Corse Net Infos - Pure player corse

Le PNC-Ghjuventù et les partis nationalistes : La coofficialité en point de mire


Rédigé par Jean-François Vinciguerra le Samedi 2 Avril 2016 à 13:49 | Modifié le Samedi 2 Avril 2016 - 15:17


Dans le cadre de l’assemblée générale de l’ALE-Jeune, branche de l’Alliance Libre Européenne, le PNC-Ghjuventù accueille depuis vendredi une trentaine de partis politiques nationalistes. Au cœur des discussions, un débat sur la coofficialité du Corse et la place des langues. Après l’accession des nationalistes aux responsabilités, sur une mandature courte, les attentes sont grandes et ce dans tous les domaines. Celui de la revitalisation de la langue corse et du statut de coofficialité est particulièrement attendu par l’ensemble du peuple corse


Roccu Garoby
Roccu Garoby
Le bilinguisme dans les institutions
Le PNC Ghjuventu, ce n’est un secret pour personne, possède une riche expérience dans ses contacts européens. Aussi, il souhaite faire des propositions concrètes à la présidence de l’Assemblée de Corse afin que des mesures soient prises rapidement de sorte qu’ils soient au même niveau que les Assemblées démocratiques Européennes qui possèdent, chacune, un statut de coofficialité pour leur langue.
 
Ce que proposent les jeunes du PNC ?
- La mise en place d’un service d’interprétariat Corse-Français à chaque session de l’Assemblée de Corse
- La possibilité d’échanger et de recevoir une réponse en langue corse également avec l’Assemblée
- La production de brochures et guides pratiques sur les travaux de l’Assemblée
- La traduction des sites internet et application de la CTC en langue Corse
 
Cela constitue en fait les premiers pas pour la mise en place du bilinguisme dans les institutions. Raison pour laquelle le PNC-Ghjuventu souhaite que le vote de la coofficialité passe du symbolique au concret. Cela permettra d’envoyer un message vers l’extérieur.
« Il s’agit d’un défi d’autant plus grand que la mise en place de la Collectivité Unique implique de prendre en compte la fusion des différentes institutions dans la mise en œuvre des mesures qui vont conduire à « la maison de cristal » à devenir la seule institution corse à proposer des services pour les citoyens en Corse et en Français. IL faut savoir que l’Assemblée du pays de Galles ou d’Ecosse disposent d’un service d’interprétation et de mesures qui permettent à tous les citoyens d’avoir accès aux informations de leurs élus. Notre but est de faire de même… » expliquent les jeunes responsables du mouvement.
 
La situation des langues en Europe
 Roccu Garoby, président de l’ALE-Jeune jusqu’à samediet membre du PNC-Ghjuventu, a bien voulu répondre à quelques questions. 
 
- La situation des langues en Europe, quelle est-elle ?  
La conférence de presse a été mise en place pour parler de la situation des langues en Europe. Nous avons sur place quatre intervenants à savoir le Pays Basque, le pays de Galles, la Corse avec Xavier Luciani «  u nostru ministru di a lingua » et le flamand.  Pour voir comment les langues, minorisées par les Etats, ont réussi à se sauver ailleurs comme au Pays Basque ou la Flandre, et comparer avec les difficultés que l’on connaît en Corse. Donc, apprendre à ce qui se fait ailleurs et mettre en pratique la coofficialité. Les exemples ne manquent pas et c’est à nous de nous inspirer de ce qui se fait ailleurs.
Au Pays Basque, il y a trente ans, la langue était en train de s’éteindre. Par des politiques publiques, l’éducation bilingue, l’immense majorité des écoles est en immersion basque. Une partie en Basque et Castillan, et une toute petite minorité » en Castillan. Cela signifie qu’en vingt ou trente ans, on peut sauver la langue. Même chose au Pays de Galles. 
 
- Différents thèmes ont été développés ?
En effet, mais parmi tous les sujets débattus, le côté jeune était attiré par la langue du fait de la situation de la langue corse en particulier. Les autres débats n’ont pas été occultés, bien au contraire, comme la situation de la Catalogne. C’était l’occasion de dire à ceux qui ne sont  pas arrivés aux responsabilités que nous avons eu la chance en décembre dernier de dire que chacun va pouvoir réussir à un moment donné. Il ne faut jamais abandonner. Gilles Simeoni n’a-t-il pas déclaré lors de la réception officielle jeudi soir : « On rêve encore ! » Cela me fait penser à la déclaration de l’ancien ministre Ecossais qui a dit : « Le rêve ne doit jamais mourir ! » C’est à nous, jeune génération de prendre exemple et de retenir ce genre de déclaration.
 
- Les différentes régions sont-elles motivées par la victoire des nationalistes Corse en décembre dernier ?
Bien sûr. Nous, on regardait les Ecossais et les Gallois avec espoir. Cela permet à d’autres régions de « rêver » comme nous l’avons fait, et l’espoir est permanent pour les autres régions. C’est cela la force de l’ALE et de l’ALE-Jeune, cette force de dire : on est dans un train, et chacun d’entre nous est une locomotive. La solidarité des peuples en lutte dans le monde, c’est le cœur, la matrice  de l’ALE-Jeune. Il a fallu quarante années pour en arriver là…. »
J.-F .V.
 
 
 
 




Dans la même rubrique :
< >

Samedi 10 Décembre 2016 - 22:20 Volley Ligue A : Le GFCA s'impose face à Sète

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85582 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40974 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 349