Corse Net Infos - Pure player corse

Le cri d'alarme du cercle des grandes maisons corses


Rédigé par le Mardi 14 Mai 2013 à 00:31 | Modifié le Mercredi 15 Mai 2013 - 01:36


Les représentants du cercle des grandes maisons de Corse ont tenu une conférence de presse lundi au Dolce Vita à Ajaccio, afin de dénoncer la situation économique dans laquelle se trouve l’hôtellerie corse de luxe aujourd’hui. C’est près de 20 hôtels classés 4 ou 5 étoiles, qui sont voués, si les pouvoirs politiques ne se manifestent pas, à un retour à une exploitation saisonnière de ces établissements. Des hôteliers en colères, mais prêts à défendre leurs intérêts, ceux de leurs employés et un tourisme durable porteur pour les générations à venir.


Photo Marilyne SANTI
Photo Marilyne SANTI
"Tourisme de partage au volet social majeur et pérenne ", César Filippi, porte-parole des représentants du cercle des Grandes Maisons de Corse, décrira un modèle de concept hôtelier à forte valeur ajoutée, très peu prédateur d'espace et respectueux de l'environnement.
Les emplois y sont rémunérés sur une moyenne salariale chargée de 25,36 euros de l'heure, logé, nourri, et la fréquentation est celle d’une clientèle à fort pouvoir d'achat.
La mauvaise gestion de chacun n’est pas à mettre en cause, puisque c’est l’ensemble de la catégorie qui est touchée. Concept pourtant garant d’un véritable tourisme durable, il est aussi celui d’un tourisme à l'année, à forte valeur ajoutée, véritable  moteur économique impliquant avec lui, sur la même durée, tous les autres secteurs d'activités présents en Corse. C'est-à-dire et plus particulièrement qu’il est générateur de CDI dans toutes les activités périphériques comme, les secteurs de la consommation, des productions agricoles et artisanales, de toute les professions de service, de distribution, de guidage, d'accueil, d'animation sportive, culturelles et de loisirs.
« Hormis la résidence secondaire, le mobil-home, la baraque à frites, la baraque à légumes, le four à pizza, et la location au noir, il n'y a point de salut pour un avenir durable de l'économie touristique en corse. Sans bien sûr, stigmatiser ceux qui essayent de s’en sortir avec ces petits revenus ». Un appel au soutien est tout de même lancé. Il consisterait à consentir à « un petit effort communautaire », comme une taxe de séjour minimum, pour les collectivités locales, afin que celles-ci soient en mesure d'aménager et d'entretenir les espaces nécessaires à toute démarche touristique.
Ce constat d'échec mettrait en cause, pour ces exploitants hôteliers, les tarifs prohibitifs passagers et Fret, mais aussi les mauvaises conditions d'exploitation offertes aux acteurs économiques, en Corse et à l'absence d'un véritable statut fiscal et social.
« Les seules lueurs d’espoir sont les efforts méritoires d’Air Corsica et la bonne volonté de l’A.T.C. Mais les moyens restent dérisoires, par apport aux enjeux et surtout à l'énorme potentiel que nous a offert la nature en Corse. »
Le reproche est fait à l'ensemble des acteurs économiques qui attendent pour avancer la mise en place du PADDUC et des PLU, pour planifier et réaliser, enfin, la mise en place de tous les outils nécessaires à un développement économique « dans les clous ».
« Les 80.000 résidences secondaires et l'immobilier de loisirs que compte la Corse, et dont la majeure partie est louée au noir, n’ont besoin ni du PADDUC ni des P.L.U pour exister, prospérer et exercer en toute illégalité leurs activités commerciales sous le regard, au mieux, passif, voire bienveillant des services, pourtant bien informé de l'Etat.  C’est ainsi qu’un touriste sur deux et échappe à toutes structures touristiques légitimes ! »
Déjà 4 ans que ce collectif tire la sonnette d'alarme auprès des élus allant même jusqu’aux  ministres de droite et de gauche.
La seule avancée aura été le crédit d'impôt investissement et la promesse, non encore tenue, du CDD annualisé, qui aurait permis la création de près de 2 000 nouveau CDI en Corse. Une réponse à cette jeunesse peu attirée par les  CDD de 4 mois.

Un plan social et 110 licenciements

Photo Marilyne SANTI
Photo Marilyne SANTI
Les représentants du Cercle des Grandes Maisons de Corse, ont donc décidé d’être dans l’action, devant l'impossibilité d’exploiter à l'année leurs établissements.
Il y a un mois, ils ont donc déposé auprès de la direction du travail, un plan social pour les 18  établissements du  cercle. Il prendra effet au 1er octobre 2013, et se traduira dans un premier temps, par 110 licenciements de collaborateurs en CDI, parfois en activité depuis plus de 20 ans. A cela s’ajoutera une diminution des emplois en temps plein de près de 30 % des effectifs actuels.
Les membres du cercle ont aussi décidé, à l'unanimité, d'envisager dans un avenir très proche la possibilité de ne plus s’acquitter de la part patronale des cotisations de sécurité sociale. Lourde décision dont ils sont prêts, à assumer, les conséquences.
« Cette conférence de presse nous permet de lancer un appel à tous les acteurs économiques de tous les secteurs d'activités, touchés comme nous, par la crise, et par ces réalités d'exploitations particulières faites à la Corse, à effectuer ce même travail de réflexion et de proposition. »
« D'autant plus, rajoutera César Filippi, que dans le contrat de projet Europe-Etat-Région, qui rentre en vigueur en 2014, aucun investissement en faveur du tourisme n’est prévu, comme pour le PEI. Pourtant l'industrie touristique représente 40 à 50 pour cent de l'activité en Corse, en chiffres d'affaires, comme valeur ajoutée. Soit dit en passant bien plus que le BTP. »




1.Posté par Fabien Abraini le 14/05/2013 07:55
Désolé, mais le tourisme, dans les meilleures années, représente environ 14% du PIB de la Corse.
Ces chiffres de 30, 40, voire 50% qui sont lancés en permanence par les professionnels du secteur sont totalement fantaisistes.

Jacques Orsoni, économiste, le texte date un peu, aujourd'hui, c'est un peu plus, mais pas tant que ça :
"Sur 22 000 entreprises, toutes activités confondues, présentes en Corse, les établissements touristiques ne représentent que 7% du nombre total.[...]occupent, en moyenne, un effectif salarié deux fois moindre que les autres firmes corses[...]une entreprise sur cinq n’est ouverte qu’en été."

""Globalement, on calcule que le tourisme par ses effets directs et indirects engendre un chiffre d’affaires d’environ deux milliards d’euros, soit une valeur ajoutée de sept cents millions d’euros. Rapportée au PIB de la Corse, la part du tourisme représente environ 10% du total, ce qui constitue, il convient de le souligner, une relativement mince performance, pas davantage que le secteur de l’économie sociale et solidaire. Modestes aussi apparaissent les résultats en termes d’emploi. Le tourisme génère en moyenne quatre à cinq mille postes d’emplois salariés équivalents plein-temps. Ce qui ne représente pas plus que 4% ou 5% de l’emploi total insulaire."

En 2005, l'insee recensait 6000 équivalents temps plein dans le secteur du tourisme. La fonction public, c'est 29 000 emplois selon l'Insee...

Ceci étant dit, il est clair qu'il vaudrait mieux soutenir un tourisme à forte valeur ajoutée et professionnel que des baraques à frites et des locations au noir.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 19:08 La magie de Noël opère à Biguglia

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85192 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40765 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 345