


le Dimanche 19 Janvier 2014 à 23:04 | Modifié le Dimanche 26 Janvier 2014 - 01:07


Comme à chaque fin d'année, les unités de gendarmerie ont été déployées en nombre sur les routes de Corse afin d'encadrer les risques liées aux festivités et aux lendemains parfois dramatiques. Le point sur la dernière action 2013/2014, avec Corse Net Infos, convié par le Commandant Bisquert référent communication de la Région de la Gendarmerie de Corse, à rencontrer les acteurs du 2A.


Sécurité Routière : Le bilan en demi-teinte de la Gendarmerie
Chacun le sait, les réveillons de fin d'année sont l'occasion d'arroser les repas pour mieux oublier les soucis ou fêter les bons moments vécus et à venir et tourner la page d'une nouvelle année. Malheureusement, c'est aussi la période où un trop grand nombre de vies basculent. C'est le capitaine (TA) Bresset, tout juste arrivé de Bretagne aux commandes de l'EDSR 2A, qui nous a accueilli dans les locaux de l'Escadron départemental de Sécurité Routière, pour présenter le bilan de l'action qui s'est déroulée du 20 décembre au 6 janvier.
Tout d'abord il faut savoir que si l'EDSR est totalement indépendant dans la continuité de ses actions de terrain tout au long de l'année, elle partage la même politique préventive que l'ensemble des unités police et gendarmerie. Ainsi, "le 20 décembre dernier, dans le cadre d'une opération préventive sous l'égide de la préfecture, les unités de gendarmerie insulaires, soutenues par les forces de gendarmerie mobile en déplacement sur l'île, ont été déployées aux côtés des unités de police afin de sensibiliser les conducteurs à cette période très accidentogène." Le 30 décembre en revanche il ne s'agissait plus d'alerter, même si la distribution d'éthylotests avait, une fois de plus, pour but de prévenir au mieux les déboires du lendemain soir. Et cela a semble-t-il profité puisque un seul accident corporel a été constaté contre 2 l'an passé.
Les chiffres sont pourtant à double tranchant. En effet, outre ce "bon résultat" il a été constaté une forte hausse des conduites addictives avec une augmentation de 33% des contraventions pour alcoolémie et c'est sans compter une augmentation de 220% soit 16 cas contre 5 l'an passé  (statistique qui parait exorbitante et reflétant pourtant la réalité annuelle) des contrôles en état d'alcoolémie avec défaut de permis ! Ce qui sous-entend récidive puisque la majorité de ses retraits de permis étaient déjà liés à des problèmes d'alcoolémie.

18 morts en 2013 en Corse-du-Sud
Il semble donc difficile de changer les addictions même si en revanche les slogans de la sécurité routière martelés depuis plusieurs années ont de bonnes retombées sur le comportement des 30 - 45 ans.
Le "SAM", celui qui conduit et qui ne boit pas, rester sur place en soirée dès que possible, l'éthylotest, sont autant de réflexes qui s'imposent aux nouveaux conducteurs qui ont grandi avec les images toujours plus "choc" diffusées tous les ans. Et la génération de leurs parents devraient tout autant en suivre le chemin car les habitudes ne protègent en rien contre les accidents mortels.
"Cette année, nous notons un pic de 157% de tués sur les routes de Corse ! Alors que 2012 avait donné un bilan plutôt optimiste avec une baisse des accidents mortels, on dénombre 18 morts pour 2013 avec entre autre plusieurs accidents à multi-mortalité. Un gros coup dur pour les hommes du terrain qui s'activent toute l'année pour éviter de se retrouver face à ce genre de situations. Leur présence sur le bord de la route n'est pas là pour faire du chiffre, quoi qu'on puisse en penser, mais bel et bien pour ne pas devoir annoncer la mort d'un être cher à des parents, enfants, conjoints, qui voient alors leur vie s'effondrer".
Le capitaine Bresset relate également le comportement encore trop inconscient de ces jeunes qui, sortant de boîtes, envoient "en éclaireur" l'un des leurs pour vérifier la présence d'un point de contrôle et pour ainsi prendre le volant en état d'ébriété. "Ce n'est pas un jeux. C'est la sécurité, la vie de leurs amis qu'ils mettent ainsi en péril"
Le commandant de l'EDSR reste pourtant confiant. "L'ensemble des unités motorisée, en coopération avec les brigades, sont chaque jour sur le terrain afin que leur présence et leurs actions rappellent à chacun les dangers de la route. Notre métier c'est d'être auprès des conducteurs chaque fois que cela est nécessaire et pour leur propre sécurité et pour persévérer dans les messages préventifs."


Sécurité Routière : Le bilan en demi-teinte de la Gendarmerie
Dans la continuité du service de secours de la Gendarmerie, le Commandant Bisquert nous a présenté  le commandant André du PGHM également installé sur Ajaccio.
Il y a encore quelques années, le Peloton de Gendarmerie de Haute Montagne était basé sur Corte. Aujourd'hui, seul un détachement est resté au plus près du cœur du GR20 et le centre de commandement s'est ainsi rapproché des moyens aériens tels que ceux dont disposent la SAG (Section Aérienne de la Gendarmerie) mais aussi la Sécurité Civile.
"Ce serait une fausse idée que de penser que le plus fort de l'action du PGHM se déroule en hiver puisque près de 60 à 70 % de nos interventions ont lieu en été. En revanche cette proportion tend à se modifier avec l'arrivée sur le terrain de nouveaux accompagnateurs et guides de montagne spécifiquement formés aux randonnées hivernales".
La Corse qui attire le gros du tourisme en été, est d'autant plus assujettie aux accidents de montagne en période estivale que d'autres circuits pédestres tels les "mare e mare" ou les "mare e monti" sont accessibles à un plus grand nombre et aux familles. Pourtant, ce n'est pas le manque de préparation ou un équipement non adéquat qui est à l'origine des interventions : "Généralement les randonneurs sont plutôt bien équipés et bien renseignés. Nos interventions sont dues tout simplement au "pas de chance". En effet il s 'agit souvent d'interventions liées à des blessures relatives à la difficulté même du terrain corse. Parfois certains perdent le balisage et pour cela nous travaillons en étroite collaboration avec la direction départementale de la Jeunesse et des Sports afin que les zones balisées où nous intervenons, puissent être améliorées pour limiter ce risque".
Avec des moyens modernes et adaptés l'ensemble des personnels militaires des unités de gendarmerie n'ont donc pas fini d'être nos anges gardiens ...





Dans la même rubrique :
< >

Mardi 6 Décembre 2016 - 18:38 Le rendez-vous de "La table ouverte" à Calvi

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85398 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40847 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 346