Corse Net Infos - Pure player corse

Paralysés de France : L’ordonnance de la colère !


le Mercredi 11 Février 2015 à 18:09 | Modifié le Mercredi 11 Février 2015 - 18:33


Les délégations départementales de l’Association des Paralysés de France ont fait montre de leur colère et ont protesté contre les agendas d’accessibilité programmée et surtout l’ordonnance du 27 septembre 2014 jugés inacceptables mardi matin, devant les grilles de la préfecture de Corse. Pour l’AFP, cela constitue un recul grave et la destruction des objectifs initiaux de la fameuse loi de 2005 sur l’accessibilité. Cette ordonnance a été brûlée. Geste symbolique certes, sans doute pour mieux afficher le ras-le-bol des associations qui ne voient rien venir dans les aménagements prévus. Une délégation a été reçue par le directeur de cabinet du préfet qui leur a promis de faire remonter les informations vers Paris


Paralysés de France : L’ordonnance de la colère !
Comme prévu, les adhérents insulaires ont vivement réagi à l’ordonnance sur l’accessibilité de septembre 2004 : « Cela constitue un grave recul au regard des ambitions initiales de la loi du 11 février 2005 et est contraire à la convention de l’ONU relative aux droits des personnes handicapées. Le dispositif des Ad’AP demeure trop souple, la remise en cause de normes répondant aux besoins n’est pas acceptable, le texte aboutit à contourner les obligations actuelles qui sont déjà insuffisantes » précise Mme Marie Leonis, directrice de la délégation ABF qui, au sortir de son entretien avec le directeur de cabinet du préfet explique : « Il nous a dit être d’accord avec nous sur beaucoup de points par rapport aux avancées de l’accessibilité. Il a insisté sur la volonté politique pour que ça aille au-delà, pour que ça avance. Cela, on peut l’avoir avec certaines communes, en particulier celle d’Ajaccio. Nous avons la déléguée de la mission handicap, Mme Isabelle Feliciaggi qui est à nos côtés ce matin. C’est plutôt rassurant. »

La ville s’engage dans le Plan d’Accessibilité

 
Pour l’association, le gouvernement doit revoir sa copie car, une fois ratifiée par le Parlement, elle n’obligera plus, par exemple, les établissements recevant du public à réaliser les aménagements nécessaires pour l’accessibilité des personnes handicapées. L’Association des Paralysés de France interpelle aujourd’hui l’ensemble des députés pour qu’ils refusent de ratifier cette ordonnance. Le bras de fer est bel et bien engagé à ce niveau.
Sur place, Isabelle Feliciaggi, déléguée au handicap accessibilité à la mairie d’Ajaccio est engagée depuis plusieurs mois dans cette campagne où la commune, durant les six mois de mandature, a beaucoup travaillé sur ce dossier : « La ville était hors-la-loi depuis 2007. Chacun sait que toutes les villes de France sont dans l’obligation d’élaborer un plan d’accessibilité et celui-ci a pris fin il y a huit ans. Nous avons tout repris à zéro et avons décidé d’acter le plan d’accessibilité de la ville (PAV). Dans la mesure où la loi arrive à son terme en septembre 2015 pour les bâtiments recevant du public, nous avons décidé d’intégrer dans ce plan tous les bâtiments gérés par la ville. » 
Dans ces mesures prises par la municipalité, il y a bien sûr toute la voirie, les trottoirs (et les bâtiments qui vont avec), ce qui a fait dire à la déléguée : « Nous avons décidé d’intégrer dans cette étude toute l’accessibilité des bâtiments gérés par la ville et situés sur les espaces publics qui posent problème : écoles, musée, mairie, en espérant que chacun, dans son domaine spécific, rendra accessible ce qui lui appartient. Une loi est donc indispensable et met les élus au pied du mur. Cela fait plus de 10 ans que rien n’a été entrepris alors même que des plans étaient prêts sans que rien ne soit décidé. C’est une décision politique. Notre maire, Laurent Marcangeli, très sensible à ce dossier, est très impliqué dans ces projets. »
 
Deux lois et beaucoup d’immobilisme
On comprend mieux pourquoi des millions de citoyens français concernés montent au créneau : « Nous avons été trahis au regard des engagements du président de la République et du Gouvernement. Après deux lois et 40 années d’immobilisme, ava basta ! Nous sommes en colère et nous nous devons de l’exprimer publiquement. Nous demandons à tous les citoyens, à toutes les associations et syndicats de se mobiliser pour nous soutenir pout une société accessible à tous » explique ce manifestant qui veut croire à un peu de changement.
Les membres de l’AFP Corse-du-Sud disent non à la ratification de l’Ordonnance de septembre 2014 en l’état. Ils estiment que le Gouvernement doit impérativement revoir sa copie.
J. F.  




Dans la même rubrique :
< >

Samedi 10 Décembre 2016 - 11:10 Après les incidents : ACA, une décision courageuse

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85559 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40958 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 348