Corse Net Infos - Pure player corse

Paul Giacobbi visite les salles opérationnelles du Sdis de Haute-Corse


Rédigé par le Lundi 8 Décembre 2014 à 22:56 | Modifié le Mardi 9 Décembre 2014 - 00:43


Paul Giacobbi, président du conseil exécutif de Corse, a visité lundi après-midi les locaux du Sdis de Haute-Corse. Guidé par Pierre Guidoni, le président du service départemental et Charles Baldassari, directeur, Paul Giacobbi a notamment visité les salles opérationnelles du CTA-CODIS ainsi que son nouveau système de gestion des alertes (SGA) en cours de déploiement. Divers autres dossiers relatifs au Sdis et à la CTC ont également été évoqués. Paul Giacobbi explique l'objet de sa visite.


Jean-Luc Beccari (à droite) a expliqué à Paul Giacobbi et aux élus qui siègeant au Sdis de Haute-Corse le fonctionnement du  système de gestion des alertes
Jean-Luc Beccari (à droite) a expliqué à Paul Giacobbi et aux élus qui siègeant au Sdis de Haute-Corse le fonctionnement du système de gestion des alertes
- L'objet de votre visite au Sdis ?
- C'est, un peu, un retour aux sources. J'ai eu la chance, ou la difficulté, ou le malheur, ou le bonheur tout à la fois, avant Pierre Guidoni de m'occuper du Sdis quand j'étais au conseil général de Haute-Corse. Nous avions initié un certain nombre de choses qui ont été ensuite réalisées et exécutées. Aujourd'hui il y a toute une série de moyens propres à la logique du secours qui existent au Sdis mais qui peuvent être utilisables à d'autres objets. Par exemple, comme on vient de la voir, sur la gestion d'accidents et de faits de circulation sur la route à quatre voies.  Mais on sait aussi, que ces outils peuvent être utilisés sur l'ensemble des problématiques qu'il s'agisse de la viabilité hivernale, des tunnels à Bastia, etc… Par ailleurs, il y a également la perspective, à la veille de la réunion de l'assemblée de Corse sur le rapport Chaubon et sur l'évolution des institutions et on sait bien que, quelle que soit la décision que nous prendrions, il y aura une refonte territoriale dans laquelle la territorialisation du Sdis, probablement plus facile et plus aisée en Corse qu'ailleurs, devra être étudiée. En réalité on a, déjà, anticipé un certain nombre de sujets. C'est donc doublement intéressant d'être là aujourd'hui. Surtout pour voir ce que j'avais modestement pu contribuer à initier à l'époque, a été réalisé avec beaucoup de compétences et d'intelligence par ceux qui ont été responsables après moi, essentiellement Pierre Guidoni.

Jean-Luc Beccari : "Valoriser l'ensemble de ces investissements"

Paul Giacobbi au Sdis
  • Paul Giacobbi au Sdis
  • Paul Giacobbi au Sdis
  • Paul Giacobbi au Sdis
  • Paul Giacobbi au Sdis
Le lieutenant-colonel Jean-Luc Beccari, directeur adjoint du Sdis de Haute-Corse

- Le service de gestion des alertes vous rend plus efficaces ?

- On a considérablement renforcé le niveau de sécurité dans la prise d'appels sur le 18 ou le 112. On essaye de mettre en place des systèmes qui stabilisent l'arrivée de ces appels en mettant plusieurs niveaux de sécurité dans le cas de dégradation des services de communication. Aujourd'hui nous avons doublé notre capacité de sécurisation de la réception des appels, renforcé notre capacité à assurer leur traitement ainsi que l'alerte des personnels dans les  centres de secours en sécurisant, là aussi, tous les circuits techniques d'acheminement des appels.

- Plus de moyens pour aller plus vite ?
- On doit gagner progressivement en rapidité. On va avoir moins d'interruption de services et on va gagner, aussi, en efficacité dans la traçabilité de la totalité des éléments qui concourent à la gestion opérationnelle : enregistrement des appels entrants, des voix radio, suivis des groupes horaires d'engagement des véhicules. Il y aura encore, pour nos intervenants,  un niveau de sécurité supplémentaire, celui de la géolocalisation des moyens  qui permet, à tout moment, de savoir où se trouvent les véhicules que nous avons engagés.

- La prochaine étape ?
- C'est de pouvoir valoriser l'ensemble de ces investissements avec les principaux partenaires départementaux, notamment le Samu en interconnectant nos propres systèmes mais aussi, et on y travaille, avec nos collègues du Sdis 2A afin de pouvoir avoir une sécurisation commune entre les deux plate-forme de centre de traitement d'appels aussi bien du Sdis 2A que du Sdis 2B.

- Vous pouvez aller plus loin sur le plan technique ?
- Aller plus loin, sur ce plan, c'est justement, partager les installations avec nos collègues de Corse-du-Sud. C'est ce que l'on appelle une sécurisation mutuelle. On déjà relevé, de matière très nette, le niveau à l'intérieur de notre établissement public. Et se sécuriser avec la Corse-du-Sud, cela veut dire qu'en cas de perte d'un appel en Haute-Corse, il faut que le Sdis 2A soit en mesure de prendre la main notamment en réceptionnant les appels du 18 et en engageant les secours.




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 21:16 Bastia : Revaloriser la filière coutelière corse

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85439 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40893 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 346