Corse Net Infos - Pure player corse

Marseillaise à Furiani : Tags sur les murs de la mairie de Bastia et polémique…


Rédigé par le Samedi 21 Novembre 2015 à 09:58 | Modifié le Samedi 21 Novembre 2015 - 22:50


"Tristi iè, francesi maï" (Tristes oui, Français jamais") ou "dolu francese, dolu naziunalistu" ("Deuil français, deuil nationaliste") ou bien encore "vergogna a voi" (Honte à vous) : Des tags effectués à l'encre rouge ont fait leur apparition dans le courant de la nuit sur les murs de l'hôtel de ville de Bastia. Ils interviennent au lendemain de la prise de position du maire de la ville Gilles Simeoni qui, dans un communiqué, demandait que La Marseillaise figure au programme d'avant match de Sporting-GFCA de ce samedi soir. Depuis d'autres voix se sont élevées parmi les élus pour effectuer la même démarche… Finalement la polémique a pris en fin dans le courant de l'après-midi avec l'annonce faite par le Sporting de diffuser La Marseillaise avant le match !


(Photo P.T)
(Photo P.T)

Le communiqué de Gilles Simeoni

Marseillaise à Furiani : Tags sur les murs de la mairie de Bastia et polémique…

François Tatti : "Que la marseillaise soit jouée et chantée ce soir à Furiani dans un véritable esprit de concorde et de fraternitéé

François Tatti, président de la communauté d'agglomération de Bastia
« Prévue pour être diffusée et chantée avant le coup d'envoi de tous les matchs de ligue 1de cette 14me journée, la "Marseillaise" n'est pas inscrite au protocole annoncé par le SCB pour la rencontre qui l'oppose au GFCA.
La crainte de quelques sifflets et le risque de désordre qui pourrait en découler en seraient la justification.
En ma qualité de président de la Communauté d'Agglomération de Bastia, j'ai indiqué dès hier soir aux dirigeants du SCB que Furiani ne pouvait se désolidariser ainsi de cet hommage du football national.
Je les ai invités à faire jouer la Marseillaise car le drame qui a frappé notre pays commande que nous nous rassemblions par delà toutes les autres considérations.
Comment imaginer en effet, que la Marseillaise ne soit pas jouée à Bastia alors qu'elle l'a été a Wembley ?
La Corse se doit de témoigner sa compassion et sa solidarité aux victimes de cette tragédie à l'unisson de la communauté nationale et de tous les peuples attachés aux valeurs universelles de la République.
Je souhaite que tous les élus, dans leur diversité politique, contribuent à cet appel, afin que la marseillaise soit jouée et chantée ce soir à Furiani dans un véritable esprit de
concorde et de fraternité. »

José Rossi : "Je souhaite que la Marseillaise résonne ce soir à Furiani"

José Rossi a lui aussi fait part de son sentiment sur twitter
"Je souhaite bien sûr que la Marseillaise résonne ce soir à Furiani en communion avec tous les stades de France et d'Europe #SCBGFCA" 

Jean Zuccarelli : " Décision serait particulièrement indécente"

"Ce soir la Marseillaise sera jouée avant chaque match de ligue 1 en hommage aux victimes des attaques terroristes de Paris. 
De nombreux autres championnats étrangers en feront de même, témoignant du formidable élan de solidarité qui s'est emparé du monde après les terribles événements de vendredi dernier.
Nous ne pouvons nous résoudre à ce qu'Armand Cesari soit le seul stade à se démarquer de ces commémorations en refusant de  faire jouer l'hymne national avant le derby Sporting - Gazelec. Cette décision serait particulièrement indécente.


Mais comme j'ai pu le dire hier soir sur les ondes d'une radio nationale, il n'est jamais trop tard pour bien faire et remédier à ce manquement honteux. 
C'est pourquoi je réitère aujourd'hui mon appel et demande aux dirigeants de faire résonner la Marseillaise, aux côtés du Diu Vi Salvi Regina, pour un hommage à la hauteur de l'émoi provoqué dans notre île et notre pays par les événements de la semaine passée. 
Par ailleurs, nous avons découvert ce matin les tags qui ont souillé dans la nuit la mairie de Bastia. Je les condamne avec la plus grande vigueur. Ils sont le déshonneur de leurs auteurs, des esprits étriqués manifestement dépourvus de respect et d'intelligence."
 

