Corse Net Infos - Pure player corse

Saison estivale : Comme promis, Bastia met ses habits de fête !


Rédigé par Nicole Mari le Samedi 21 Juin 2014 à 01:03 | Modifié le Samedi 21 Juin 2014 - 01:16


Bastia in festa : 90 jours, 90 évènements ! C’est le programme tous azimuts concocté, en un temps record, par la nouvelle municipalité pour dynamiser une saison estivale, jusque-là en souffrance. Du patrimoine au sacré, du culturel au festif, il décline tous les goûts : chant, danse, bal populaire, musique, théâtre, visites guidées, conférences, peinture, sports… et envahit tous les quartiers, de Lupino au Fangu en passant par le Vieux Port et le centre ancien avec des temps forts et des rendez-vous hebdomadaires. Explications, pour Corse Net Infos, de Linda Piperi, adjointe déléguée au développement économique, au marketing territorial et à l’animation..


Le maire de Bastia, Gilles Simeoni, entouré de Linda Piperi, adjointe déléguée au développement économique, au marketing territorial et à l’animation, Mattea Lacave, adjointe déléguée à la culture, et Philippe Peretti, adjoint délégué au patrimoine.
Le maire de Bastia, Gilles Simeoni, entouré de Linda Piperi, adjointe déléguée au développement économique, au marketing territorial et à l’animation, Mattea Lacave, adjointe déléguée à la culture, et Philippe Peretti, adjoint délégué au patrimoine.
Pendant sa campagne électorale, le candidat Gilles Simeoni avait promis de faire de Bastia, dès la saison estivale, une ville festive. Elu, le maire tient sa promesse et entend redonner « un soffiu novu, quellu di a gioia è di u scambiamentu ». Vendredi après-midi, dans le jardin suspendu du Palais des gouverneurs, entouré de son équipe, des adjoints délégués à la culture, à l’animation et au patrimoine et de nombreux acteurs culturels, il a présenté « Bastia in festa – A l’ora di l’estate – 90 jours, 90 évènements ». Pour Gilles Simeoni, l’enjeu n’est pas anodin : « Il est important pour nous de réussir notre premier rendez-vous et de changer le visage de Bastia, le rapport des Bastiais à leur ville et l’impression de ceux qui la visitent. Nous voulons faire une double démonstration. D’abord, donner du sens à la fête qui est un élément créateur de lien social. Ensuite, au delà de notre volonté d’être heureux, nous voulons dire haut et fort que Bastia va devenir une véritable destination touristique, un endroit que l’on choisit pour son cadre de vie, ses plages, son patrimoine, ses évènements et un certain art de vivre méditerranéen ».
 
Un programme très rock
Ce programme estival éclectique, qui débute le 20 juin avec la fête de la musique, propose à un rythme soutenu et quasi-quotidien des évènements culturels et patrimoniaux, des manifestations sportives et de l’animation jusqu’au 30 septembre. « Simu veramente cuntenti di prisentà vi oghje sta prugrammazione chi currisponde à i nostri indiamenti di prupone, spettaculi diversi, varii, chi v’insegnanu ch’ellu ci hè un cumbiamentu veru chi principia cù l’estate », précise, in lingua nustrale, Mattea Lacave, adjointe déléguée à la culture. Fête de la St Jean et de la St Roch, 2 soirées NRJ Party, soirée Porto Latino, Notte di a memoria, Légendines tous les mardis, Bastia in Musica tous les jeudis dans un quartier différent, Canti è Detti (chants sacrés) et Milonga di Notte (bals de rue) tous les vendredis, Brocante des remparts tous les samedis, Cultura d’estate, théâtre, expositions de peintures et de photographies, fête du sport, piste BMX gratuit pour les 8-16 ans, shopping de nuit… Il y en aura pour tous les goûts et pour tous les publics. « A titre personnel, je tiens beaucoup à ce que le rock soit réhabilité dans notre ville », souligne, amusé, le maire, qui s’y est essayé dans sa jeunesse. Il explique que, désormais, Bastia ne doit plus se penser seul, mais en concordance avec les territoires ruraux et l’intérieur, d’où la soirée d’ouverture du festival Porto Latino.
 
