Corse Net Infos - Pure player corse

S. Renucci : « Seul un contrat de confiance entre la Corse et Paris peut ramener la paix »


le Mercredi 5 Juin 2013 à 19:49 | Modifié le Jeudi 6 Juin 2013 - 01:30


Lors de la visite de ces dernières 48 heures en Corse, le ministre de l’Intérieur Manuel Valls s’est rendu mardi après-midi à la Mairie d’Ajaccio pour une cérémonie d’accueil. A cette occasion, le maire d’Ajaccio Simon Renucci s’est exprimé sur les sujets au cœur du déplacement de Manuel Valls. Violence, Justice et Justice sociale, développement économique et conditions d’apaisement pour la Corse, sont autant de thèmes que Simon Renucci a abordés et développés avec rigueur, lucidité et pragmatisme devant le ministre de l’Intérieur. Loin de toute forme de langue de bois, le message est passé.


C'est au cours de la cérémonie de réception qui s'est déroulée mardi après-midi à la mairie d'Ajaccio, que le maire d'Ajaccio Simon Renucci s'est adressé au ministre de l'intérieur Manuel Valls. (Photo : Marilyne Santi)
C'est au cours de la cérémonie de réception qui s'est déroulée mardi après-midi à la mairie d'Ajaccio, que le maire d'Ajaccio Simon Renucci s'est adressé au ministre de l'intérieur Manuel Valls. (Photo : Marilyne Santi)
Voici la majeure partie de son discours

« Monsieur le Ministre, chacun sait bien que sortir notre île de l’ornière ne se fera pas du jour au lendemain. Ici la violence frappe régulièrement, et les Corses sont les premières victimes de cette spirale mortifère où se mêle crainte et angoisse de l’avenir. Parallèlement, est-il nécessaire de préciser que la sécurité des biens et des personnes est une prérogative régalienne. En reprenant une expression  inscrite au fronton  d’un rapport  parlementaire sur l’île, disons que la sécurité est  « un droit pour la Corse, un devoir pour l’Etat. »
Acceptons en l’augure ! A condition d’éviter le piège de la responsabilité collective,  les raisons d’y croire et d’espérer existent pourtant. (…) Ce n’est pas dans l’émotion, mais vous le savez bien, que se règle une problématique aussi complexe et dramatique que la nôtre. A mes yeux, en effet, la seule politique devant prévaloir chez nous doit être globale. Son pilier ? La justice, la justice sociale et le développement économique. Voilà en peu de mots les moyens de trouver la sérénité que chacun appelle de ses vœux.
En effet, j’ai la faiblesse de penser que seul un véritable contrat de confiance passé entre la Corse et Paris est susceptible de ramener la paix. Cette paix qui ne se décrète pas mais se construit. La démarche est exigeante. Elle ne doit laisser place à aucun amalgame. Mais à l’inverse être pétrie de justice et de bon sens. Au nécessaire établissement de l’Etat de droit doit répondre comme en écho la solution aux problématiques sociétales.

La cérémonie d'accueil de Manuel Valls à la mairie d'Ajaccio en images. (Photos : Marilyne Santi)

« La solution au problème Corse suppose une approche globale »
Une telle doctrine doit reposer sur une méthode bien précise. Elle doit aussi et surtout s’inscrire dans la durée. (…) La solution au problème Corse suppose une approche globale. Tout à l’heure, Vous avez paraphé la troisième tranche du Plan Exceptionnel d’Investissement pour la Corse. Aussi, votre venue chez nous est incontestablement placée sous le sceau du développement économique. Vous le savez, c’est une priorité pour notre île et il s’agit d’en  finir avec la précarité et le chômage qui désespèrent la jeunesse et sont le terreau de toutes les dérives. Si la condamnation est nécessaire, l’action est indispensable avec le souci partagé d’un développement maîtrisé.
Pour élargir le débat, il est grand tant que nos regards se projettent vers l’avenir. Quelle stratégie mettre en place pour sortir notre île de l’ornière ? Voilà la question fondamentale qui aujourd’hui doit mobiliser nos énergies.
Pour créer un grand projet éducatif et citoyen  où convergent toutes les forces vives de la Corse : voilà le chemin, voilà l’impérieuse exigence et voilà le défi qui nous est imposé à tous : ramener les corses et les insulaires aux fondements de nos valeurs : le respect de l’autre, la tolérance l’amour de la justice, valeurs que nous partageons, Monsieur le Ministre. (…)
Gageons que l’intérêt que vous portez à la Corse puisse augurer d’un meilleur avenir pour notre Ile. Je vous remercie ».
Ndlr : l’intertitre est de la rédaction

Yannis-Christophe GARCIA




1.Posté par Rezzi le 05/06/2013 21:47 (depuis mobile)
Vous êtes un sage monsieur le Maire merci pour la Corse

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Corse | Entretiens | Elections | Institutions


Les plus récentes
Corse
Nicole Mari | 11/09/2013 | 5936 vues
00000  (0 vote) | 1 Commentaire
Corse
Charles Monti | 22/08/2012 | 4415 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 11