Corse Net Infos - Pure player corse

Nouvel hôpital d'Ajaccio : Enfin du concret !


Rédigé par le Dimanche 2 Février 2014 à 00:27 | Modifié le Dimanche 2 Février 2014 - 01:36


C’est dans moins de quatre ans, fin 2017 que sera livré le prochain hôpital d’Ajaccio. Situé sur les hauts du Stiletto, ce projet de 123 millions d’euros pour le bâtiment, de 15 millions d’euros pour l’équipement et d’une superficie de 36 000 m² a été pensé de façon à ce que la structure soit évolutive. Il sera construit sur un axe transversal qui pourra supporter de futures extensions et facilitera le déplacement à l’intérieur de l’établissement.


Nouvel hôpital d'Ajaccio : Enfin du concret !
L’idée de l’architecte du projet retenu était de regrouper sur un circuit le plus visible possible pour les patients et avec une espèce de marche en avant trois grands domaines : les consultations, les explorations fonctionnelles et l’accueil d’hospitalisation de jour, puis un plateau technique (blocs opératoires, réanimations, soins intensifs de cardiologie, laboratoires) et enfin toutes les hospitalisations dans des unités de soins de 30 lits standardisées, intégrant parfois des secteurs spécialisés. On y retrouvera aussi des circuits bien distincts visiteurs, patients, employés, chirurgie ambulatoires…
Les travaux préparatoires du terrain et de la plateforme ont commencé fin janvier. Le permis de construire doit être déposé sous peu pour un début de construction prévu pour fin 2014. 
 
La société INSO construira mais avec des sous-traitant corses
Impossible de trouver en Corse une société pouvant disposer de 200 à 300 ouvriers jours sur le chantier du futur hôpital et pouvant proposer une technicité de pointe. Sur les cinq dossiers déposés, aucun groupement d’entreprise corse ne s’était présenté. Mais le cahier des charges était clair pour ces cinq sociétés, faire appel à des sous-traitants locaux. INSO, qui a emporté le marché, a proposé un marché de 84 millions d’euros HT donc 29 millions d’euros en co-traitance ou en sous-traitance en Corse.  D’autres locaux non retenus en première intention le seront au fur à mesure de l’avancement des travaux.

Normes HQE et projet Myrte pour développer un concept environnement durable
Le bâtiment sera aux normes haute qualité environnementale (HQE). C’est un concept environnemental français datant du début des années 1990, qui donne lieu à une certification « NF Ouvrage Démarche HQE® ». « La construction, l'entretien et l'usage de tout bâtiment induisent un impact sur l'environnement, il faudra donc respecter les normes et nous envisageons de le faire à un degré supérieur. L’objectif est de limiter tous les coûts de fonctionnement y compris la facture énergétique. Le bâtiment sera performant du point de vu de la consommation générale. Il y aura des moyens de production, du chaud et du froid, de pointe et les énergies renouvelables solaires seront principalement utilisées et au maximum. Pour stocker cette énergie et en partenariat avec l’université de Corte il a été prévu d’utiliser une pile de stockage (projet Myrte) qui permettra d’utiliser cette énergie la nuit, ou en cas de secours » explique Michel Filleul, directeur du projet du nouvel hôpital sur la construction et le fonctionnement et Directeur des services techniques au CHA.

Accessibilité et performances
En terme de fonctionnalité, par rapport à aujourd’hui, tous les services existants au centre hospitalier de la Miséricorde seront transférés dans le nouvel hôpital, y compris le service de SSR, l’infectiologie et le laboratoire d’anatomopathologie qui se trouvent actuellement au V240. Au total 326 lits moins qu’actuellement mais avec une activité ambulatoire renforcée.
L’établissement construit sur trois planches ne dépassera pas les  trois niveaux en ce qui concerne les services de soins. La bâtisse sera adaptée au sol et accrochée à la pente existante du terrain, ce qui permettra d’avoir certains accès de plain-pieds pour le caisson hyperbare, les garages, les différents quais de déchargement, le self du personnel, l’accès logistique, le Samu…

Un projet intelligent
L’architecte dont l’étude a été retenu a accroché son projet sur un terrain en double pente et sur un axe est-ouest : deux corps de bâtiment décalés l’un par rapport à l’autre. Un corps de bâtiment comprendra 5 étages (R+4) dont le dernier sera administratif. Le second les consultations et les unités hospitalisations d’une part, puis d’autres consultations et le plateau technique d’autre part. Une autre partie du bâtiment rassemblera la logistique et au dessus le niveau commun à l’exploration fonctionnelle et au plateau technique.
Au milieu des deux bâtiments un point de montée verticale permettra d’être toujours à une très courte distance de tout (ascenseurs public et de service, monte malade dont un sur un axe rouge qui donnera directement des urgences sur les blocs opératoires).
Un maximum de chambres individuelles avec douches ont été prévues. Sur un service de 30 lits uniquement 5 chambres sont doubles. Les chambres des patients seront conçues de la même façon, certaines dans chaque service seront munies d’un rail permettant aux soignants de diriger les personnes les plus handicapées aux salles de bain individuelles.
 
Deux voies d’accès principales et des parcs de stationnement dédiés
Une première voie d’accès déjà existante sera celle qui conduit actuellement au Palatinu. Elle sera doublée par la mairie de la ville d’Ajaccio pour une plus grande fluidité de circulation. L’avenue du Mont Thabor qui mène actuellement quartier Pietralba sera prolongée sur son axe droit pour un accès direct sur le Stiletto et la desserte par les transports en commun est actuellement à l’étude.
Des circuits indépendants à l’intérieur de l’enceinte du futur hôpital permettront divers accès logistiques pour les véhicules: urgence, SMUR, garage, service mortuaire, hémodialyse, entrée principale avec dépose minute, parkings personnel et visiteurs. Ces derniers seront équipés de prises pour les véhicules électriques.
 
Une distribution logique des services de soins
Les circuits public ou consultants (valides, chirurgie ambulatoire) seront bien distincts. Les consultations (pédiatriques avec jardin pour les enfants, obstétriques, gynécologiques, chirurgicales et de médecine) seront accessibles par le hall d’accueil et le bureau des admissions. Ce premier secteur comportera quelques salles polyvalentes sans spécificités.
Les ascenseurs tous centralisés et au cœur du bâtiment feront arriver les personnes directement aux accès d’entrée de chaque unités d’hospitalisation. La facilité d’accès sera toute même secondée par une grosse signalétique.
Les étages abriteront les services d’hospitalisations avec la kinésithérapie, et le service de soins et de rééducation (SSR) qui donnera sur une grande terrasse aménagée.
L’héliport sera en accès direct sur les urgences d’où démarrera un axe rouge allant au bloc obstétrical communiquant lui-même avec le bloc opératoire et la néonatologie. Cette dernière sera équipée de chambres kangourou. En tout, 10 lits de réanimation, 5 lits de surveillance continue, 9 lits de soins intensifs cardiologie, 3 lits  de soins intensifs neuro-vasculaire.
Un hôtel des familles, une crèche, l’école d’infirmière et l’internat viendront à terme compléter ces  installations.
Un dépositoire est prévu en accès direct par l’établissement hospitalier et par un accès extérieur pour les visiteurs.
 






Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 00:26 Derby : Notion obsolète ou rivalité bien réelle?

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85491 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40923 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 348