Corse Net Infos - Pure player corse

Route de Ville à Bastia, l'amiante s'invite au débat


Rédigé par le Lundi 4 Février 2013 à 19:46 | Modifié le Mercredi 6 Février 2013 - 01:07


Emile Zuccarelli et la municipalité de Bastia animent depuis quelques temps déjà des réunions de concertation dans tous les quartiers de la ville. Lundi soir, c'est devant le couvent Capanelle, que le maire, plusieurs élus et des représentants des services techniques avaient convié les riverains à débattre. Mais si au départ il devait être question de sécurité routière, d'évacuation d'eaux pluviales, de déchets ménagers c'est bien plus d'amiante que l'on a parlé.


Route de Ville à Bastia, l'amiante s'invite au débat
L'amiante, on le sait depuis plusieurs années déjà, il est presque partout dans la vallée du Fango et sur les contreforts de la ville.
Aujourd'hui il revient dans le débat. Montré du doigt, le chantier ouvert depuis quelques semaines devant la résidence Sulana.
Là, on reproche à la municipalité d'avoir accordé un permis de construire sur un terrain amiantifère. On reproche au chantier de ne pas être toujours bâché, comme l'impose la réglementation. Et de ne pas être davantage arrosé pour éviter aux fibres de s'envoler.
Le ton est parfois vif entre Marie Do Vittori, qui porte la contestation dans le quartier, et Emile Zuccarelli.
Le maire de Bastia explique que l'amiante pose ici un problème général. Il n'en demeure pas moins que quand il y a des travaux qui s'engagent après un permis de construire, "toutes les précautions doivent être prises pour qu'il n'y ait pas d'afflux d'amiante".
"Les entreprises et les pouvoirs publics doivent mettre tout en œuvre pour respecter et faire respecter la réglementation" a expliqué le maire de Bastia qui a, au passage, rappelé qu'en 1996 la Zac du Fango avait été stoppée parce que l'on ne savait pas trop où enfuir les déchets amiantifères.
"Ni l'Etat, ni l'Ars, ni la région n'ont pu apporter de solutions".

"Bâcher et arroser"

Route de Ville à Bastia, l'amiante s'invite au débat
Réplique de Marie Do Vittori : " Mais ceux qui signent les permis de construire savent-ils que bien des fois il n'y pas de bâches sur le chantier et que par jour de grand vent - il souffle très fort route de Ville - le terrain, le week-end surtout, est dépourvu d'arrosage : Comment peut-on, dès lors, accorder des permis de construire sur de l'amiante avec les vents violents que l'on a souvent à Bastia?"
Jean-François, le sécrétaire général de la mairie a alors rappelé qu'un chantier amiantifère était placé sous le contrôle de la direction du Travail et que s'il y a un problème au plan de la salubrité publique, celui-ci relève de la compétence de l'Agence régionale de la Santé. "Le maire peut en avoir connaissance" a souligné Jean-François Leandri "mais depuis 10 jours la préfecture de Haute-Corse et l'ARS sont saisies."


Des contrôles dès mardi

Mais les choses vont aller vite?
Dès ce mardi contrôles atmosphériques auront lieu dans le quartier. La préfecture et l'Ars vont procéder à des mesures conjointes sur des sites différents du quartier (DISS, Ecole de l'Annonciade et Hyper marché Leclerc).
Ces mêmes mesures (elles ne doivent pas être supérieures à 5 fibres d'amiante par litre d'air) pourront être même pratiquées chez des particuliers, à l'image de Marie Do Vittori, s'ils le désirent.
"Il est bien évident que si la mesure est dépassée, le maire, le préfet et l'Ars prendront toutes les dispositions nécessaires pour arrêter le chantier."
Le service communal d'hygiène, lui, n'a pas attendu pour relever des dysfonctionnements. "Nous saisirons la police du chantier pour les faire constater. Le maire ne peut en aucun cas se substituer à cette autorité" a martelé Jean-François Leandri pou conclure le débat sur ce point.
Mais l'affaire est quand même à suivre…

Circulation dangereuse

L'autre grand sujet concernait la circulation automobile dans le quartier. "Très dangereuse" selon les riverains. "Il y a des endroits où il est impossible de traverser".
La solution ?
Elle passe par la pose de plateaux traversants. Deux au minimum. Ou bien par la réalisation, par le conseil général, de la voie du haut du Fango qui délesterait la route de Ville.
Les containers d'ordures ménagères qui sont peu entretenus, des déchets ménagers que l'on pose un peu partout et qui avec le vent sont le plus souvent par terre et au milieu de la route, constituent les autres sujets de préoccupation.
Celui du ruissellement des eaux qui a "causé d'intenses émotions au quartier il y a quelques années" fait l'objet de travaux importants quand bien même s'effectueraient-ils sur des propriéts privées plutôt que sur des voies communales.
On a enfin appris que le couvent Capanelle, qui était régulièrement "squatté", pourrait bientôt se transformer en restaurant social.
Prochain rendez-vous de quartier pour Emile Zuccarelli et la mucipalité de Bastia : Mercredi à 17h30 à l'école Défendini pour une concertation sur l'aménagement du terrain MarchianI.




1.Posté par Anne Antomarchi le 05/02/2013 15:11
Bonjour
Félicitations pour votre reportage. Ici au Québec on ne se sert plus de l'amiante pour calfeutrer et isoler les maisons. L'amiante a été reconnue nocive pour la santé. Le maire de Thetford Mines, Luc Berthold, s'explique mal cette fermeture du gouvernement. « On n'a rien demandé à la ministre, pas une somme d'argent. Tout ce qu'on veut savoir, c'est comment le gouvernement du Québec peut nous aider à passer à travers la situation qu'il a lui-même créée? »Lire ici
http://www.radio-canada.ca/regions/Quebec/2012/10/19/001-amiante-elus-rencontre.shtml
Bravo à Marie Dominique Vittori!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
Société
Charles Monti | 15/05/2016 | 13946 vues
00000  (0 vote) | 1 Commentaire
Société
(Jean-Paul-Lottier) | 15/08/2016 | 8553 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Société
Michela Vanti | 03/12/2016 | 7475 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 28