Corse Net Infos - Pure player corse

Les paillottes de la rive Sud font de la résistance


Rédigé par le Dimanche 13 Janvier 2013 à 19:58 | Modifié le Mardi 15 Janvier 2013 - 01:02


Une conférence de presse a eu lieu dimanche matin, à Mare e Sole, organisée par le collectif de défense des établissements de plage, qui a réitéré sa volonté de ne pas céder face à l’ultimatum de l’Etat, qui a ordonné aux propriétaires de cinq paillottes de la rive sud, de démolir la partie de leurs structures situées sur le domaine public maritime (DPM). La date buttoir a été fixée au 15 janvier.


Les paillottes de la rive Sud font de la résistance
En cas de refus des propriétaires, l’Etat aura trois solutions possibles : la démolition des installations et la remise en état aux frais des contrevenants, la saisie des meubles ou du fonds de commerce par l'administration des finances publiques, ou la saisine du procureur de la République pour vente à la sauvette. Considérant que cette initiative se veut un symbole de l’action du gouvernement contre les dérives locales, Stephane Recchi, avocat du collectif des établissements de plage, a rappelé que les paillottiers, par leurs activités sont aussi créateurs d’emplois contribuant à l’économie corse.

"Donner une autre image des restaurants de plage"
Santa Gaggioli et Ange Istria, propriétaires du « Mare e Sole », sont concernés par cette mesure. Parallèlement à la conférence de presse qui a eu lieu au sein de leur établissement, ce dimanche a été choisi pour l’ouverture  de la saison. Amis, clients et fournisseurs venus les soutenir, étaient invités à partager un déjeuner.  Plus d'une cinquantaine de personnes s'étaient mobilisées.
« Nous avons pu ainsi leur expliquer à quels problèmes nous étions confrontés,  mais aussi donner une autre image des restaurants de plage, que celle véhiculée par les médias. Il était important pour nous, d’apporter des informations sur notre revendication d’aujourd’hui, qui est d’avoir les mêmes droits que les autres restaurateurs», soulignera la restauratrice. « Nous ne sommes pas dans un bras de fer avec l’Etat, nous voulons au contraire trouver une solution pérenne, afin de pouvoir travailler sereinement. Et c’est aussi pour exprimer cette volonté de négociation que nous avons commencé à démonter une partie de notre établissement.» 






1.Posté par demonti le 14/01/2013 10:04

Mais lorsqu'il s'agit de la villa, située au même endroit, d'un continental ou un d' étranger elle saute !!!!!! au nom de la protection du littoral……...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85270 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40789 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 345