Corse Net Infos - Pure player corse

Marc Simeoni : « Ce jugement est infamant ! »


Rédigé par Nicole Mari le Jeudi 23 Mai 2013 à 18:22 | Modifié le Vendredi 24 Mai 2013 - 11:01


Marc Simeoni, accusé d'avoir aidé Yvan Colonna pendant sa cavale, vient d’être condamné par la Cour d’appel de Paris à 3 ans de prison avec sursis et à la peine maximale de 5 ans d’interdiction d’exercer sa profession d’expert près des tribunaux. Un jugement plus sévère qu’en première instance, qui touche le cœur même de la profession de ce consultant en management, expert près de la Cour d’appel de Bastia, chargé de cours à l'université de Corte, qui n'a jamais cessé de nier les faits qui lui sont reprochés. Il livre, à Corse Net Infos, son incompréhension et sa déception.


Marc Simeoni : « Ce jugement est infamant ! »
-  Comment réagissez-vous à votre condamnation ?
- Je suis, avant tout, déçu que ma position n’ait pas été entendue, déçu d’être condamné avec une aggravation à caractère professionnel de la sentence par rapport à celle prononcée en 1ère instance. Je ne comprends pas quels arguments ont été retenus par les juges. Je vais attendre le détail de leur position pour mieux comprendre, mais il me semble qu’il y a là beaucoup de contradiction notamment dans la désignation de « recel en relation avec une entreprise terroriste ». On ne retient pas « l’association de malfaiteurs », mais, au final, on me condamne dans une proportion qui m’apparaît totalement dénuée de fondement.
 
- Etes-vous surpris ?
- La sanction a été aggravée alors qu’il m’avait semblé être nettement plus exonéré par la démonstration de la défense et par ma contribution qu’en 1ère instance. Je regrette qu’on n’en ait pas suffisamment tenu compte. Mais j’ai le sentiment que, lorsqu’on se retrouve dans un dossier de cette nature, où la DNAT (Division nationale anti-terroriste) a accompli l’essentiel des actes d’investigations et où l’instruction a été conduite par des juges anti-terroristes, il y a une oblitération du bon sens, on n’écoute pas les arguments et les démonstrations, même fondés, de la défense.
 
- Comment ressentez-vous particulièrement l’interdiction, qui vous est faite, d’exercer votre profession d’expert près des tribunaux ?
- J’avais été fustigé à bien des titres par l’avocate générale qui a prononcé un réquisitoire très excessif et parfois même injurieux. La pénalité professionnelle est moins importante que celle qu’elle avait demandée. A l’heure actuelle, je n’ai pas encore tous les éléments juridiques pour connaître l’ampleur du préjudice qui me sera porté professionnellement, notamment par rapport à l’entreprise que je dirige. Ce qui est certain, c’est que cette sanction m’apparaît infamante et totalement dénuée de sens par rapport à ce qui m’est reproché. Au surplus, je la réfute.
 
- Irez-vous en cassation ?
- Je ne sais pas. J’ai hâte que cette affaire s’arrête. Je vais interroger mes conseils afin qu’ils m’orientent vers la solution qui leur paraît la plus fondée juridiquement.
Propos recueillis par Nicole MARI




1.Posté par arbasgiu le 24/05/2013 16:04
Forza Marc ! Curagiu !

2.Posté par TOMASI le 24/05/2013 18:54
C'est hallucinant , !!! mais de nos jours il vaut mieux être terroriste islamistes , arracheur de sacs , planqueur de fric dans les paradis fiscaux , criminels de tous poils ( sans amalgames ,aucuns ) , que CORSE et impliqué dans une histoire quelconque, on paye dur l'addition , oui je ressens de plus en plus un racisme anticorse , moi qui habite Paris depuis 40ans , jamais je n'avais senti cette tension , là je me sens quelques fois mal alaise ( attention pas tout le monde est a mettre dans le même sac ) c'est vrai que la France vend tous ces bijoux de famille , il vaut mieux donc , être diplomate les acquéreur !!!!!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie


Les plus récentes
Justice
Philippe Jammes | 23/06/2016 | 6425 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 6