Corse Net Infos - Pure player corse

“On a préféré changer le pansement plutôt que de penser le changement”


Rédigé par le Vendredi 31 Janvier 2014 à 18:37 | Modifié le Dimanche 2 Février 2014 - 02:24


Camille de Rocca Serra est intervenu en séance sur le rapport de la commission d’enquête relative aux conditions de la privatisation de la SNCM.


“On a préféré changer le pansement plutôt que de penser le changement”

“En 2005, le Gouvernement, comme ceux précédents et ceux successifs, a voulu éviter le dépôt de bilan et sauver des milliers d’emplois" a t-il souligné. Aujourd’hui encore, la société est mal en point. Et le Ministre des transports a fait également le choix de soutenir financièrement la compagnie pour éloigner le risque de la liquidation. Il a malheureusement fallu attendre un mouvement de grève important pour qu’il adopte cette position. On peut comprendre qu’un conflit de cette importance puisse inquiéter la gauche de par les répercussions politiques locales qu’elles peuvent susciter à Marseille à la veille des élections municipales.”

Pour lui, la question est de savoir si le Gouvernement a cédé pour calmer provisoirement la situation ou s’il croit vraiment avoir agi de manière bénéfique sur le long terme : “ Est-il assuré du fait qu’il n’y aura plus de grève ?
Quel sera le futur actionnariat ? 
Qu’en est-il des 440 millions d’aides publiques jugées illégales par les autorités européennes et qui vont devoir être remboursées ? La situation dégradée de la SNCM ne risque-t-elle pas, par contamination, de mettre en danger la Méridionale qui est une compagnie saine et viable ? La SNCM est avant tout chargée d’assurer la continuité territoriale entre la Corse et le continent. Force est de constater que le dispositif, mis en place en 1976, est régulièrement mis à mal par les mouvements sociaux récurrents.
Peut-on espérer que cette mission de service public, essentielle pour la population et l’économie insulaires, constamment pénalisées par ces situations de blocage, puisse un jour s’exercer pleinement au bénéfice de la Corse ? 
Voilà les vrais questions qui traitent des dysfonctionnements de la compagnie”
a affirmé Camille de Rocca Serra.

Pour le député de Corse-du-Sud, la gestion de la dernière grève est révélatrice: “Le Gouvernement a préféré changer le pansement plutôt que de penser le changement.”

Il a rappelé la nécessité d’instaurer un véritable service minimum: “Il est temps que le principe de continuité territoriale soit assuré. La délégation de service public, confiée à la SNCM, opérateur historique, doit être assortie d’un service minimum garanti qui permette à la Corse une desserte maritime optimale. Puisque nous avons collectivement l’ambition de sauver la compagnie, n’oublions pas que les aides publiques dont elles bénéficient sont octroyées au titre de la continuité territoriale. Je peux comprendre les enjeux marseillais de ce dossier, mais pour ma part, je privilégierai toujours la desserte de la Corse”.





Corse | Entretiens | Elections | Institutions


Les plus récentes
Corse
Nicole Mari | 11/09/2013 | 5936 vues
00000  (0 vote) | 1 Commentaire
Corse
Charles Monti | 22/08/2012 | 4415 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 10