Corse Net Infos - Pure player corse

Les « parents inquiets » font salle comble à Bastia


Rédigé par Michela Vanti le Lundi 10 Avril 2017 à 21:00 | Modifié le Mardi 11 Avril 2017 - 00:08


Une conférence du célèbre psychanalyste et thérapeute de la famille Jean-Paul Gaillard sur les difficultés rencontrées par les parents et les éducateurs avec les enfants et adolescents « mutants », a fait salle comble, ce lundi à Bastia, où, à l’Hotel du Département, la Mecs A Scalinata de Bastia en partenariat avec la Protection Judiciaire de la Jeunesse, l'IFRTS Corse, le département de la Haute-Corse, la CAF de Haute-Corse et la MAIF, avaient organisé la rencontre "Nous et nos enfants mutants : restaurer nos compétences éducatives" .  


Jan-Paul Gaillard
Jan-Paul Gaillard

Le professeur Jean-Paul Gaillard thérapeute systémicien de la famille et du couple, psychanalyste et maître de conférences en psychopathologie, travaille depuis quinze ans sur la question de l’autorité dans les rapport entre les jeunes et les adultes.
Dans la conférence de ce lundi à Bastia, devant un public
très nombreux il est revenu sur la question des enfants et adolescents en mutation en essayant de donner un « mode d’emploi » aux parents, éducateurs et enseignants qui vivent et travaillent avec ces mutants au quotidien. 


CNI a rencontré le conférencier en marge de la rencontre de ce lundi à Bastia.

 

- Qui sont les enfants mutants et qu'est-ce qui a provoqué la mutation sociale dont ils sont protagonistes?

- La société occidentale actuelle connait une profonde mutation d’une ampleur équivalente à celle qu’elle a connu aux 4ième, 10ième, 16ième et 18ième siècles, elle s’est éloignée de son équilibre et cet éloignement a amené un changement qui a produit un « homme nouveau » qui a une nouvelle personnalité de base. Cette mutation concerne avant tout les enfants et adolescents, de zéro à vingt-cinq ans, qui se confrontent à des parents en manque de repères éducatifs. Il y a un décalage entre les « nouveaux jeunes » et les adultes qui ont reçu une éducation basée sur un autre système, sur une autre base de repères.


- Comment parents, éducateurs, enseignantes peuvent trouver les repères pour communiquer avec les mutants? 

- Les piliers majeurs de l’ethos occidental, tels que l’autorité de mode paternel, l’interdit, le hiérarchique vertical, ne constituent plus le background de l’inconscient et des modes interactionnels par quoi nous étions structurés. Un autre ethos, d’autres repaires structurent aujourd’hui l’interactionnel de nos enfants.

Ces différences, apparemment si peu conciliables, génèrent entre parents et enfants des incompréhension parfois déviantes et violentes. Il faut que les parents et les éducateurs acceptent cette différence et s’approprient d’une grille de lecture qui leur donne une idée du mode de fonctionnent des enfants d’aujourd’hui, quels sont les valeurs qui les animent, quels sont leurs modes de fonctionnement, parce que il ne faut pas oublier qu’ils n’ont pas choisi eux non plus d’être de mutants. C’est la mutation qui les a fabriqués. 

 

- Comment les enfants d’aujourd’hui raisonnent-ils?

- Aujourd’hui les rapports hiérarchiques de la société ont évolué et les enfants, donc, ne voient plus l’autorité de manière verticale mais horizontale. La forme de respect évolue donc aussi, il n’y a plus de rapport de inferiorité-superiorité, les parents sont leur modèle, à eux de montrer l’exemple : « fais ce que je dis pas ce que je fais » n’a plus cours. Il n’y a pas disparition du cadre mais transformation du cadre. Et cela nécessite des ajustements et de la compréhension, il faut que les parents et les éducateurs apprennent à parler à égalité aux jeunes qui se sentiront respectés. 

Le mutant ne veut plus du modèle que nous connaissons, il bouge, ne se repose pas, son rapport aux objets a changé, il en a besoin pour exister, se rendre visible. Le lien aux objets est un prolongement du corps. Si vous arrachez son téléphone à un jeune, par exemple, il devient fou de douleur. 

 

Le conseil, donc, c’est de ne plus arracher le téléphone à son enfant en le menaçant avec des sanctions. Cela ne veut pas pour autant dire qu’il faut être laxiste, il faut trouver d’autres alternatives pour le faire adhérer à ce qu’on attend de lui.




A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire






Les plus récentes
Société
Charles Monti | 15/05/2016 | 15008 vues
00000  (0 vote) | 1 Commentaire
Société
Philippe Jammes | 19/12/2016 | 14559 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Société
(Jean-Paul-Lottier) | 15/08/2016 | 8862 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 44