Corse Net Infos - Pure player corse

Père Jean-Baptiste Rabazzani : 50 ans de sacerdoce fêtés autour de la ferveur et de l’amitié


Rédigé par Jean-François Vinciguerra le Jeudi 30 Juin 2016 à 19:54 | Modifié le Jeudi 30 Juin 2016 - 21:25


Lundi soir a été célébré le jubilé de l’Abbé Jean-Baptiste Rabazzani sous un immense chapiteau place Foch. Il y avait foule pour les 50 ans de sacerdoce de ce sympathique homme d’église, qui a tourné la page de cinquante années consacrée à Dieu, à la Sainte Vierge et à ses paroissiens qui sont venus des quatre coins de Corse pour saluer l’homme d’église et l’enfant de Cambia, authentique Ajaccien de cœur


Des prêtres de la Corse entière sont venus saluer l’Abbé Jean-Baptiste Rabazzani, tous réunis autour de Monseigneur Olivier de Germay, Evêque de la Corse, plusieurs confréries d’Ajaccio et de la région, des amis de son village natal, Cambia, beaucoup d’Ajacciens aussi, des fidèles parmi les fidèles qui ne voulaient manquer ce rendez-vous pour rien au monde, le tout avec de merveilleux chants polyphoniques pour ouvrir cette manifestation très attendue pour des centaines de fidèles.
Une page s’est en effet tournée ce 29 juin pour celui qui fut Prêtre de la Cathédrale d’Ajaccio, du Sacré Cœur, aumônier des jeunesses catholiques, apôtre de la messe en langue corse, homme de bien surtout, d’une grande simplicité, plein de culture et agréable parce que très affable.
Jean-Baptiste Rabazzani, cet enfant de Cambia, est rentré au « Petit Séminaire » d’Ajaccio en 1951 pour être ordonné à Bastia le 29 juin 1966, avant de rejoindre Ajaccio pour y demeurer cinquante années durant aussi bien en ville que dans le rural :
"Dieu que ça passe vite, on ne s’en rend même pas compte tellement les années passent mais je ressens un immense bonheur, beaucoup de fierté pour avoir réalisé de belles choses, de l’évangélisation des jeunes, une véritable vocation dont on ne se sépare jamais. Je pense notamment au travail avec les enfants du catéchisme à la cathédrale durant trois ans. Quelle belle expérience, que de travaux réalisés, notamment les marionnettes construites à travers les personnages du catéchisme, le Saint Patron, la Miséricorde, travaux ponctués par une grande exposition à Vico avec la parade des marionnettes."
 
- Votre devise ?
Mettre les gens, les fidèles, en route vers le Seigneur, les accompagner… 
 
- 50 ans de sacerdoce, c’est énorme ?
Dès mon ordination, je me suis situé dans une démarche d’Evangélisation et cela fait remonter à la surface mes années dans les différentes paroisses où je suis passé, ce que j’ai essayé de mettre en œuvre depuis mon arrivée à la cathédrale au milieu des années soixante. A cette époque, le Chanoine Maestroni m’a chargé de m’occuper de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne, la fameuse JOC qui rassemblait beaucoup de jeunes avec lesquels nous sommes allés jusqu’à Paris, au grand rassemblement international. C’était un grandiose mouvement de jeunes issus du travail qui commentaient leur vie au travail, leurs prières, leur façon de voir le monde de l’époque. 
 
- La famille, la vocation, c’est important ?
Certainement. Je suis issu d’une famille très croyante, pratiquante, j’ai été très vite intéressé par le travail des Oblats qui sillonnaient la Corse pour chercher des vocations sacerdotales et j’ai été très vite sensibilisé. Je dois beaucoup aux pères Oblats mais la vocation ne vient pas d’un coup de baguette magique, bien au contraire. Il y a l’entrée au Petit Séminaire qui a beaucoup compté, dès lors, on commence à y croire, à se forger une opinion et une fois entré au Grand Séminaire d’Aix en Provence comme cela a été le cas pour moi, j’étais déjà accroché à mon idée. Il y a eu le service militaire en Algérie, puis le retour au séminaire et à partir de là, la vocation s’est imposée à moi…  
 
- Une vie complète de vocation en quelque sorte ?
-Tout à fait. Très vite, avec la détermination accrochée au cœur, l’envie de former et de rejoindre les mouvements catholiques. A mon arrivée dans la cité Impériale, j’ai été aussitôt approché par les jeunes de la JOC et dès lors, mon sacerdoce a commencé. La Cathédrale, le rural avec la vallée de la Gravona, celle du Prunelli et toutes les fêtes patronales que cela comporte, la tournée des villages, la rencontre avec les fidèles, beaucoup de bonheur et de joie avec eux. Comme vous le savez,  à travers tous ces villages et ces hameaux, les prêtres ne sont pas légion et il faut beaucoup tourner pour rencontrer tous ces gens. J’ai été ordonné prêtre pour mettre en place l’Evangélisation et je m’y suis prêté avec détermination, volonté et courage, avec tout mon cœur pour mener les gens vers le Christ et l’Immaculée Conception, ceux qui guident encore et toujours ma vie
 
- Vous resterez çà Ajaccio ?
Oui et non. En fait, j’aurai plus de temps disponible pour me rendre souvent à Cambia voir les miens, mais ma résidence reste Ajaccio. J’ai encore beaucoup à faire, beaucoup de messages à délivrer
 
Cinquant’anni di sacerdoziu, da Cambia à u sacru Core, da u so paese a à so ultima parochja, Ghjambati Rabazzani a eu droit à une fête grandiose, pleine d’émotion et de joie, de chants et de prières qui s’élevèrent de cette place Miot vers le ciel, vers le Père éternel…
J.-F. V. 





Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 21:58 Ajaccio : Un poids-lourd se couche dans un rond-point

Mercredi 7 Décembre 2016 - 13:23 Ajaccio : Un semi-remorque se couche au rond-point !

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
Société
Charles Monti | 15/05/2016 | 13943 vues
00000  (0 vote) | 1 Commentaire
Société
(Jean-Paul-Lottier) | 15/08/2016 | 8552 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Société
Michela Vanti | 03/12/2016 | 7443 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 28