Des quartiers vivants
« Un autre point essentiel est de proposer un été de fête dans tous les quartiers. A travers le programmes et des moyens innovants, nous allons permettre à tous les quartiers de redevenir vivants et à tous les publics d’assister aux manifestations avec le renforcement des transports urbains », ajoute-t-il. A côté des navettes gratuites et des bus nocturnes qui seront en activité jusqu’à minuit, les vendredis et samedis soirs, des lignes gratuites seront mises en place pour les grands évènements. « L’accès aux animations, à la culture et au patrimoine est un droit pour tout le monde et participe à la mixité sociale », poursuit-il. Près de 90% des manifestations seront gratuites. Côté culture, la municipalité a privilégié des spectacles de petits formats, notamment du théâtre et des concerts, pour mettre à l’honneur les sites patrimoniaux. Le concert du guitariste Johnny Gallagher se tiendra dans les jardins suspendus du musée.
 
Un patrimoine à découvrir
Relier la culture et le patrimoine aux animations estivales, c’est aussi le credo de Philippe Peretti, adjoint délégué au patrimoine : « Nous avons répondu au souci du maire de Bastia de deux façons. D’abord, en associant tous les lieux de mémoire et le centre ancien. Les manifestations sont une vitrine qui permet de les mettre en valeur. Nos visiteurs et les Bastiais peuvent aussi les découvrir par des conférences et des parcours urbains dont certains seront initiés cet été. Ensuite, par un événement phare, A notte di a memoria, le 19 juillet, que nous avons transformé autant que faire se peut avec, notamment, un son et lumière. Dans l’avenir, cette manifestation prendra une autre ampleur. Notre but est de donner à Bastia sa véritable place de capitale culturelle et de ville d’Art et d’histoire ». Pour permettre aux Bastiais de mieux vivre leur ville, le quartier du Vieux Port deviendra piétonnier jusqu’à 1 heure du matin, du 20 juin au 31 août, à quelques exceptions près.
 
The place to be
« Bastia se prête à la fête. Elle sera cet été, the place to be ! », se réjouit Gilles Simeoni. Sans pour autant oublier les problèmes corollaires qui lui sont liés. Dans 15 jours, il dévoilera les mesures prises pour mieux vivre ensemble, Campà Inseme. « La contrepartie de cette nouvelle respiration du jour et de la nuit est la nécessité d’instaurer des règles fortes en faisant appel au civisme de tous. Les règles tourneront autour de 3 points : le problème récurrent de la propreté, l’occupation du domaine public et le respect des riverains avec des mesures limitant les nuisances sonores et de tous ordres ». Pour le maire de Bastia, la fête s’inscrit dans une stratégie d’ensemble. Il conclut, in lingua nustrale : « Pensu veramente chi sarà un bell’estate di festa é di campa inseme in Bastia ! »
 
N.M.

Linda Piperi, conseillère municipale de Bastia, adjointe déléguée au développement économique, au marketing territorial et à l’animation..
Linda Piperi, conseillère municipale de Bastia, adjointe déléguée au développement économique, au marketing territorial et à l’animation..

Linda Piperi : « L’idée est de donner du souffle et l’envie de faire la fête »
 
-  Le thème de l’été : 90 jours, 90 évènements. Que signifie ce thème ?
- On a pris ce slogan, mais il y a, en réalité, beaucoup plus d’évènements en 90 jours, parfois même 2 ou 3 événements par jour. Nous proposons tout un foisonnement d’évènements culturels, patrimoniaux ou d’animation sur toute la saison.
 
- Concocter un tel programme en deux mois relève-t-il du challenge ?
- C’est vrai ! Pour le service animation, ce fut un vrai challenge ! Nous avons créé des évènements dans un temps très contraint et avec un budget contraint. Lorsque nous sommes arrivés aux responsabilités en mars, des évènements étaient déjà budgétisés par nos prédécesseurs. Mais il y avait, en réalité, peu de choses programmées. Nous avons, donc, du trouver les moyens pour construire une nouvelle programmation.
 
