Corse Net Infos - Pure player corse

SCB-ACA : Le match se poursuit sur un autre terrain


Rédigé par le Dimanche 3 Mars 2013 à 18:23 | Modifié le Lundi 4 Mars 2013 - 02:42


Le derby SCB-ACA s'est une nouvelle terminé dans la confusion à la suite de ce tacle très dangereux d'Oliech sur Landreau. On connaît la suite avec la bagarre quasi-générale et la distribution de cartons rouges dont nous a gratifiés M. Turpin. Mais l'affaire n'en est pas restée là. Si sur le terrain tout est rentré dans l'ordre, le match, déjà entamé, un peu avant aux abords et dans les tribunes, s'est poursuivi. Avec des jets d'objets divers, des dégradations et des blessés de part et d'autre. Tout cela n'est guère reluisant pour le football corse. Et après les faits, regrettables et montrés du doigt de part et d'autre, voila que l'on se voue mutuellement aux gémonies. Et que l'on engage le match sur un autre terrain. Celui de la polémique. Lundi on attend des conférences de presse des dirigeants bastiais et des dirigeants ajacciens. Pour sans doute dire chacun leur vérité. Retour sur cette soirée qui restera dans les annales du football corse mais pas pour ce qu'elle a eu de plus glorieux


SCB-ACA : Le match se poursuit sur un autre terrain
Il était un peu plus de 19 heures lorsque les bus des supporters Ajacciens s'approchent de la tribune Cahuzac pour regagner leur parcage à l'Ouest du stade. Les premiers projectiles qu'ils utilisent à leur descente des bus visent les supporters Bastiais bloqués, à dessein dehors, et qui ne pouvaient rejoindre la tribune Lorenzi. Quelques-uns sont blessés à la suite à des jets de pierres effectués par des supporters visiteurs.
Les forces de l'ordre interviennent mais sans faire usage d'engins lacrymogènes. Le calme revient une demi-heure plus tard. Mais on est loi de la sérénité. "La tribune va tomber"  repris en chœur par les visiteurs glace Furiani et fait sortir de ses gonds Didier Grassi, du collectif du 5-Mai. 
Le calme revient cependant. Et la rencontre se déroule dans une très bonne ambiance avec des chants d'encouragement des deux camps..
Jusqu'au coup de sifflet final et les incidents que nous vous avons, déjà, relaté.

Double plainte de Alain Orsoni
Au lendemain de cette soirée Alain Orsoni, le président de l'ACA, a diffusé un communiqué sur le site du club. Il y annonce qu'il déposera une double plainte. Une contre X pour " ce qui s'est passé à l'extérieur " et contre le SCB qui, selon lui, " porte une grosse part de responsabilité".
Voici ce communiqué :
Je ne crois pas utile de revenir sur le match, ce n'est pas le sport qui a fait le spectacle, le hooliganisme était à l'honneur et la Corse a donné une image déplorable de son football. Ce qui c'est passé hier soir a Furiani est une honte, un véritable scandale qui ne doit plus jamais être toléré !
J'ai toujours apporté mon soutien au SCB, au nom d'une solidarité corse qui ne peut plus s'exercer des lors que les limites du supportable ont été franchies. Des l'arrivée des cars de supporters, au moment de pénétrer dans la tribune réservée aux visiteurs, des pierres ont été lancées, trois personnes ont été blessées, l'une d'elles a été hospitalisée...
A la fin du match, alors que ces mêmes supporters ajacciens attendaient dans la tribune visiteurs, un véritable déluge de pierres s'est abattu sur eux sans qu'ils puissent de protéger car ils étaient enfermés dans cette tribune. Les jeunes qui ont cherche a se mettre a l'abri en escaladant le grillage pour trouver refuge sur la pelouse ont été reçu par les stadiers du SCB qui les ont attaqués a coups de tasers électriques !
Finalement, on a ouvert les grilles pour leur permettre de venir sur la pelouse, hors de portée des caillasses. Là ils sont restés parqués jusqu'à minuit. De nombreuses femmes, plusieurs enfants ont été blessés, je oublierai pas le visage de cette petite fille de neuf ans, recroquevillée dans une couverture de survie, terrorisée par ce qu'elle venait de vivre.
Cela n'a rien a voir avec le football ! Il s'agit la de hooligans, sans courage, sans honneur, et il n'y a aucune excuse à ces agissements. Il ne suffit de s'autoproclamer Club de la Corse, encore faudrait-il respecter certaines valeurs, ce genre de comportements criminels ne font pas partie de notre culture !
J'ai donc décide que pour la première fois, je porterai plainte contre X pour ce qui s'est passé a l'extérieur et contre le SCB qui porte, à mon sens, une lourde responsabilité."
C'est la seconde fois (il l'avait aussi au match aller) que le président Ajaccien dépose plainte après le derby. La première fois, le Sporting avait été lourdement sanctionné par la commission de discipline de la LFP.
Dimanche c'est le groupe de supporters "Bastia 1905" qui a donné son sentiment sur la soirée de samedi.

