Corse Net Infos - Pure player corse

Laurent Marcangeli a inauguré le laboratoire municipal de langue corse : "Je vais rattraper le temps perdu…"


le Lundi 16 Février 2015 à 18:35 | Modifié le Lundi 16 Février 2015 - 18:55


« Je vais Moi aussi passer « u certificatu » afin de rattraper le temps perdu. Cela me permettra également de donner des interviewes en langue corse lorsque vos confrères m’interrogeront. Cela m’aidera surtout à ne pas écorcher notre belle langue. » Laurent Marcangeli va donc retourner à l’école de la langue nustrale, l’outil que la municipalité - avec l’aide de la CTC - a inauguré, lundi, au quartier des Salines


Laurent Marcangeli a inauguré le laboratoire municipal de langue corse : "Je vais rattraper le temps perdu…"
Six postes d’élèves, un poste de maître de conférence, du matériel technologique de haut niveau, voilà qui va permettre au premier laboratoire de langue corse de former les personnels communaux dans un premier temps, le personnel d’accueil de la mairie et du musée Fesch ensuite, dans la mesure où la ville s’est engagée à respecter la charte des langues. Les personnels des treize crèches bilingues vont également passer par le laboratoire, sans parler des associations et des personnels embauchés sur les rythmes scolaires : « Cela va favoriser également la formation des enfants dans le cadre des rythmes scolaires de 15 h 45 à la sortie sous forme d’ateliers » précise Christophe Mondoloni, conseiller municipal délégué à la langue corse qui ajoute : «Dès lors que tout les personnels auront été formés, la municipalité ouvrira le laboratoire au public, à tous ceux qui désirent se perfectionner dans la langue sur la base d’ateliers installés au siège. »
 
Une formation pour tous…
Une grosse équipe sera d’ailleurs sur le pont pour assurer cette formation aux Ajacciennes et Ajacciens avec celle en place pour les personnels, mais aussi, en fonction de la demande, les ateliers seront proposés plusieurs fois par mois. En effet, Pierre Pugliesi, adjoint délégué au tourisme sera sur place, Annie Costa-Nivaggioli, pour la petite enfance, Rose-Marie Ottavy pour l’éducation, Simone Guerrini pour la culture, cela avec la réelle volonté du maire, favorable à la coofficialité, qui s’est engagé pour faire de cet instrument de notre langue une réussite.
Pour Laurent Marcangeli, ce laboratoire est une réelle avancée : « Nous avons un outil performant avec du matériel de qualité, des enseignants et une farouche volonté de réussir. Il s’agit en effet d’intra-communication mais également nous souhaitons ouvrir tout cela vers l’extérieur, à des personnes qui ne sont pas forcément membres du personnel municipal. »


Ajaccio deviendra t-il, ainsi, un laboratoire du bilinguisme ?
" Je l’espère" affirme le maire d'Ajaccio quand on lui pose la question.
"J’espère que nous allons poursuivre cet effort, la ville est signataire de la charte de la langue corse et nous voulons aller le plus loin possible par rapport aux objectifs définis lors de la signature de cette charte. Nous voulons également donner l’exemple, raison pour laquelle moi-même je vais passer « u certificatu » et essayer de rattraper les années perdues. Le temps passe et on perd l’usage, on perd les notions et il faut maintenant rattraper le temps perdu. Je ne veux pas répondre à des interviewes en langue corse pour ne pas écorcher notre belle langue. Je tiens à une société qui fasse toute sa place à notre langue. C’est pour cela que la polémique qui a eu lieu lors de la réunion introductive du conseil municipal m’a blessé, parce que la langue corse a toute sa place au sein de la commune d’Ajaccio et au sein du conseil municipal. Celles et ceux qui voudront s’exprimer en langue corse pourront le faire. Je suis un défenseur de notre langue qui est un outil de développement majeur de notre identité, fait partie de notre ADN. Je ne veux pas que ce soit un objet de division, de contradiction politique. Il faut que ce soit quelque chose que nous ayons en partage. Je ne veux plus entendre certaines réflexions comme cela a été le cas. Le temps où l’on punissait les élèves parce qu’ils s’exprimaient en Corse est révolu depuis des décennies. Dans le cadre de ce laboratoire, nous voulons simplement envoyer un message politique afin que cette langue soit parlée, comprise et partagée. » 
J. F.     
     




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 00:26 Derby : Notion obsolète ou rivalité bien réelle?

A la une | L'actu régionale | Faits divers | Société | Justice | Economie










Retrouvez les offres d'emploi avec notre partenaire





Les plus récentes
L'actu régionale
Charles Monti | 24/11/2016 | 85497 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
L'actu régionale
Michela Vanti | 16/09/2016 | 40930 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
1 sur 348