François Orlandi, président du Conseil départemental de Haute-Corse

"La Marseillaise ce soir , c'est l'hommage rendu aux victimes de la barbarie , c'est  la réponse à la négation des principes fondamentaux de la république , c'est le refus du fanatisme.
La Marseillaise jouée et respectée à Furiani , c'est faire entendre la voix d'une Corse solidaire à l'unisson de tous ceux qui la reprendront aux quatre coins de la planète pour dire leur refus de la haine destructrice, de l'obscurantisme. Au-delà de nos différences nous devons répondre  à Furiani comme ailleurs pour faire de la Marseillaise un hommage à ceux qui sont meurtris à jamais et montrer que la Corse est terre de respect, de solidarité, de Liberté ."
 

LDH (Section de Corse)

La LDH ne comprend pas la décision du SCB de ne pas rendre hommage aux victimes de Paris en chantant la Marseillaise. Elle ne comprend pas l'opposition qui serait faite avec le Diu vi salvi Regina. Cette décision sera certainement l'occasion de stigmatiser une fois de plus la Corse et tous les Corses. Oui, le derby SCB - GFCA est l'occasion pour la Corse de participer à la chaîne de solidarité qui s'exprime partout dans le monde.

PCF de Corse

Les dirigeants du Sporting Club de Bastia ont décidé d'interdire que soit jouée "La Marseillaise", l'hymne national, en hommage à la mémoire des victimes des attentats terroristes de Paris. Les arguments avancés, la cérémonie proposée, ne sont que prétexte et subterfuge qui ne parviennent pas à masquer la vraie raison de cette décision : la République n'est pas chez elle au stade "Armand Cesari".
Après le drame de Paris, "La Marseillaise" est devenu le chant universel de résistance à la barbarie et au fanatisme religieux, joué et chanté dans le monde entier. Refuser de jouer "La Marseillaise" c'est donner raison aux assassins qui veulent détruire les valeurs symbolisées par cet hymne.
Comme l'a écrit le sociologue Edgar Morin, "La Marseillaise dans son intégrité est un grand hymne où sont associés Nation, République, universalisme, liberté". Il poursuit :"La Marseillaise est un hymne d'éveil et de résistance qui a valu pour les résistances qui ont suivi la Révolution, qui vaut pour celles que nécessite notre temps, qui vaudra pour les résistances futures".
C'est "La Marseillaise" que les résistants et le peuple corse, arborant le drapeau tricolore, chantaient le 9 septembre 1943 au moment de l'insurrection libératrice de l'oppression mussolinienne, fasciste et nazie.
Les bastiais sont humiliés par l'attitude des dirigeants d'un club qui porte le beau nom de leur ville, un nom connu dans toute l'Europe pour les gloires passées. Il ne faut pas qu'il lui soit attaché la décision honteuse d'être la seule ville européenne dont le club refuse de jouer "La Marseillaise". Il ne faut pas, qu'à cette occasion, le beau nom d'Ajaccio soit aussi terni.
Nous appelons les vrais amoureux d'un football fraternel et universel à exiger de ces dirigeants qu'ils respectent pleinement l'esprit et la lettre des cérémonies qui auront lieu sur tous les stades de France.
Nous interpellons les autorités, le Ministre de la Jeunesse et des Sports, le président de la Ligue corse de football, le maire de Bastia, le président de la Cab : tous ont le devoir d'obtenir que "La Marseillaise" soit officiellement jouée au stade Armand Cesari.
Enfin, nous appelons tous les démocrates, les républicains à se recueillir, vendredi 27 novembre devant les Monuments aux Morts de Bastia et Ajaccio, au même moment 10h30 où aura lieu à Paris la cérémonie d'hommage national aux victimes.

Jean-François Baccarelli

Notre extrême compassion va aux victimes innocentes de ces abominables attentats : en leur nom, ne nous trompons pas d'ennemi. La France et la Corse font face au même danger, c'est la même menace islamiste qui doit nous unir.
Aujourd'hui, La Marseillaise et le Dio vi salvi regina doivent retentir ensemble dans une union sacrée contre nos ennemis communs et contre le communautarisme qui a fait le lit de cette barbarie.
Assez de la lâcheté et du double discours grâce à qui le monstre a pu prospérer. Demandons l'expulsion immédiate de tous les individus résidant en Corse listés comme dangereux, dénonçons tous les signes de communautarisme. Osons enfin sortir du déni et affrontons la réalité en face: la Corse avec la France est menacée.




A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85288 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40792 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 345