Corse Net Infos - Pure player corse

Luc Chatel à Ajaccio: "Notre pays a besoin de l'UMP"


Rédigé par le Jeudi 7 Août 2014 à 01:48 | Modifié le Vendredi 8 Août 2014 - 01:45


Elus, conseillers généraux, adjoints aux maires, vice-président d’agglomération et sympathisants étaient venus participer, mercredi, à la réunion militante animée par Luc Chatel secrétaire général de l'UMP. Accueilli à la permanence départementale de la fédération UMP à Ajaccio par Laurent Marcangeli député-maire d’Ajaccio, Franck Giovannucci secrétaire départemental, et sur l’invitation de Marcel Francisci président de la fédération, le secrétaire général a interrompu de quelques heures ses vacances en Corse pour aborder avec la salle des sujets de politique générale et l’avenir « du premier parti politique français ».


Luc Chatel à Ajaccio: "Notre pays a besoin de l'UMP"
Les premiers mots furent adressés a Jean-Jacques Panunzi président du conseil général qui sera prochainement candidat aux élections sénatoriales prévue fin septembre. Il est pour l’heure  le seul inscrit officiel de droite en Corse du Sud. Anne-Marie Natali conseillère territoriale représentera la même droite en haute Corse.
Une élection importante pour Luc Chatel, qui avoue une position favorable à condition qu’il y ait une forte mobilisation et que les élus fassent campagne derrière nos troupe ce qui permettrait de remporter les deux sièges aux sénatoriales. Nous sommes un parti d’élus, de militants, de 170 000 adhérents au 30 juin 2014, et  de 270 000 personnes qui voteront  au congrès du mois de novembre.

Une politique générale actuelle qui ruine l’économie de la France

Si François Hollande parlait de reprise de l’activité économique en France, pour Luc Chatel il y a méprise. Cette reprise est bien présente en Allemagne qui fera le double de la croissance de la France, en grande Bretagne (le triple), aux états Unis (le quadruple), dans tous les grands pays du globe mais pas en France ! Un record pour les chiffres du chômage, un équilibre budgétaire instable,  une croissance inexistante et Pierre Moscovici comme commissaire européen, celui là même qui a échoué en matière économique, chargé du pacte de stabilité alors qu’il l’a décrié à plusieurs reprises et qui a été sanctionné par François Hollande au dernier remaniement interministériel, mais quel est ce pays ?
Une  politique économique, qui selon le secrétaire général de l’UMP, a entrainé l’asphyxie de l’économie de la France et où le matraquage fiscal a entrainé un arrêt  de l’activité économique et pas  de recette budgétaire supplémentaire.

Une alternative : redonner sa force à l’UMP

Pour Luc Chatel, le moment venu l’UMP devra être capable de porter une politique  économique différente, même de celle qu’il a porté par le passé. Il espère que soufflera un vent de liberté d’entreprendre sur le plan  administratif (prélèvements fiscaux et sociaux). Il faut un électrochoc en matière fiscale. Il faut réduire drastiquement le coût du travail dans notre pays. Baisser massivement la dépense publique, comme en Angleterre ou David Cameron a supprimé 400 000 postes de la fonction publique.
Un travail déjà initié avec Nicolas Sarkosy sur la période 2007/20012 pendant laquelle 150 000 postes avaient été supprimés. Le seul moyen efficace pour réduire la voilure de l’Etat : on ne peut pas vivre au dessus de ses moyens ! Nous devrons être capables de ça en 2017 lorsque notre mouvement présentera son projet. 

Les rythmes scolaires

L’ancien ministre de l’Education Nationale était déjà certain à l’époque qu’il fallait les changer. Le paradoxe dans ce pays, dira t-il c’est que les élèves français sont ceux qui ont le plus, quantitativement, d’école mais pour de plus  mauvais résultats. Ils vont entre 15 à 20% de plus à l’école que les petits allemands ou britanniques. Une surcharge de présence et d’heures de travail pour peu de résultats.
Pour lui les erreurs majeures du gouvernement actuelle se résument à une décision unilatérale, depuis Paris sans avoir eu de dialogue avec les enseignants, les parents d’élèves et les élus locaux. De plus cette réforme demande une augmentation de personnel avec des emplois précaires payés de l’ordre de 10 euros de l’heure. Absurde ! lancera t-il.

La réforme territoriale

Nous sommes pour la simplification,  nous avions voté  une loi avec pour objectif de simplifier l’administration territoriale, nous étions favorable à la fusion des régions et des départements. C’était la bonne formule et le bon niveau administratif, alors que l’idée qui consiste à avoir de grande régions tout en  suppriment  les départements est absurde !

La question n’est pas celle de l’avenir de l’UMP, mais bien de l’avenir de notre pays !

Nous avons besoin d’un autre pays, d’une proposition de force et de l’alliance de la droite et du centre capable d’incarner demain une alternative, capable demain de diriger le pays.
Nous serons encore tout cela à condition de redevenir crédibles vis-à-vis de nos concitoyens.
Nous n’avons pas été exemplaire depuis 2012, querelles internes, élections perdues, situation nouvelle qui est celle de la démission de Jean françois Copé et qui a poussé le bureau politique à constituer une direction provisoire dans l’attente de vous redonner la parole et que vous décidiez de qui prendra les rennes du mouvement les trois prochaines années. Décider de celui qui fera ce  travail de reconstruction, de refondation idéologique.
Le parti politique est le lieu où on doit être capable de débattre et de porter des idées.
Ce rôle de direction provisoire est de rendre ce débat possible. On ne montrera plus le spectacle de novembre 2012 aux français,  l’élection du 29 novembre prochain sera faite de manière apaisée et incontestable.

Menace et éccueils, mais de l'honnêteté avant tout

Les écueils persistent tout de même pour l’UMP, tout d’abord sous forme de menace politique (trop de candidats potentiels à la prochaine élection présidentielle). Il y a plus important à faire dans l’immédiat dira t-il. J’ai l’impression que moins on a de militants plus on a de candidats à l’élection présidentielle.
Une famille politique qui doit être capable par-dessus tout de porter un projet et ensuite de débattre des femmes  et des hommes pour les incarner. La prochaine règle fixé par le mouvement, la  primaire de 2016 qui permettra aux militants de choisir celui qui représentera leur couleur en 2017.
La deuxième menace sera juridique : une affaire en cours pour laquelle  l’UMP a déposé plainte et s’est portée partie civile comme gage d’honnêteté et pour que la vérité soit faite et sue.
Comme preuve de sa bonne foi aussi, un audit a permis de mettre à jour une mauvaise situation financière du parti. Une dette autour de 75 millions d’euros qui a donné lieu a un plan d’économie immédiat de 1 700 000 euros. Un second plan est cours de construction, il sera présenté à la rentrée. 




A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85196 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40766 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 345