La réplique de  « Bastia 1905 »
« Au vu de la polémique abracadabrantesque que tente de lancer Alain Orsoni à la suite de ce derby, sans doute pour éviter de regarder la responsabilité écrasante des siens, Bastia 1905 tient à réagir :
Premièrement, ni le groupe ni aucun supporter bastiais n'ont attaqué le cortège acéiste entre leur sortie des bus et l'entrée en tribune ouest. Ces mêmes acéistes, après avoir vandalisé des commerces et des voitures à Corte une heure auparavant, sont arrivés devant le stade en lançant fumigènes, bombes artisanales et pierres sur la foule amassée aux alentours de l'enceinte. Un début d'incendie s'est déclaré dans le centre de formation et les voitures des jeunes joueurs du Sporting garées à côté de celui-ci ont subi de lourds dégats. Des familles présentes aux alentours ont été touchées, d'autres violemment choquées. En réponse, une petite frange de supporters bastiais, vite calmés par les cadres du groupe, ont riposté avec des jets de pierres. Quoi qu'il en soit, en aucun cas ces incidents ne sont imputables aux supporters bleus. Des centaines de témoins peuvent appuyer cette version véridique et objective des faits, ainsi que des vidéos circulant sur les réseaux sociaux.
Une fois rentrés dans le stade, les acéistes ont bafoué la mémoire de nos morts en chantant des slogans offensants sur la catastrophe du 5 mai, à tel point que le journaliste Didier Grassi, blessé lors de cette catastrophe, est sorti de ses gonds et a dû être retenu par plusieurs stadiers. De nombreuses personnes peuvent témoigner de cet évènement dépassant les limites d'une rivalité sportive.
Dans les dix dernières minutes du match, ces mêmes acéistes ont jeté sur la tribune familiale adjacente des dizaines de piles, de hampes de drapeaux et autres boulons, obligeant les stadiers à créer une zone tampon pour protéger les supporter bastiais attaqués sans raison et dont le calme face à cette agression a évité une interruption du match.
Il est à préciser que les supporters de l'AC Ajaccio sont arrivés à Bastia lourdement armés : de nombreuses armes telles que des poings américains ou des matraques télescopiques ayant été retrouvées dans leur bus ainsi que de la poudre noire servant à fabriquer des bombes artisanales. Pour de pauvres victimes sur qui toute la Corse devait pleurer, c’est pour le moins étrange. Mais bien entendu, le président de l’ACA se gardera bien de parler de cela dans sa campagne de communication.
Non, les supporters bastiais ne sont pas responsables des incidents extra sportifs de la rencontre d'hier soir. Non, en aucun cas, ils n'ont voulu en découdre avec des supporters qui n'avaient, pour eux, aucune espèce d'importance. Personne n’est en droit de reprocher à quelqu’un d’avoir renvoyé une pierre qu’il a reçue ou qu’un membre de sa famille a reçue.
Non, les supporters bastiais n'ont aucune leçon de courage, d’honneur ou de valeurs en général à recevoir de M. Orsoni dont l’attitude provocante lors de l’avant match n’a certainement pas contribué a pacifier le climat.
Il est indispensable de s’élever contre la désinformation pratiquée par le club de l'AC Ajaccio à travers son président condamnant des "comportements criminels". (…)
Nous nous inscrivons en faux et dénonçons une propagande mensongère autour de ce match qui a été le théâtre d'une leçon de football sur le terrain et d'une leçon de supporterisme en tribune. Voir un stade vivant et un public passionné a certainement dérouté joueurs, staff et spectateurs-hooligans de l'ACA, mais cela ne les autorise en rien à mentir éhontément en travestissant une réalité peu glorieuse pour eux et en se servant d’image d’enfant pour faire pleurer le bon peuple qui fort heureusement n’est plus dupe par rapport aux mensonges et à la victimisation permanente de certains… « 
Le match se poursuit lundi avec de conféreces de presse des deux clubs à Ajaccio et Bastia.   




A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85495 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40928 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 348