Corse Net Infos - Pure player corse

Santé et traitement des déchets au centre des débats de l'associu Femu Fium'orbu Castellu Oriente


Rédigé par Patrick Bonin le Dimanche 24 Juillet 2016 à 12:30 | Modifié le Dimanche 24 Juillet 2016 - 17:23


A l'appel de son président Ghjuvan Santu Le Mao, l'associu Femu Fium'orbu Castellu Oriente s'est réunie ce samedi dans les locaux de l'ancien collège de Prunelli-di-Fium'orbu. En présence de Paul-André Colombani et Saveriu Luciani conseillers territoriaux, du docteur André Rocchi et de Magali Gozzi, les militants de l'association ont abordé la problématique récurrente liée à la santé ainsi qu'au traitement des déchets.


Les militants de Femu Fium'Orbu Castellu Oriente réunis sur le thème de la santé et des déchets ménagers.
Les militants de Femu Fium'Orbu Castellu Oriente réunis sur le thème de la santé et des déchets ménagers.
C'est le docteur André Rocchi qui a ouvert les débats sur la santé, un thème sur lequel en tant que membre de l'UPRS de Corse (Union régionale des professionnels de santé),  il s'investit pour tenter de trouver les solutions les plus concrètes aux problèmes de l'urgence et de la désertification médicale des zones rurales et ultramarines.   
Rappelant de manière exhaustive les moyens médicaux existants dans les différentes zones insulaires, le médecin généraliste a précisé qu'en plaine orientale, le territoire n'était pas équipé de plateau technique et connaissait quelques soucis en matière de biologie médicale. " Si nous constatons sur l'ensemble de la Corse une augmentation de 2,7% du nombre des médecins, il n'en reste pas moins que ces neuf dernières années, nous avons connu en terme de densité régionale, une baisse de près de 8,4 % des médecins généralistes exerçant en zone rurale.  Il faut donc trouver toutes les solutions pratiques et concrètes pour pallier ces manquements.  Ajoutons à cela, pour une population de 18 300 habitants établie sur près de trente cinq communes, l'absence de plateau technique et des laboratoires de biologie qui font office de boites à lettres, impliquant des délais plus longs pour les résultats d'analyse" a expliqué André Rocchi.  


Un constat pour lequel le médecin propose une solution concrète qui pourrait être mise en œuvre avant Noël s'il parvient à convaincre les différents organismes d'Etat décisionnaires : " Je vous présente ce soir le fruit de ma réflexion sur un plan purement médical mais il est clair que j'aurai besoin de votre soutien si toutefois vous validez ma démarche" a précisé le docteur Rocchi aux militants de Femu. " La problématique de transport est également un point incontournable de la politique de santé car il s'agit de rapprocher le patient des lieux de soin. Or si l'axe Nord -ud est pris en compte, l'axe Est -Ouest n'est que peu ou pas existant. Mon projet, quelque soit le lieu, consisterait pour les médecins généralistes, au sein d'une maison de garde couplée avec une salle de Samu et une salle de déchoquage, à prendre de 7h à 23 h chaque jour des gardes médicales dans une parfaite osmose avec les médecins du Samu" a ajouté le médecin. 


Élément incontournable de ce projet, la mise en place d'un statut expérimental de fonctionnement en plaine orientale comme il en existe dans d'autres départements français.  Un statut qui permettrait au Samu de fréquenter un local adapté sans que celui- ci ne devienne un bâtiment hospitalier. "En somme" précise le docteur André Rocchi " le Samu pourrait venir travailler dans une salle de déchoquage libérale où les frais de fonctionnement ne seraient point ponctionnés sur le budget hospitalier. Ce statut expérimental existe ailleurs, pourquoi ne pas arriver à le mettre en oeuvre chez nous ".


Présent à la réunion, le docteur Paul-André Colombani , conseiller territorial en charge de l'observatoire régional de santé (ORS), a précisé que tous les projets et les besoins devaient être recensés afin d'avoir sur le sujet une politique régionale coordonnée. Evoquant le vote prochain à l'assemblée d'une motion sur la Santé, il a invité le docteur Rocchi à rédiger un texte qui pourrait être soumis prochainement à l'hémicycle ajaccien.  
L'idée de statut dérogatoire ainsi que le développement souhaitable des axes de communication ont été validés par les membres de Femu Fium'Orbu Castellu Oriente qui apportent ainsi à André Rocchi un soutien plein et entier. 

Magali Gozzi vient défendre le plan d'action pour la réduction et le traitement des déchets ménagers de Corse

Magali Gozzi est venue expliquer le rapport sur le plan d'action pour la réduction et le traitement des déchets ménagers de Corse.
Magali Gozzi est venue expliquer le rapport sur le plan d'action pour la réduction et le traitement des déchets ménagers de Corse.
Présente à cette réunion estivale organisée par Femu Fium'Orbu Castellu Oriente, Magali Gozzi , après avoir dressé l'état actuel des différents centres d'enfouissement techniques de l'île, a défendu avec vigueur devant les militants présents, le plan d'action adopté par l'assemblée de Corse en séance du 27 Mai.  Un plan qui vise à réduire considérablement les volumes d'ordures ménagères résiduelles en mettant en place les conditions d'une valorisation de plus en plus importante. 
Simplification du tri pour les usagers,  modes déconcentrés de traitement des déchets ménagers (compostage), tendre vers le "zéro frazu", telles sont les grandes lignes que la militante est venue promouvoir : "Le but de ce plan d'action est de réduire au maximum l'enfouissement. Seuls les déchets ultimes seront enfouis. C'est certain, beaucoup de déchets, c'est beaucoup de tonnes et lorsque l'on regarde le prix à la tonne, c'est aussi beaucoup d'argent. Alors les choses ne sont pas faciles. Tout ne se mettra pas en route d'un coup de baguette magique mais en attendant l'Exécutif de Corse compte avoir un regard sur le respect de la législation en la matière et sur le respect des cahiers des charges pour chaque centre d'enfouissement technique" a expliqué Magali Gozzi qui a ajouté : "Certains CET ont encore une capacité d'accueil technique possible même si administrativement la coupe est pleine, mais il s'agit de patienter, de permettre l'augmentation de la capacité administrative pour tenir , le temps que le plan d'action donne ses premiers résultats.  Nous sommes en capacité de réduire considérablement l'enfouissement.  Il faut notamment que les communautés de communes votent la mise en application du plan. Nous serions alors en capacité de passer de 90 000 tonnes à 45 000 tonnes".
Le contexte est certes difficile.  De nombreux riverains  et élus montent au créneau aux abords de nombreux centres d'enfouissement techniques soit en prônant le Zéro enfouissement, soit en veillant à limiter les tonnages.  
En Corse-du-Sud  notamment, à l'initiative de la présidente des maires Joselyne Matteï Fazi, l'idée de l'incinération des déchets ultimes pourrait refaire surface avec un questionnaire public sur les différents moyens de traiter les déchets sur l'île.  En tout état de cause, quelque soient les techniques utilisées pour le traitement des déchets ultimes, le plan d'action pour la réduction des déchets ménagers de Corse voté par l'assemblée de Corse  allie bon sens commun et réduction des coûts en attendant de trouver la meilleure solution.  
 



A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85491 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40923 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 348