Corse Net Infos - Pure player corse

Libération de la Corse : Poignants hommages à Jean Nicoli


Rédigé par le Vendredi 30 Août 2013 à 21:44 | Modifié le Samedi 31 Août 2013 - 16:26


Dans le cadre des cérémonies organisées à l’occasion du 70ème anniversaire de la Libération de la Corse, et de la commémoration de l’anniversaire de la mort de Jean Nicoli, héros de la Résistance assassiné par les fascistes, deux cérémonies ont eu lieu vendredi à Ajaccio rue Solférino dans la matinée, et près de la caserne Battesti, où une plaque apposée sur le mur d'enceinte a été dévoilée. Mario Papi secrétaire général au nom de l’ANACR de la Corse-du-Sud et Simon Renucci maire de la Ville d’Ajaccio ont rendu un poignant hommage en présence de sa petite-fille Marie Jeanne Nicoli et des représentants de l’Assemblée de Corse, du conseil général de la Corse-du-Sud, de la préfecture de Corse-du-Sud, des associations des anciens combattants et des autorités civiles et militaires.


Photos Marilyne SANTI
Photos Marilyne SANTI
Comme de nombreux patriotes, Jean Nicoli fut emprisonné et torturé après avoir été dénoncé et capturé en même temps que Jérôme Santarelli, dans l’appartement de la famille Bonafedi située dans un  immeuble de la rue Solférino. 
Mario Papi secrétaire général l’ANACR de la Corse-du-Sud en parlait ainsi à l'heure de la commémoration.
« Exceptionnel combattant pour la liberté, pour l’émancipation des peuples, cet homme a affronté la barbarie et la mort de façon résolue et sereine, car il avait la certitude d’agir conformément à ses convictions : engagement contre l’oppression et contre la misère inspiré par les idées du siècle des Lumières et par les valeurs révolutionnaires de 1789 ; engagement contre le pouvoir collaborateur et réactionnaire de Vichy ; engagement pour la Corse Française, dont la libération qui marquerait la fin de l’humiliante occupation fasciste et nazie devrait être l’œuvre du peuple corse lui-même .
Il a arpenté la terre de Corse avec hardiesse, parfois avec imprudence pour préparer cette insurrection à laquelle il aspirait si fort et, qu’hélas il ne vivra pas… à quelques jours près ! Jean Nicoli laissera des écrits  au seuil de son assassinat, qui seront un véritable testament à l’adresse de tous : son amour de la liberté, son profond humanisme, son attachement à la Corse Française, son idéal communiste empreint d’une immense générosité envers tous les peuples du monde, au total un encouragement à poursuivre son combat en faveur de tous les spoliés de la terre ! »


Photos Marilyne SANTI
"Arrêté alors qu'avec Jacques Bonafedi, et Jérôme Santarelli il étudiait la carte des Agriate, en vue d'une livraison d'armes par le sous-marin Casabianda et son valeureux commandant l'Herminier" reprendra Simon Renucci, lors du dévoilement  d’une plaque commémorative a l’entrée de la Caserne Battesti. " S'ensuivirent deux mois dans les géoles de cette caserne où il fut torturé. Jugé à Bastia, il fut fusillé en intimant l'ordre à ses bourreaux de tirer en le regardant dans les yeux. Frappé à coups de crosse, poignardé, il fut ensuite décapité.... Ce normalien faisait partie intégrante des hussards noirs de la République... Ecologiste avant l'heure, il fonda au Mali la société des amis de l'arbre, créa une société sportive accueuillant africains et européens préfigurant ainsi l'éducation populaire initiée par Léo Lagrange secrétaire d'état du Front Populaire."
Simon Renucci finira son allocution en rappelant les quelques mots qu'il griffonna sur un paquet de cigarette à l'intention de ses enfants:" Tout à l'heure je partirai. Si vous saviez comme je suis calme, presque heureux de mourir pour la Corse et mon parti. Ne pleurez pas, souriez-moi. Soyez fiers de votre papa."
Marie-Jeanne Nicoli, petite-fille de Jean Nicoli, très émue par cette double commémoration,  travail de mémoire pour rappeler les valeurs qu'ont défendu tous les résistants et en particulier son grand-père.
"D'une très forte valeur symbolique ce moment m'émeut fortement, et je suis fière de cet héritage."
Au mot devoir de mémoire elle préfère travail de mémoire qui semble imposer la chose. "Les jeunes générations sont bien loin de cette période de l'histoire, mais il est important de la rappeler. Moins sensibles à ces cérémonies, il vaudrait mieux les éveiller par des lectures, des débats.. Il est important de garder les symboliques." Marie-Jeanne Nicoli transmet tout les jours les valeurs qui étaient celles de son grand-père, mais laisse aux autorités et aux associations l'initiative de manifestations publiques, affirmant qu'elles assureront ainsi la symbolique et la pérennité de ces moments d'histoire.

C’est à l’initiative de l’O.N.A.C.V.G de la Corse-du sud représenté par son directeur Jacques Vergellati  et de l’Anacr2A que le projet d’installation d’une plaque commémorative à la caserne Battesti a pu voir le jour.
Dans le cadre du 70ème anniversaire de la Libération de la Corse, la commémoration de l’anniversaire de la mort de Jean Nicoli, héros de la Résistance assassiné par l’occupant, a donner lieu ce 30 aout au dévoilement d’une plaque apposée sur le mur d’enceinte de la caserne Battesti.
Ce symbole rappelle sa détention et celle de nombreux patriotes corses en ce lieu investi par l’armée italienne de novembre 1942 à octobre 1943.





Dans la même rubrique :
< >

Lundi 5 Décembre 2016 - 23:37 I soldi corsi… C’est pour bientôt !

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85352 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40815 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 346