Corse Net Infos - Pure player corse

Lutte contre les feux de forêt en Corse-du-Sud : Un dispositif prêt à prendre le maquis !


Rédigé par Jean-François Vinciguerra le Mercredi 13 Juillet 2016 à 18:59 | Modifié le Mercredi 13 Juillet 2016 - 19:27


Le dispositif complet de lutte contre les incendies de forêt a été présenté mercredi à la base de la Sécurité Civile à Campo Dell’oro, en présence de Bernard Schmeltz, préfet de région, Pierre-Jean Luciani, président du Conseil Départemental de la Corse du Sud, Charles Voglimacci, président du SDIS et des colonels Salinesi, commandant des sapeurs pompiers et Maestracci, cela pour présenter les moyens de lutte aériens et terrestres avec près de 600 personnes et les 110 engins de lutte susceptibles d’être mobilisés


La Corse est régulièrement soumise au risque d’incendie de forêt, ce fléau qui ravage notre région, dont 80% de sa surface est recouverte de maquis et de forêts. Raison pour laquelle les principes du dispositif de lutte ont été mis en évidence, à savoir : un maillage complet du territoire pour détecter rapidement un départ de feu
-Une doctrine d’attaque directe des feux naissants pour limiter les conséquences sur les personnes, les biens et l’environnement et un dispositif souple et adaptable en fonction du niveau de risque et d’une éventuelle prolongation de la saison
 
La prévention avant tout
La première des armes pour lutter contre les feux, c’est bien la prévention. Comme chacun sait, elle permet de réduire en amont la vulnérabilité des espaces. Raison pour laquelle il existe des règles simples à respecter qui peuvent limiter les risques : le débroussaillement, qui est devenu une obligation légale qui apporte une protection aux biens et aux personnes mais protège également le milieu naturel. Lors d’un incendie, un espace propre permet de diminuer la puissance du feu, de réduire les émissions de gaz et de chaleur et surtout, il facilité l’intervention des services de lutte.
Aujourd’hui, la lutte contre les feux débute par la mobilisation des moyens d’intervention et s’appuie sur une évaluation quotidienne et précise du risque.
En Corse, la stratégie de lutte s’articule autour d’un pré-positionnement sur le terrain de moyens de surveillance et de lutte, proportionnellement au niveau de risque météorologique. C’est en intervenant sur les feux dont la superficie est encore réduite que les secours sont les plus efficaces. Cet objectif devient une priorité dès lors que le risque météorologique est élevé.
 
Encore trop de départs de feux
On sait que trop de facteurs favorisent les départs de feux et toute l’année, les spécialistes se penchent sur ce problème récurrent pour mieux combattre ce fléau : les conditions climatiques, l’importance des espaces naturels à protéger, à savoir 675 000 hectares, les difficultés d’accessibilité liées au relief et les mises à feu
 

Mercredi matin, sur le tarmac de Campo Dell’Oro, un officier expliquait au préfet ces dispositifs de mise à feu, tous particulièrement dangereux comme le chiffon ou la bougie sous une tuile… Il va sans dire que les risque encourus sont nombreux, raison pour laquelle le ministère de l’Intérieur met en place des renforts importants de la sécurité civile dans l’île, cela afin de soutenir les moyens locaux au titre de la solidarité nationale.
 
Les moyens aériens et terrestres
Les combattants du feu disposent de près de 600 personnes et 110 engins qui peuvent être mobilisés à tout moment.
La flotte aérienne, composée de deux Canadair, deux tracker, un hélicoptère bombardier d’eau.
Les moyens de lutte : Au plus fort du dispositif, il faudra compter avec 94 secteurs de surveillance par des engins armés, 6 patrouilles ONF,  74 militaires, 9 CCF et 3 camions citerne, 21 personnes DIS, 374 sapeurs pompiers mobilisables, 52 CCF, 10 CCF légers, 3 CCGC, 17 personnes de l’ONF et de la DDTM, 10 militaires MAS à Solenzara et Calvi, 76 forestiers engagés par le Conseil Départemental, 15 CCF, 4 CCF légers et un CCGC pour les feux naissants.
 
Bilan satisfaisant pour 2015
Le bilan des feux de l’an dernier est en effet satisfaisant, notamment au regard des condtions météorologiques et de l’allongement de la saison.
Les surfaces parcourues, comme au cours des dix dernières années, demeurent largement inférieurs au seuil d’une « bonne saison » donc autour de 1000 hectares et aucun grand feu n’ayant été enregistré.
Le dispositif préventif a démontré son efficacité en permettant le traitement de plus de 90% des feux de moins d’un hectare. Cela grâce au travail mené par la cellule Pyroscope, dispositif d’observation et de collecte des données :
- Les feux d’origine humaine volontaires sont minoritaires par rapport aux incendies d’origine humaine involontaire
- Les incinérations de végétaux non maîtrisés sont encore à l’origine des départs de feux
- Un seul d’origine naturelle a été enregistré
- Phénomène récent : les mises à feux effectuées la nuit (vallée de la Gravona et Lecci)
- Deux micro-régions, le grand Ajaccio et le Sud comptabilisent plus des trois quarts des départs de feux et 74% des surfaces parcourues 


En 2015, on a enregistré 113 feux pour 157 hectares brûlés de juillet à septembre. La saison des feux 2015 se caractérise par un contexte climatique exceptionnel en termes de sècheresse, en particulier pour l’extrême Sud. On constate une baisse de ces surfaces par rapport à 2014. Le nombre de feux enregistrés la saison dernière est parmi le plus bas depuis 1995.
J.-F. V.





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 00:26 Derby : Notion obsolète ou rivalité bien réelle?

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85487 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40919 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 348