- Quelle idée directrice vous a guidé pour la concocter ?
- L’idée directrice est de donner du souffle et l’envie de faire la fête, de présenter des spectacles pour tous les publics dans tous les lieux de la ville et pour tous les goûts : du tango aux groupes Pop rock, acoustique ou métal... Nous voulons que le changement se voit et se sente et que tout le monde s’investisse dans cette nouvelle façon de faire la fête.
 
- Sur quelle base ?
- A côté d’évènements récurrents hebdomadaires, tous les jeudi et vendredi, nous avons programmé 4 temps forts en nous adossant à des évènements qui existent déjà. Le 1er est la fête de la Saint-Jean toute la journée du 23 juin avec un aspect, à la fois, patrimonial et religieux, et tous les aspects du festif. Le plan d’eau du Vieux-Port et l’église Saint-Jean Baptiste seront mis en valeur. Une Sardinade sera proposée aux passants. La procession aux flambeaux, avec la présence des confréries, se terminera par un bal.
 
- Quels sont les autres temps forts ?
- Le 2ème temps fort est organisé autour des deux soirées Rock in Bastia et NRJ Party, les 27 et 28 juin. Nous avons cherché à créer un partenariat avec NRJ pour, par exemple, utiliser la scène montée pour le concert du 28 juin et l'offrir, la veille, aux groupes insulaires. C’est une manière de faire le pendant entre un spectacle national et international et une ouverture à la scène rock corse avec ACDC Tribute, Osmose et Dysfunction, un groupe débutant.
 
- Quels autres partenariats avez-vous noué ?
- Pour le 3ème  temps fort, nous avons noué un autre partenariat important, que nous espérons aussi pérenniser l’année suivante, avec Porto Latino. Le 18 juillet, nous ferons l’ouverture de ce festival à Bastia avec un groupe de salsa barcelonais Sra Tomasa, précédé d’une battucada, des danses de rues qui animeront de manière festive toute la ville, mais plus précisément le Vieux Port. Enfin, le 4ème temps fort aura lieu le 16 août avec la fête de la Saint-Rock dans la rue Napoléon qui déclinera, de la même façon que la Saint Jean, des aspects festifs, patrimoniaux et religieux.
 
- Est-ce une volonté affirmée de décliner ces trois aspects simultanément ?
- Ces trois aspects sont mêlés, de manière naturelle, lorsque l’événement s’y prête. Bien évidemment s’y ajoutent des éléments purement festifs. De toute façon, tout est culturel ! Par exemple, l’aspect patrimonial consiste à faire vivre tous les lieux de la ville. Bastia a une telle charge patrimoniale que l’on retrouve, de façon naturelle, tous les aspects réunis dans notre programme.
 
- Y a-t-il d’autres nouveautés ?
- L’une des grandes nouveautés est la gratuité. Toutes les animations sont gratuites, ainsi que 90% des évènements. L’autre nouveauté est la diversité des lieux. Nous n’avons pas favorisé tel lieu plutôt que tel autre. Les manifestations ne sont plus concentrées sur la place Saint Nicolas, mais essaiment dans tous les quartiers de la ville : le Vieux Port, la place du marché, les jardins du Fangu, Cardo, la pelouse de la place Vincetti, les jardins suspendus du musée, la place du Donjon, le boulodrome de Lupino et l’esplanade de l’église Notre Dame des Victoires. Le but de Bastia in festa est de faire redécouvrir la fête à tous les Bastiais.
 
- Cette nouvelle politique festive n’a-t-elle pas aussi d’autres buts ?
- Effectivement. Il n’y a pas que l’aspect festif. Nous avons travaillé pour que ce 1er été donne un signal de fête. Nous allons, maintenant, œuvrer pour construire et déployer tous ces évènements, toujours dans le même sens, tout au long de l’année. Bastia ne doit pas vivre et être dynamique simplement l’été. Il est important que cette vie et ces animations dynamisent et rendent la ville attractive, d’un point de vue touristique, en permanence. Ces 90 jours ne sont qu’un début !
 
Propos recueillis par Nicole MARI.
 





Dans la même rubrique :
< >

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85590 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40978 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 349