Corse Net Infos - Pure player corse

"Les artistes c'est nous" pour les 40 ans de l'hôpital de Castelluccio


Rédigé par le Lundi 24 Mars 2014 à 23:40 | Modifié le Mardi 25 Mars 2014 - 01:18


Mercredi, s’est tenu dans les locaux de l’ARS d’Ajaccio en présence Jean-Jacques Coiplet directeur de l’ARS et de Mercedes Creixell médecin psychiatre à l’hôpital de Castelluccio le vernissage d'une exposition des œuvres d’usagers de l'hôpital spécialisé. Ce premier évènement s'inscrit dans la lignée des manifestations qui auront lieu pour le Quarantenaire de l'hôpital de Castelluccio qui a ouvert ses portes en 1974.


"Les artistes c'est nous" pour les 40 ans de l'hôpital de Castelluccio
Les différentes structures externes de l’établissement : Centres Médico Psychologiques (CMP) de Propriano, Sagone, secteur Sud d'Ajaccio, ainsi que l'intra hospitalier et l' Ascosu ont permis par leurs ateliers cette exposition de mandalas, peintures abstraites et paysages, qui pourra être vue jusqu’en juin dans les locaux de l’agence régionale de santé quartier st Joseph à Ajaccio.
Le Directeur de l'ARS de la Corse a souligné l'importance d'une telle action, et a tenu à féliciter les membres du Comité Culturel, la médiatrice culturelle de l’établissement, les représentants de différentes associations et de nombreux  partenaires pour cette initiative.
Une belle réussite pour une première du Comité Culturel qui sera sous peu suivi d’autres actions.

Le mot de Mercedes Creixell, médecin-psychiatre au centre hospitalier spécialisé de Castelluccio

La médiation par l'art
Cette exposition a été décidée dans le cadre de la semaine de la santé mentale qui est une semaine ayant pour thème la non stigmatisation du malade. Par ailleurs dans le cadre culture et santé nous travaillons avec Isabelle de Rosa de l'ARS sur diverses manifestations qui verront le jour dans le courant de cette année. Pour nous c'est une année exceptionnelle puisqu'il s'agit aussi des 40 ans du centre hospitalier de Castelluccio. L'hôpital est vu un peu comme un lieu d'enfermement alors que 80 % de nos activités sont sur l'extérieur et alors que même sur ce lieu il se passe des choses de l'ordre de la création. Le soin en psychiatrie ne passe pas que par le soin au niveau du corps, le soin médicamenteux ou la psychothérapie, quelque soit l'orientation analytique, cognitive, comportementaliste ou la thérapie familiale. Le soin et en particulier au niveau des infirmiers passe par des médiatisations qui peuvent être de différents ordres comme la peinture qui a été un de nos thèmes cette année. C'est une activité qui se fait depuis très longtemps dans nos CATTP extérieurs où nous avons déjà organisé diverses expositions.

Aides Médico-Psychologique et infirmière impliquées dans la médiatisation
 L'exposition d'aujourd'hui est très importante pour que l'ARS connaisse notre fonctionnement et aussi pour avoir une harmonisation et une rencontre des savoirs et des savoir-faire, parce que notre hôpital finalement est un peu comme la Corse clivée dans des vallées, il est clivé entre différents pavillons, entre différents horaires matin après-midi et nuit, et à cela s'ajoute l'intra et l'extra. Et même dans l'extra nous avons le nord le sud....Déjà nous avions commencé à travailler avec le CATTP Sagone et le CATTP Ajaccio pour faire des échanges de savoirs, l'occasion de voir ce qui se faisait ailleurs. Et sur l'Ascosa qui est aussi le lieu de beaucoup de projection il y a des AMP qui font un travail extraordinaire de leurs mains et des mains des patients. Une activité n'est pas supérieure à l'autre. La médiatisation est différente. Sur Sagone et au Loretto il y a des art thérapeutes, et deux AMP sur l'Ascosa. Sur le CATAP de la rue Fesch nous avons des infirmières qui n'ont pas de formation particulière hormis celles d'infirmières en psychiatrie tout comme sur le Valinco. On peut donc avoir des médiatisations à visées art thérapie avec des intervenants qui ont fait trois ans d'études en plus de leurs études d'infirmières, de l'occupationnel mais qui est soignant dispensé par les AMP de L'Ascosa, et des infirmières psychiatriques qui utilise une médiatisation au travers de la peinture et ça aussi c'est soignant et surtout pour l'intégration au sein de la cité.

Avant tout des citoyens comme les autres
 
C'est ce qui s'est passé sur le Valinco avec cinq patients et une infirmière qui sont dans la cité avec un groupe de 26 personnes. Ils font tous de la peinture mais sans savoir que certains sont traités. La technique est différente mais le patient apprend comme n'importe qui à reproduire ce qu'il a choisi. Et alors surprise, en 2011 lors de l'exposition sur le port de Propriano la seule personne de cette joyeuse troupe qui a vendu une œuvre était un patient. L'exposition d'aujourd'hui me paraît intéressante pour que les gens aient un regard différent sur notre hôpital qui ne doit pas être vécu comme un lieu d'enfermement. Le fou n'est pas nécessairement le schizophrène dangereux parce qu'en général 90 % de schizophrènes ne le sont pas, mais ont juste une difficulté relationnelle. À travers une médiatisation on peut entrer en relation sans être obligé d'exprimer verbalement par des mots ce qu'on ressent, on l'exprime ainsi sur un autre support.






A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85481 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40915 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 347