Corse Net Infos - Pure player corse

Pierre Guidoni quitte la présidence du Sdis :"j'ai réussi ma mission"


Rédigé par le Mercredi 25 Février 2015 à 22:26 | Modifié le Jeudi 26 Février 2015 - 01:55


Pierre Guidoni en a terminé avec son mandat de président du conseil d'administration du service départemental d'incendie et de secours de la Haute-Corse. Mercredi matin il a, en effet, présidé la dernière édition de ce conseil qui sera fondamentalement différent à la faveur des prochaines élections départementales. Au terme de l'examen des dossiers qui étaient à l'ordre du jour allant du compte administratif au budget supplémentaire de 2015 et d'une courte cérémonie empreinte d'émotion, il s'est attardé pour Corse Net Infos sur son passage à la présidence du Sdis.


Pierre Guidoni : L'heure des adieux au Sdis. Au second plan Serge Savignoni, Thierry Nutti, Jeannot Chiappe, François Orlandi, Charles Baldassari et Siméon de Buochberg
Pierre Guidoni : L'heure des adieux au Sdis. Au second plan Serge Savignoni, Thierry Nutti, Jeannot Chiappe, François Orlandi, Charles Baldassari et Siméon de Buochberg
- Le bilan de votre présidence ?
- Lorsque j'ai rejoint la majorité départementale, quand Paul Giacobbi a été élu président du conseil exécutif de Corse, Paul Giacobbi m'a proposé une responsabilité au Département. J'ai opté pour le Sdis parce que j'ai toujours eu une affection particulière pour les pompiers. Et puis il y avait aussi un challenge à relever. D'autant que Paul Giacobbi avait fait de la restructuration du Sdis une de ses priorités avec notamment la rénovation des casernes dans le monde rural et que je savais que le gros projet de la rénovation du Sdis était dans les tuyaux. Je me suis dit que si au cours de cette mandature j'avais la chance de réaliser ce qui était prévu ce serait une bonne chose. Certes j'ai pris le train en marche. Mais l'essentiel était d'être un bon pilote et de l'emmener jusqu'à la gare.

- Et c'est ce qui a été fait ?
- Oui. J'y suis arrivé. Les témoignages que j'ai reçu aujourd'hui de la part du monde syndical au sein duquel il y a beaucoup de monde qui a dit que mon départ serait regretté - j'ai fait le choix d'une autre voie mais c'est la vie qui va ainsi - en constitue un beau témoignage. J'ai inauguré cinq casernes et même si je n'ai pas eu la chance d'inaugurer le CTA (centre de traitement de l'alerte)-Codis - il le sera très prochainement - parce que le préfet de Corse n'était pas disponible, j'aurai en partant satisfaction d'avoir participé à la modernisation du Sdis et de ses locaux qui, à mon arrivée, étaient dans un état inacceptable. 

- Et aujourd'hui  ?
-  Je peux considérer que j'ai réussi ma mission. J'espère aujourd'hui que le Sdis continuera a être géré comme je l'ai entrepris : j'ai toujours privilégié les tours de table, j'ai, avec le directeur, associé tout le monde à ces tours de table pour reconstruire cet outil  Le soutien du conseil général qui a maintenu son engagement financier au même niveau malgré la conjoncture, et celui de la CTC qui a aidé les deux Sdis de Corse aussi bien sur l'investissement que sur le fonctionnement pendant trois années, ont été décisifs sur ce plan. Les pompiers professionnels ou volontaires qui ont été brillants tant sur le plan de la lutte contre les incendies que celui de leur engagement lors du Tour de France par exemple, peuvent leur en être reconnaissants.

- L'événement marquant de votre mandature?
-Certainement la création du centre de traitement de gestion de l'alerte-Codis. Aujourd'hui tous les services qui participent aux secours (incendies, secours à la personne, etc) de la Sécurité civile aux forestiers-sapeurs en passant par l'Onf, par les secours en mer ou en montagne avec le concours de la base aérienne de Solenzara ou avec le 2e Rep de Calvi avec lesquels nous avons passé des conventions, parlent le même langage pour être opérationnels dans tous les domaines. Mais ce n'est pas un seul projet qui a retenu mon attention. Pour moi seul importe le résultat final auquel nous sommes parvenus. Et de cela, oui, je suis fier. Mais aujourd'hui je suis triste d'avoir à quitter cette collectivité et ce Sdis qui est la plus belle vitrine du département.

- Il y a encore des problèmes à régler comme celui des hélicoptères bombardiers d'eau ?
- Il y a quelques années nous en avions trois. L'an dernier, en raison de la conjoncture financière, nous sommes passés à deux. Cette année le directeur a exprimé le souhait de mettre un hélicoptère à la disposition du Sdis, mais en période de pointe il y en aura un second car il est hors de question de mettre en danger ce secours et les sapeurs-pompiers dans le cadre de leurs interventions parfois périlleuses. En tout cas je fais confiance au directeur pour continuer à équiper, comme il convient, le Sdis des matériels indispensables comme le char qui a été très critiqué mais qui a fait la démonstration de son utilité tout comme les chenillettes par temps de neige.

- Il y aussi celui de la construction des casernes en milieu rural ?
- Thierry Nutti, président de l'union départementales des sapeurs-pompiers de Haute-Corse a soulevé le cas des casernes de Ghisonaccia, L'Ile-Rousse et Ghisoni. Les maires des communes concernées sont prêts aujourd'hui a doter les structures du confort qu'il convient pour permettre aux pompiers de s'y installer. Dans le Niolu où la caserne a été construite des travaux de VRD (voirie et réseaux divers) mal gérés n'ont pas encore permis à l'effectif du centre de secours de s'y installer. Mais avec l'aide de la CTC  et du conseil général le maire de Calacuccia devrait réussir à régler rapidement le problème. Restera alors le cas de Galeria qui se situe sur mon canton. Je n'ai pas voulu le mettre en avant au début de mon mandat - on m'en aurait, très certainement, fait le reproche - car il y avait un planning de restauration des casernes qui avait été établi par le Sdis mais d'une façon générale il faut souligner que le service départemental de secours et d'incendie de la Haute-Corse avance. Il respectera en tout cas ses engagements : il n'a pas  laissé de sapeurs-pompiers volontaires et professionnels sur le bord du chemin et il ne laissera pas les pompiers sur leurs installations dans le monde rural. Le président du conseil général l'a dit ce matin. Nous serons derrière eux. Nous allons étudier très précisément ce qu'il y a lieu de faire sur ce plan. Aujourd'hui, la mutualisation des services entre Département et Sdis - une source d'économie - permettra d'investir à bon escient dans le monde rural.




Dans la même rubrique :
< >

Samedi 10 Décembre 2016 - 10:00 Bastia : Téléthon au collège Simon-Vinciguerra

Vendredi 9 Décembre 2016 - 23:13 National Le CAB victime d'un doublé de Sangaré

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85547 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40957 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 348