Corse Net Infos - Pure player corse

Projet de loi Travail à Ajaccio : "Le Gouvernement refuse de voir la réalité des choses"


Rédigé par Jean-François Vinciguerra le Jeudi 31 Mars 2016 à 15:47 | Modifié le Vendredi 1 Avril 2016 - 00:27


Le moins que l’on puisse dire de cette journée de jeudi est que le social a occupé l’actualité. La grosse manifestation des syndicats contre la loi El Khomeri, sans oublier l’occupation de la Direccte par les socioprofessionnels qui en ont ras-le-bol des promesses. La loi El Khomri ne doit pas passer, c’est une catastrophe contre le monde du travail ! C'est ainsi que les syndicats qualifient le projet de loi pour la réforme du code du travail. CGT, FO, FSU et STC sont une fois de plus descendus dans la rue. Ils n’étaient pas loin d’un millier depuis les Salines jusque devant les grilles de la préfecture de Corse pour suivre le mouvement de grève nationale contre ce projet de loi


Projet de loi Travail à Ajaccio :  "Le Gouvernement refuse de voir la réalité des choses"
Interventions micro à la main, klaxons, banderoles, drapeaux, chants  et prises de parole contre le gouvernement et hostilité contre la ministre du travail de la part des syndicats. Une manifestation réussie. Seule ombre au tableau, le manques de jeunes lycéens et étudiants contrairement aux deux cents autres manifestations qui se sont déroulées dans le reste du pays.
Devant les grilles de la préfecture de la Corse, deux bus décorés aux couleurs des syndicats, un camion benne et ses hauts parleurs, de la musique et des chants révolutionnaires et les leaders devant pour crier haut et fort leur colère contre cette loi du travail qui, disent-ils en chœur « va nous tuer et tuer nos jeunes gens qui arrivent sur le marché du travail… »
 
« Etre payé moins et licencié plus vite »
Syndicaliste de la première heure, habitué des manifs et des coups de gueule, la silhouette de Paul Giacomoni fait partie du paysage de la revendication. Hier, c’est encore lui qui a pris la parole pour dénoncer l’énormité de cette loi travail :
« Pour régler le chômage dans le pays, Madame la ministre nous invite le salarié à être payé moins et licencié plus vite. Ce texte, qui est celui du Medef et des grandes entreprises du CAC 40 est repris en boucle par Gattaz. Il répète à qui veut l’entendre, que les entreprises ont peur d’embaucher par crainte de ne pouvoir licencier. Un peu comme si le fait de faciliter les divorces allait renforcer le mariage ! Aujourd’hui il faut en rajouter une couche avec un projet qui prétend moderniser le dialogue social et relancer l’activité. Soit le gouvernement refuse de voir la réalité des choses et de la situation sociale du pays, avec les conséquences des politiques conduites jusqu’à aujourd’hui, soit il mène une nouvelle lutte des classes en faveur des plus riches. Une seule solution : retirer au plus vite ce projet…C’est la loi qui affranchit et la liberté qui opprime. Donner cette possibilité, c’est rétablir le servage, instaurer le collier et la chaîne comme seule et unique page, et comme seule et unique disposition du prochain code du travail que l’on veut nous faire avaler. Alors, aujourd’hui, c’est une étape dans la mobilisation : soit le gouvernement, comme il vient de le faire sur la déchéance de nationalité, retire le projet, soit nous devons obligatoirement nous mobiliser encore plus nombreux pour envoyer dans les cordes ceux, députés de gauche, syndicats collabos et autres intellectuels baba cools, patronat réactionnaire qui souhaitent nous servir la corde pour nous pendre ou nous mettre le collier et le boulet en nous priant de bien vouloir en accepter le fardeau.  


Une construction nouvelle du code du travail
Jean-Michel Biondi aussi regrette vivement l’absence des jeunes mais compte tenu de l’importante mobilisation, il estime que l’appel a été entendu :
« Tous les syndicats ont battu le rappel des troupes et aujourd’hui nous sommes très nombreux à manifester notre mécontentement. L’avenir de nos jeunes est en jeu, nous demandons une construction nouvelle du code du travail, la constitutionnalisation du principe de faveur. Nous demandons un Smic plus important afin que les gens puissent vivre dignement, la semaine de 32 heures pour résorber le chômage, La Loi El Khomeri c’est le retrait total et définitif de nos avancées. Ils sont revenus sur l’état d’urgence et la déchéance de la nationalité, ils peuvent revenir aussi sur la loi El Khomri qui est une catastrophe nationale… »
J.-F .V.






Dans la même rubrique :
< >

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85053 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40720 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 344