Corse Net Infos - Pure player corse

Pointe de la Parata : Entre histoire et légende, un hymne à la nature


Rédigé par Jean-François Vinciguerra le Samedi 27 Août 2016 à 22:05 | Modifié le Samedi 27 Août 2016 - 22:17


Emblématique Parata, merveille de l’un des plus beaux golfes du monde, figure de proue d’un navire ajaccien ouvert vers l’extérieur, le site est en train de revêtir son habit de gala voué à l’environnement, au cadre de vie, à la vie tout simplement. Des projets, il y en avait mille et cent. Des paroles aussi. Aujourd’hui, on est passé à l’acte. Les travaux sont bels et bien avancés et devraient donner lieu à quelque chose de beau. Normal pour l’un des sites les plus visités de l’île. L’opération « Grand Site » donne à la pointe de la Parata une tout autre dimension. Sa dimension !


Cette avancée vers la mer façonnée par le vent et la mer ne cesse de surprendre le visiteur, émerveillé de tant de beauté sauvage, tant il est vrai que la pointe de la Parata, située au Nord-Ouest de la ville et prolongée par de majestueux îlots, forme un archipel d’une insolente beauté. Cet espace naturel fait la fierté des ajacciens qui viennent en toutes saisons faire le plein d’iode et de beauté pure et sauvage d’un paysage à nul autre pareil. La Parata c’est la résidence secondaire de l’Ajaccien et la promenade obligée du visiteur. Aussi, l’importante fréquentation touristique (jusqu’à 400 000 visiteurs par an) ne pouvait plus continuer dans une telle anarchie. Il fallait faire quelque chose, voir et revoir, oser et  effectuer des premiers travaux de restauration et d’aménagement avant qu’il ne soit trop tard. Ce qui a été fait par la municipalité dès 2002, dont c’était en fait le point de départ de la grande opération.
 
Une réorganisation utile et équilibrée
Avec l’apport du label « Opération Grand Site » du ministère de l’Ecologie et du développement durable, un programme d’action, en collaboration avec le Conseil Départemental, a été décidée avec, pour principal objectif, l’organisation de la fréquentation du Grand Site notamment durant la période estivale afin de le protéger sur le long terme et bien entendu le valoriser. Plusieurs interventions ont ainsi été réalisées pour la mise en valeur à savoir :
- La requalification de la route d’accès à la presqu’île
- La réorganisation du stationnement
- L’aménagement d’un espace liberté
- La mise en place d’un réseau de sentiers de découvertes
- La mise en scène de la tour de la Parata
- Mises en place de différents services au public
 
« Flâner sur les grands boulevards, il y a tellement de choses à voir » chantait Yves Montant. Que dire alors de cette fabuleuse « pointe d’Ajaccio » qui regorge de légende sur ces fameuses « Sanguinaires » dont la tour fut construite au tout début des années mille-six-cent et cédée à la ville 230 ans plus tard. Le nom reste un mystère pour les historiens et autres passionnés de l’île. Plusieurs hypothèses ont été avancées certes, mais quelle est la bonne ?
L’influence génoise y est certes bien accrochée à travers les tours, est-ce vraiment la lumière pourpre du soir qui ensanglante les roches ? Ou bien sont-ce les plantes à fleurs roses ou encore les nivéoles qui poussent sur Mezzu Mare ?
Et pourquoi pas la proximité du golfe de Sagone (îles Sagonnaires ou Sagunari) que l’évêque de Sagone aurait nommées ainsi ? A moins que ce ne soient les cabanons construits par les pêcheurs de corail - (i sanguinari) au sang noir qui revenaient des campagnes d’Afrique - qui marquaient l’arrêt obligatoire pour cause de quarantaine…
Sur les îles et notamment Mezzu Mare, il règne un climat favorable et un ensoleillement record. La chaleur de l’été est rendue supportable par la brise de mer du matin et du soir. On notera curieusement que sur le site de la Parata notamment, le vent et les embruns façonnent fortement le paysage, sculptant si bien les masses végétales qu’ils confèrent à chaque espèce de plante une place bien spécifique selon sa résistance au vent et au sel.
Bon nombre de mes amis marquent traditionnellement un arrêt sur la petite île centrale, « l’isulottu di i porri » toujours à l’heure de l’apéritif, pour simplement déguster quelques poireaux sauvages au gros sel avec un rosé bien glacé…Mica nommi !

Un paradis, tout simplement

Les visiteurs découvrent le merveilleux site des Sanguinaires tout au long de l’été avec les balades organisées à partir du port d’Ajaccio, mais les îles demeurent plus que jamais le domaine des plaisanciers ajacciens, la « résidence secondaire » en été comme en hiver, à l’époque des oursinades et autres pantagruéliques grillades qui restent solidement accrochées à notre mémoire…
Les îles c’est aussi et surtout le paradis des oiseaux de mer, dont différentes espèces y vivent. On y rencontre également les couleuvres vertes et jaunes, le gecko et différents lézards, mais ce sont surtout les oiseaux qui ont sédentarisé les îles, à savoir  les cormorans huppés et goélands leucophées. Côté flore, on peut apercevoir très facilement des lentisques, oliviers sauvages myrtes, bruyères, l’asperge sauvage, et même la grande voyageuse que les botanistes observent toute l’année.
Tout cela est maintenant protégé. On sait les effets que produit la présence de l’homme en ces lieux de par le sur-piétinement lié à la fréquentation des lieux.
Comme tous les grands sites, celui de la Parata est désormais soumis à une grosse fréquentation touristique pour y préserver l’environnement, raison pour laquelle des mesures ont été prises et des aménagements mis en place pour précisément pour visiter et pleinement profiter ce lieu unique.
 
Rien ne sera comme avant…
 
La grande opération en cours, lancée en 2002 et soutenue par le Ministère de l’écologie et du développement durable avance à grands pas. La métamorphose écologique est en marche et le site devient de plus en plus remarquable tant les travaux sont menés par des équipes de spécialistes. Protection de la végétation et accueil du public sont les maîtres mots de cette avancée qui vont apporter divers changements sur le site.
La route s’arrête désormais à la chapelle St Antoine de la Parata (près des anciens courts de tennis). Les piétons, les cyclistes, quelques livreurs et navettes sont autorisés à circuler jusqu’au pied de la tour. Certes, le projet ne fait pas l’unanimité, on s’y attendait d’ailleurs, n’empêche que le site est redevenu magnifique avec les différents aménagements et la balade mérite le déplacement sur les sentiers historiques.
Les nostalgiques des îles sauront accepter ce profond changement d’un site réhabilité et merveilleusement agréable. Promenade de santé et balades enrichissantes, l’espace naturel a retrouvé la qualité remarquable de ces lieux.
L’Ajaccien peut toujours venir respirer l’air marin de la Parata et s’imprégner des odeurs d’un maquis qui a retrouvé sa nature originelle. 
J.-F. V




Dans la même rubrique :
< >

Lundi 5 Décembre 2016 - 23:37 I soldi corsi… C’est pour bientôt !

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85352 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40815 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 346