Corse Net Infos - Pure player corse

Per a pace reçoit Bruno Jaffré : La vérité sur l’assassinat de Thomas Sankara soit faite


le Vendredi 4 Avril 2014 à 23:31 | Modifié le Samedi 5 Avril 2014 - 03:40


Bruno Jaffré, auteur et biographe de Thomas Sankara, le Président du Burkina Faso de 1983 à 1987, date de son assassinat, a été accueilli par l’association Per a Pace pour y présenter et débattre autour de deux films qui seront projetés lundi 7 à la CCAS de Porticcio et le mardi à l’Aghja


Per a pace reçoit Bruno Jaffré : La  vérité sur l’assassinat de Thomas Sankara  soit faite

Per à Pace, comme de nombreuses associations à travers le monde, est intégrée au sein du collectif « Justice pour l’Afrique, Justice pour Sankara. » Leur objectif ? Que la vérité soit rétablie sur l'assassinat de ce personnage historique de premier plan, authentique exemple pour la jeunesse du Burkina Faso.

Raison pour laquelle l’association insulaire a tenu à faire le point sur ce dossier en présence de Bruno Jaffré, animateur de Justice pour l'Afrique, qui connaît parfaitement ce dossier dont il espère une issue favorable.


Deux films pour une cause
Les deux soirées devraient attirer les nombreuses personnes vivement intéressées par ce qui se passe sur l’ensemble de l’Afrique et notamment ce fameux assassinat de l’ancien président du Burkina Faso Thomas Sankara, abattu le 15 octobre 1987 par un commando de militaires de la sécurité présidentielle. Il s’agissait en fait d’un coup d’état mené par le président actuel du pays, Blaise Compaoré. Cela dans le but de contribuer à élucider et rassembler tous les éléments connus sur ce crime, accréditant l’hypothèse de soutiens Libériens mais aussi de la Côte d’Ivoire, de la Lybie et de la France…

25 ans après, rien n’a été fait et les responsables n’ont toujours pas été inquiétés. Une pétition a même été érigée et comporte plus de 13 500 signatures émanant de nombreuses personnalités et d’élus. Elle réclame une enquête internationale et l’ouverture des archives, françaises notamment, qui pourraient apporter un éclairage particulier sur ce drame camouflé en mort naturelle.

Les deux films présentés en début de semaine :
 -       «Thomas Sankara, la révolution assassinée » de Tristan Goasguern et Yann Manuguerra (37’)

-  « Sankara dans mes Rimes » de Jean Camille Baoui Ziba (19’)


Les débats qui suivront les films seront animés par Bruno Jaffré. Il présentera à cette occasion ses ouvrages sur le Président du Burkina Faso et la révolution burkinabé.

Bruno Jaffré est également l’animateur du collectif qui a lancé l’appel « Justice pour Thomas Sankara, Justice pour l’Afrique» afin que la vérité soit rétablie sur l’assassinat de ce personnage historique de premier plan : « Un devoir pour la communauté internationale, un droit pour la famille Sankara, une exigence pour la jeunesse d’Afrique, une nécessité pour l’avenir de ce continent qui ne saurait se construire avec une histoire amputée de la vérité sur un des épisodes majeurs de la fin du 20eme siècleUne belle projection et un très bon débat en perspective pour faire avancer l'idée qu'un autre Monde est possible. Il est impératif de participer à la nécessaire justice et à la vérité sur l'assassinat de Thomas Sankara, parce que "l'arbre de la paix s'arrose avec une eau de justice".

 


Per a Pace de tous les combats

L’association Per a Pace, qui a effectué il y peu à sa 71e mission internationale, a participé depuis 2005 à de nombreuses actions au Burkina Faso, au travers de séjours solidaires, avec un investissement sur l’eau et la construction de cinq forages, une adduction d’eau dans une école, sans oublier, dans le domaine de l’éducation, la construction et l’électrification d’études du soir pour les enfants mais aussi dans le domaine de la santé et la lutte contre le paludisme avec l’achat, à aujourd’hui, de plus de 500 moustiquaires. A retenir également, l’intervention auprès des femmes du pays, en les aidant dans leur travail et en renforçant les coopératives ainsi que dans le domaine culturel, en participant à des échanges et correspondances.
« Pour l’association Survie, qui dénonce depuis plus de 25 ans la Françafrique, accéder à cette demande, permettrait aux députés français, non seulement de contribuer à établir la vérité sur l’assassinat du président Thomas Sankara et de ses camarades, mais aussi et surtout de rompre enfin le cycle de l’impunité de la Françafrique » a conclu Bruno Jaffré.  
J. F.
 




Dans la même rubrique :
< >

Lundi 5 Décembre 2016 - 23:37 I soldi corsi… C’est pour bientôt !

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85352 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40815 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 346