Corse Net Infos - Pure player corse

Le 72 ème anniversaire de la rafle « du Vel d’Hiv » commémoré à Ajaccio


Rédigé par le Lundi 21 Juillet 2014 à 22:54 | Modifié le Lundi 21 Juillet 2014 - 23:50


La journée nationale à la mémoire des victimes, des crimes racistes et antisémites de l’Etat Français et d’hommage aux justes de France est organisée chaque année depuis 2000, le dimanche suivant le 16 juillet, rappelant les 16 et 17 juillet 1942, dates de la grande rafle dite « du Vel d’Hiv » organisée à Paris. A Ajaccio une cérémonie a eu lieu Place du Diamant le 20 juillet, en présence de Christophe Mirmand préfet de Corse, des représentants de la municipalité d’Ajaccio, du conseil général de la Corse-du-Sud et des autorités civiles et militaires.


Le 72 ème anniversaire de la rafle « du Vel d’Hiv » commémoré à Ajaccio

Les interventions Lina Sillamy, représentant la communauté israélite, de Noëlle Vincensini, présidente de l’association Ava Basta, rescapée de Ravensbrück, les lectures d’un poème de Charlotte Delbo, rescapée d’Auschwitz et du message du Secrétaire d’Etat chargé des Anciens combattants par le Préfet de Corse ont précédé les dépôts de gerbes et la minute de silence. Une prière en hébreu a mis fin à la cérémonie.


Les juifs en Corse une histoire de plusieurs centaines d’année

Les premières traces d'une présence juive dans l'ile se situent aux alentours de l'an 800 où une importante immigration venue d'Egypte s'est installée dans le Sud de la Corse et notamment à proximité du village de Levie (la bien nommée) située à l'intérieur des terres à 20 km environ de Porto-Vecchio. Une communauté qui s’est ensuite dispersée un peu partout dans l'île en devenant partie intégrante de la population. Bien des siècles plus tard, dans les années 1500-1530, environ 1000 Juifs de la région de Naples trouvèrent refuge en Corse, fuyant très certainement une persécution locale, et ils s'installèrent dans les régions montagneuses du centre de l'île. En l'an 1684, la ville de Padoue, située en Italie, peuplée en grande partie par des Juifs qui habitaient un ghetto édifié en 1516, fut le théâtre de violences dirigées à tort contre ces citoyens. Une grande partie de la communauté juive de Padoue décida alors d'émigrer sous d'autres cieux plus cléments. Certains arrivèrent en Corse, et les habitants les nommèrent Padovani, ce qui signifie : venu de Padoue.
Mais la plus importante vague d'immigration juive qu'ait connue la Corse se situe entre les années 1750 et 1769.
Pascal Paoli fit venir en Corse entre 5000 et 10 000 Juifs du nord de l'Italie, de Milan, de Turin ainsi que de Gènes pour revitaliser l'ile suite à 400 ans d'occupation génoise. Afin de les rassurer sur leur intégration et sur la volonté du peuple corse de les considérer comme leurs égaux, ce même Paoli fit une déclaration destinée aux nouveaux venus : "Les Juifs ont les mêmes droits que les Corses puisqu'ils partagent le même sort". Cela fit comprendre aux Juifs qu'ils étaient des citoyens à part entière et qu'ils bénéficiaient d'une totale liberté de culte, ce qui n'était pas le cas dans bon nombre de pays.
Plus proche de nous, durant la seconde guerre mondiale, alors que la Corse était occupée par les fascistes italiens, les habitants de l'île se mobilisèrent pour aider les Juifs à se cacher. Avec les moyens du bord, ils aidèrent hommes, femmes et enfants à se refugier dans les villages de montagne.
 
Extrait de :
http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2009/09/16/1699678_heureux-comme-juif-en-corse.html
 


santi.corsenetinfos@gmail.com





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 00:26 Derby : Notion obsolète ou rivalité bien réelle?

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85497 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40930 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 348